kapitalis.com
AR
4'
A LA UNE
POLITIQUE
TRIBUNE
TUNISIE
Pourquoi Hichem Mechichi doit-il démissionner ?
20 Mai 2021
La mésentente entre les deux têtes de l’exécutif est telle qu’elle devrait pousser le chef du gouvernement Hichem Mechichi à démissionner. Un gouvernement de sauvetage national est aujourd’hui l’unique solution permettant d’engager une action rapide pour rétablir les équilibres fondamentaux sur les plans financier, économique et social.
Par Moncef Kamoun *
Le tiraillement actuel entre la présidence de la république et celle du gouvernement est irresponsable car il est en train de miner les bases de l’Etat, sur un fond de crise généralisée. Mais d’abord, qui dirige le pays ? Est-ce le président de la république ou le chef de gouvernement ? La pratique du pouvoir en Tunisie n’a pas encore réellement répondu à cette question, le problème étant à la fois constitutionnel et politique.
Cette rivalité entre les deux têtes de l’exécutif se renforce jour après jour et l’intérêt personnel des acteurs, pour ne pas dire leur ego, qui l’emporte souvent sur l’intérêt général. Il y a, on l’a compris, un vrai problème de culture démocratique au sein de la nouvelle classe politique. Quant aux partis, ils sont devenus des groupes d’intérêt sans aucun programme et qui pensent uniquement à leur survie. Et les citoyens vivent dans le désarroi et n’ont plus confiance ni dans l’Etat ni dans la classe politique, toutes tendances confondues, qui ne semblent pas capable de trouver des solutions aux crises secouant le pays.
Un système de gouvernance qui empêche de gouverner
Dans les faits, la Tunisie a aujourd’hui un chef de gouvernement sans grand pouvoir et qui dépend trop du bon vouloir de quelques partis et un président de la république qui dit non à tout, refusant de présider la cérémonie de prestation de serment de nouveaux ministres, provoquant ainsi une profonde crise, puisque la communication entre les hauts responsables de l’Etat est devenue quasiment impossible. Où va-t-on ainsi ?
Le problème réside, dit-on, dans les textes de la Constitution, qui a imposé un système de gouvernance éclaté et qui empêche de gouverner. Tout n’est donc pas encore perdu et il est encore possible de mettre le pays en ordre de marche, encore faut-il commencer par réviser la Constitution qui a montré ses carences et ses limites.
En attendant, la solution est d’abord politique. Le président de la république doit apprendre à mettre en adéquation ses paroles et ses actes, car il ne pourra continuer indéfiniment ce jeu stérile des petites phrases provocatrices, au risque de perdre toute crédibilité et de s’abîmer.
Le chef du gouvernement, pour sa part, doit repenser sa façon de faire la politique, en prenant les décisions qu’impose la situation dans le pays, sans trop tergiverser ou chercher à plaire aux uns et aux autres. Pour l’instant, il donne l’impression de vouloir le confort du poste et la liberté de parole d’un frondeur, dont les pics sont exclusivement dirigés contre le président de la république. Ce n’est pas ce qu’on attend d’un chef de gouvernement, qui plus est, dans un pays en crise.
Un bilan on ne peut plus maigre
Avec un bilan on ne peut plus maigre, des grèves partout, une pandémie de Covid-19 mal gérée, une campagne de vaccination qui fait du surplace, des secteurs entiers sinistrés, une économie à genoux, etc., M. Mechichi aurait du démissionner, mais il refuse de le faire au risque d’aggraver la situation dans le pays. Dans une entreprise privée, il y a bien longtemps qu’il aurait été mis à la porte pour incompétence ou rébellion.
Tous ceux qui connaissent Hichem Mechichi savent qu’il n’a jamais été politicien et qu’il refusera jusqu’au bout de quitter un poste qu’il n’a jamais rêvé l’occuper. Or, c’est la seule solution aujourd’hui pour débloquer une situation qui ne saurait durer sans hypothéquer l’avenir de la nation.
* M.K Architecte.
Articles du même auteur dans Kapitalis :
Tunisie : le pouvoir contre le peuple
Tunisie : le pouvoir contre le peuple
Ce qui se passe aujourd’hui en Tunisie est honteux. Rien ne va plus au plus haut sommet de l’Etat. Ceux qui gouvernent nous laissent mourir dans l’indifférence la plus totale. Et depuis quelques jours, avec la recrudescence de la pandémie de la Covid-19, les ratés de la campagne de vaccination qui peine à démarrer et … Lire la suite de
Cité de la Culture de Tunis : Pour rendre hommage à nos maîtres
Cité de la Culture de Tunis : Pour rendre hommage à nos maîtres
L’un des rôles attribués à la nouvelle Cité de la Culture de Tunis, qui ouvre ses portes en ce mois de mars 2018, serait de rendre hommage aux pionniers de la culture tunisienne. Par Moncef Kamoun * La Tunisie a perdu plusieurs grands noms de la culture et des arts, des plus jeunes aux plus âgés, … Lire la suite de
Réconciliation : Tout le monde peut enfin apporter sa contribution
Réconciliation : Tout le monde peut enfin apporter sa contribution
La réconciliation peut aider à refermer les plaies et à ériger des ponts au-dessus des fossés qui séparent les Tunisiens pour qu’ils oeuvrent ensemble au redressement de leur pays. Par Moncef Kamoun * «Je travaille aujourd’hui avec les gens qui m’ont jeté en prison, qui ont persécuté ma femme, chassé mes enfants d’une école à l’autre… …
Hichem Mechichi
COMMENTAIRE
AUJOURD'HUI SUR HOME
Powered by
Kapitalis
Adresse: Résidence La Brise, Appartement A4-2 – El Gazella, Tunisie.
Tél : (+216)70.935.882
Email: kapitalis.com@gmail.com
info@kapitalis.com
Directeur : Ridha Kefi
Rédacteur en chef : Zohra Abid
Contact Pub
A PROPOS DE NOUS
Si vous voulez communiquer sur Kapitalis.com veuillez nous envoyer un mail sur l'adresse suivante kapitalis.com@gmail.com. Notre équipe marketing se chargera de vous contacter.
© Copyright 2010 Kapitalis / All rights reserved
HOME A LA UNE POLITIQUE TRIBUNE ECONOMIE SOCIETE CULTURE SPORT AUTO MEDIA CONSO
HOMEA LA UNEPOLITIQUETRIBUNEECONOMIESOCIETECULTURESPORTAUTOMEDIACONSO