kapitalis.com
AR
4'

A LA UNE
CULTURE
TRIBUNE
TUNISIE
J’ai rencontré George Sand à la Foire du livre de Tunis
24 Juin 2021
C’est une édition des œuvres complètes de George Sand1 que j’ai dénichée dans un des nombreux stands de la Foire nationale du livre de Tunis. La 36e édition de cette manifestation, organisée par le ministère des Affaires culturelles, en partenariat avec l’Union des éditeurs tunisiens, se tient en ce moment à la Cité de la Culture et se poursuivra jusqu’au 27 juin 2021.
Par Mohamed Habib Salamouna *
On redécouvre George Sand. On redevient amoureux d’elle. Non pas de la jeune lionne qui s’habillait en homme, fumait le cigare, cocufiait Alfred de Musset à Venise et apportait de la tisane à Frédéric Chopin. Mais de la fée de Nohant, qui travaillait quatorze heures par jour et abattait ses vingt-cinq pages d’écriture, qui trouvait encore du temps pour s’occuper des pauvres républicains persécutés par Napoléon III, qui remplissait le monde de sa renommée et son castel d’hommes de génie.
La «marathon woman» tient la distance
À cinquante ans, la mère Sand est une sorte de Voltaire. Nohant est son Ferney. Elle inonde l’Europe de ses romans, essais, nouvelles, préfaces et articles. Elle expédie dix lettres par jour, dont certaines ont dix pages. Ce personnage-là, cette force de la nature et de l’esprit, nous ravit, nous autres qui nous sentons assez anémiques.
Un de ses côtés les plus charmants est sa manière de courir sans cesse après 500 francs. Il lui faut des sous pour faire divorcer sa fille, élever sa petite-fille, aider son fils, payer les domestiques, faire marcher la maison. Toujours de bonne humeur, avec cela, aimant les copains et la blague, trouvant avec la maturité son vrai caractère, mélange de vieux troupier, de mère Goriot, de marquise de Grand-Air et de monstre sacré.
Le XIXe siècle devient magique. On s’aperçoit que les hommes qui l’ont façonnée étaient des géants. George Sand est elle aussi une géante. Elle a vécu et écrit démesurément. Exemple de ce tempérament fabuleux : à Venise, au plus fort de ses amours avec Pietro Pagello, elle écrit huit heures par jour et boucle en deux mois un roman de 400 pages, intitulé ‘‘Jacques’’. Simenon 2 lui-même, champion de course de la littérature, n’arrive pas à de tels résultats. Car ce qui est beau chez George Sand, c’est qu’elle «tient la distance». «Marathon-woman» de la littérature française, elle se lance dans des œuvres massives qu’elle mène à leur terme sans dévier ni faiblir. Elle attaque intrépidement la besogne.
Un puissant animal littéraire
Elle a toujours eu ses fanatiques, qui ne sont pas n’importe qui. Chateaubriand, lisant ‘‘Lélia’’ en 1833, lui fait part d’une admiration «prodigieusement accrue». Balzac l’admirait tant qu’il l’a mise dans ‘‘La comédie humaine’’, où elle tient le rôle de la femme supérieure. Alain, qui était un lecteur génial, tenait ‘‘Consuelo’’ pour un des grands livres du XIXe siècle.
Même lorsque la bonne Dame de Nohant se laisse aller à des exagérations romantiques ou socialisantes, lorsqu’elle pose ou qu’elle fait la bête, on sent toujours derrière ses pages le puissant animal littéraire qu’elle était, qui connaissait bien la vie, qui sentait des choses profondes, qui les disait parfois avec génie, qui tricotait ses romans sans se tromper de point ni d’aiguille.
Parmi les autres livres en vue sur le stand des éditions Elyzad, j’ai feuilleté ‘‘Je vous écris d’une autre rive : Lettre à Hannah Arendt’’ 3 de Sophie Bessis. Cette auteure franco-tunisienne compte parmi ses mentors Mme de Sévigné, Mme de Staël et George Sand !
* Professeur de français.
Notes :
1- George Sand, ‘‘Romans’’, vol. I et II, édition publiée sous la direction de José-Luis Diaz, avec la collaboration de Brigitte Diaz et d’Olivier Bara, éd. Gallimard, coll. «Bibliothèque de la Pléiade», 2 vol., 1936 p. et 1520 p.
2- Le journaliste Duc Quy le surnomme «Usain Bolt de la littérature».
3- Ce livre est paru en mars 2021 aux éditions Elyzad, 89 pages.
Articles du même auteur dans Kapitalis :
Les carences du système éducatif tunisien
Les carences du système éducatif tunisien
Bien sûr, il y a le coronavirus, Facebook, les jeux vidéo et les nombreuses sollicitations de l’image, mais l’écrit a aussi perdu du terrain dans les programmes et les méthodes scolaires… Conséquence : les acquisitions de nos élèves sont insuffisantes. Par Mohamed Habib Salamouna * Le ministère de l’Education est plein de bonnes intentions. Son … Lire la suite de
La démocratie est-elle vouée à disparaître ?
La démocratie est-elle vouée à disparaître ?
La démocratie a eu raison de tous les totalitarismes. Quoi d’étonnant alors si elle en vient à achever le dernier système survivant : elle-même ? N’est-ce pas, finalement, de l’intérieur de la démocratie que ses valeurs se délitent et que ses institutions s’affaissent. Par Mohamed Habib Salamouna * Un peu partout dans le monde, le … Lire la suite de
La peine capitale entre l’individu, le groupe, la foi et la loi
La peine capitale entre l’individu, le groupe, la foi et la loi
La recrudescence de la criminalité en Tunisie ces derniers temps a relancé le débat sur la peine capitale, abolie dans la pratique, puisque la dernière exécution d’un condamné à mort remonte au début des années 1990, mais pas dans la loi. Le débat a une dimension à la fois morale, philosophique et juridique. Par Mohamed …
Alfred De MussetFoire Du Livre De TunisFrédéric ChopinGeorge SandMme De SévignéMme De StaëlNohantSophie Bessis
COMMENTAIRE
AUJOURD'HUI SUR HOME
Powered by
Kapitalis
Adresse: Résidence La Brise, Appartement A4-2 – El Gazella, Tunisie.
Tél : (+216)70.935.882
Email: kapitalis.com@gmail.com
info@kapitalis.com
Directeur : Ridha Kefi
Rédacteur en chef : Zohra Abid
Contact Pub
A PROPOS DE NOUS
Si vous voulez communiquer sur Kapitalis.com veuillez nous envoyer un mail sur l'adresse suivante kapitalis.com@gmail.com. Notre équipe marketing se chargera de vous contacter.
© Copyright 2010 Kapitalis / All rights reserved
HOME A LA UNE POLITIQUE TRIBUNE ECONOMIE SOCIETE CULTURE SPORT AUTO MEDIA CONSO
HOMEA LA UNEPOLITIQUETRIBUNEECONOMIESOCIETECULTURESPORTAUTOMEDIACONSO