kapitalis.com
INFOS
La CNCFE lance une campagne sur l’entrepreneuriat féminin en Tunisie
Avec une scène politique inconsistante et très éclatée, où va la jeune démocratie tunisienne ?
03 Août 2019 | 9:19 A LA UNE, POLITIQUE, Tunisie
Au vu de la qualité (et le mot n’est pas nécessairement péjoratif) de l’offre politique telle qu’elle ressort des listes électorales pour les prochaines législatives, celles-ci risquent d’aboutir à un champ politique éclaté qui rendra hypothétique la constitution d’une majorité gouvernementale.
Par Ridha Kefi
En effet, au-delà du nombre de ces listes déposées auprès de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie), des conditions dans lesquelles elles ont été constituées, des critères – souvent clientélistes – ayant présidé au choix des hommes et des femmes les composant et des querelles internes aux partis auxquelles elles ont donné lieu, on peut d’ores et déjà prévoir un certain nombre de scénarios politiques.
D’abord, les électeurs vont avoir beaucoup de mal à y voir clair, les identités politiques des candidats étant souvent floues, les différences ténues et les programmes – s’ils existent – sans intelligibilité ni pertinence pour le commun des mortels : des généralités, des lieux communs et des promesses, dont on imagine qu’ils parleront peu aux électeurs le jour du vote.
Un champ politique très éclaté
Ce vote, on l’imagine aussi, risque de se transformer en une sorte de loterie, de coup de dé ou de coup de poker menteur. Voilà d’ailleurs le mot qui définit le mieux la jeune démocratie tunisienne : mensonge, et tout le champ lexical et sémantique de ce mot : tromperie, duperie, imposture, déguisement, masque, mascarade…
Ensuite, Ennahdha, le parti le mieux structuré et dont l’identité est la mieux affirmée et la base identifiable, stable et, dit-on aussi, disciplinée et votant souvent comme un seul homme, montre lui aussi des fissures et est désormais traversé par des divisions qui risquent de démobiliser une partie de ses électeurs ou de les éparpiller, surtout avec l’apparition de listes issues de la même mouvance islamiste mais en rupture avec la ligne jugée trop consensuelle de Rached Ghannouchi.
Ce parti, qui se taille souvent la part du lion et est souvent crédité de 25 à 30% des suffrages, risque de voir cette part descendre d’un palier et se situer entre 15 et 20%.
Si, en face, la famille dite libérale et progressiste est on ne plus divisée et se présentant sous une dizaine de bannières, se prévalant du même legs national-bourguibiste et chassant dans les mêmes plate-bandes (les classes moyennes supérieures éduquées des grandes cités), on peut prévoir sans risque de se tromper qu’aucune de ces bannières (Nidaa Tounes, Machrou Tounes, Tahya Tounes, Parti destourien libre, Al-Amal, etc.) ne dépassera, au meilleur des cas, le seuil des 10-12% des suffrages.
La gauche, qui ne se porte pas mieux, puisqu’elle se présentera, elle aussi, en rangs dispersés, verra, pour sa part, ses scores descendre au-dessous de la barre fatidique des 5%, et signera ainsi sa mort historique.
Une impossible majorité gouvernementale
Par conséquent, le paysage parlementaire qui sortira des urnes, à la suite des législatives du 6 octobre 2019, rendra très hypothétique la constitution d’une majorité gouvernementale suffisamment cohérente et d’un gouvernement viable et assez fort pour mettre en route les réformes en suspens. Car, dans la conjoncture politique et électorale actuelle, caractérisées par un éparpillement tout azimut, même une coalition Ennahdha – socio-libéraux, comme celles constituées au lendemain des élections de 2011 et 2014, sera très difficile à obtenir.
On imagine l’instabilité gouvernementale à laquelle nous risquons de faire face au cours des 5 prochaines années, qui plus est, dans un contexte régional volatile (crises en Libye et en Algérie) et interne caractérisé par une aggravation de la crise sociale.
Peut-on éviter ce scénario catastrophe ?
L’absence d’une personnalité charismatique de la trempe du défunt président Béji Caïd Essebsi, capable de rassembler la famille dite libérale ou destourienne, sous une même bannière pour peser face à Ennahdha, est un élément aggravant. Et qu’on ne se berce pas d’illusion : ni Abdelkrim Zbidi ni Youssef Chahed ni Mohsen Marzouk ni Salma Elloumi ni a fortiori Abir Moussi n’ont les moyens de jouer ce rôle-là, si tant est qu’ils en auraient la légitimité.
Par ailleurs, un vote soi-disant antisystème ou un vote-sanction, qui renverrait islamistes et libéraux dos-à-dos, ne saurait constituer une solution, car il risque d’affaiblir encore davantage les scores des uns et des autres et de nous offrir un paysage parlementaire monstrueux d’inconsistance et d’incohérence.
Voilà où va la Tunisie. Il ne faut être grand clerc pour comprendre qu’une réaction s’impose de la part des acteurs politiques, toutes tendances confondues, pour examiner les moyens d’éviter un scénario aussi apocalyptique que celui qu’ils nous préparent tous pour l’année prochaine, en raison de leur incapacité à mettre leurs égos entre parenthèses, à oublier leurs petits calculs étriqués et à inventer un possible vivre-ensemble qui restaurerait la confiance, ferait renaître l’espoir et éviterait à l’économie une banqueroute annoncée.
À bons entendeurs…
Abir Moussi, Mohsen Marzouk, Nidaa Tounes, Rached Ghannouchi, Tahya Tounes, Youssef Chahed
3 Avis sur “Avec une scène politique inconsistante et très éclatée, où va la jeune démocratie tunisienne ?”
  1. hedi
    3 août 2019 at 11 h 37 min
    Vous parlez d’une jeune democratie…Parlons en :
    -Toutes les figures de Ben Ali sont partout :economie-politique-medias…
    – Un parti d »Ennahda dominateur et non-democrate et qui -en usant de sa TAKKIA-n’attend que le moment propice pour sauter sur sa proie…
    -Des figures meconnues en politique qui n’ont jamais milite pour la democratie- Chahed-Karoui-Riahi etc- entoures de corrompus et de voyeux ne pensant qu’a leurs petites personnes…
    -Les riches qui s’enrichissent et les pauvres devenus de plus en plus miserables.
    -Tous les voyants ont vraiment vire ces 2 dernieres annees au rouge et la Tunisie est mure pour une chute vertigineuse vers l’inconnu …ou pour une vraie revolution…
  2. L illusion de démocratie réalité de la corruption
    3 août 2019 at 11 h 39 min
    Ce qu il faut associer à une VRAIE DEMOCRATIE C L INTÉGRITÉ.
    à quoi sert la démocratie si le Virus corruption tue l économie emprisonné la liberté piétine les plus faibles baillonne la justice infiltre et neutralise les forces productives et défensives de l état.
  3. 7|_|{\}!%∆{\}
    4 août 2019 at 7 h 41 min
    Bon ben, il ne restera plus qu’à se jeter dans la gueule du loup et faire un vote utile des plus perieux et voter 5 ans de stabilité parlementaire…
    Voter ennahdha, en espérant qu’en 5 ans ils se casseront la figure en s’usant au pouvoir, les centristes pourront faire bloc dans l’opposition et créer une vraie coalition ou front ou fonderont un vrai parti centriste unique qui travaillera à fédérer autour de lui les électeurs pour les élections de 2024…
Laisser un commentaire
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
Commentaire
Nom *
E-mail *
Site web
Enregistrer mon nom, mon e-mail et mon site dans le navigateur pour mon prochain commentaire.
POLITIQUE
Darmanin à Tunis pour parler d’immigration et de...
18 Juin 2021 0
L’UGTT est-elle une vache sacrée ?
18 Juin 2021 0
Afek Tounes : Le maire de Hammamet Moez Mrad, visé par de...
17 Juin 2021 0
Tunisie : L’UGTT décide de retirer l’initiative du...
17 Juin 2021 4
Affaire Nabil Karoui : La défense saisit une commission...
17 Juin 2021 0
Le président Saïed et ses quatre convives
17 Juin 2021 0
Kapitalis
Adresse: Résidence La Brise, Appartement A4-2 – El Gazella, Tunisie.
Tél : (+216)70.935.882
Email: kapitalis.com@gmail.com
info@kapitalis.com
Directeur : Ridha Kefi
Rédacteur en chef : Zohra Abid
Contact Pub
A PROPOS DE NOUS
Si vous voulez communiquer sur Kapitalis.com veuillez nous envoyer un mail sur l'adresse suivante kapitalis.com@gmail.com. Notre équipe marketing se chargera de vous contacter.
RGPD
Conditions générales
Politique de cookies (UE)
Politique de cookies (CA)
Avertissement
Privacy Statement (CA)
Politique de confidentialité – Données personnelles et cookies
Copyright © 2010 Kapitalis | All rights reserved
Recevoir nos news en temps réel
HomeA LA UNEPOLITIQUEECONOMIETRIBUNESOCIETESPORTCULTUREMEDIAVIDEOSAUTO