kapitalis.com
INFOS
Ahmed Safi Saïd pleure la démocratie à l’Avenue Bourguiba!
La descente en enfer d’Ennahdha ne fait que commencer
02 Juil 2021 | 12:13 A LA UNE, Clear, POLITIQUE, Tunisie

Rached Ghannouchi a transformé l’assemblée en un ring de boxe.
Les dirigeants du parti islamiste Ennahdha multiplient les déclarations et les actes plus stupides et excessifs les uns que les autres. Ils sont visiblement dans leurs petits souliers et voient le moment de vérité et de retour de manivelle, inévitables pour un parti qui a gouverné (plutôt mal) pendant une décennie, approcher irréversiblement. Le problème c’est qu’ils réagissent mal et prennent de mauvaises décisions qui vont accélérer ce processus de descente en enfer. Tant pis pour eux, même si c’est le pays qui est en train d’en payer très chèrement le prix, mais c’est du pain bénit pour leurs adversaires qui ont de bonnes raisons de fourbir leurs armes en se frottant les mains.
Par Ridha Kéfi
Le leader d’Ennahdha, Rached Ghannouchi, qui préside aussi l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), cherche à utiliser cette institution républicaine au profit de son parti et pour museler ses adversaires politiques. Mais ses manœuvres dans les coulisses du Palais du Bardo n’aident pas à améliorer l’image qu’ont aujourd’hui les Tunisiens des islamistes en général et de lui en particulier. Au contraire, en déstabilisant complètement l’Assemblée et en y rendant le travail quasiment impossible, le chef islamiste se met à dos beaucoup de ses anciens alliés, qui voudraient bien réunir la majorité requise pour l’éjecter du perchoir, où d’ailleurs il trône très rarement, et ce pour éviter d’être pris à partie par les députés de l’opposition, se dérobant ainsi très courageusement à ses responsabilités.
Le cheikh Ghannouchi piégé par ses manœuvres
Par ailleurs, il n’y a pas longtemps, des voix s’étaient élevées au sein même d’Ennahdha pour contester le leadership de ce dinosaure de la scène politique qui, à 80 ans, refuse de passer la main, tout en n’en faisant qu’à sa tête, multipliant les bourdes et rendant l’atmosphère de plus en plus irrespirable sous la coupole de l’Assemblée, comme au siège du parti islamiste à Monplaisir, à Tunis. On a ainsi enregistré des démissions, aussi bien parmi les vieux ténors du mouvement que parmi les jeunes qui l’ont rejoint après 2011, et des pétitions ont été lancées pour lui demander de ne pas briguer un nouveau mandat à la tête d’Ennahdha lors de son prochain congrès prévu avant la fin de l’année en cours, même si on doute de plus en plus de la tenue de ce congrès à cette date dont l’imprécision trahit, chez le vieux cheikh, une volonté de renvoyer, une nouvelle fois, cette échéance «non garantie» – pour utiliser une expression qui lui est chère – aux calendes grecques.
Certes, la grogne au sein du parti semble être momentanément calmée, mais ce n’est que partie remise, car, sous la menace de plus en plus précise d’être chassés du pouvoir, tous tant qu’ils sont, les partisans du cheikh comme ses détracteurs, il y a eu comme un rappel des troupes et un appel à l’unité sacrée, en attendant des jours meilleurs.
La menace aujourd’hui pour les islamistes est bien identifiée. Il y a bien sûr le président de la république Kaïs Saïed, qui ne les porte pas dans son cœur, c’est un euphémisme, et qui considère, à juste titre, qu’ils sont les principaux responsables de la détérioration de la situation générale dans le pays et les accuse même de comploter non pas seulement contre lui (il a ainsi parlé de tentative d’assassinat manigancée avec des parties étrangères), mais aussi contre la stabilité et la paix dans le pays. Si Saïed est resté indifférent aux appels du pied des Nahdhaouis, qui ne désespèrent pas de pouvoir un jour le persuader de s’allier à eux, c’est parce qu’il refuse de réitérer la malheureuse expérience de son prédécesseur Béji Caïd Essebsi qui, en se jetant dans les bras de Ghannouchi, a divisé son parti, Nidaa Tounes avant de le voir éclater en morceaux et perdre toute crédibilité aux yeux de ses électeurs.    
La seconde menace pour les islamistes s’appelle Abir Moussi et son Parti destourien libre (PDL) dont le programme se limite à un mot d’ordre : guérir la Tunisie d’un cancer appelé islam politique et de ses tenants en Tunisie, qui, en dix ans de gouvernance catastrophique, se sont rendus responsables de la détérioration de la situation générale dans le pays, aujourd’hui incapable de financer son budget d’Etat, sans recourir à l’endettement extérieur qui représente désormais 100% de son PIB, contre «seulement» 35% il y a dix ans.
Les délices du pouvoir sont aveuglants
Le problème pour Ennahdha c’est que Kaïs Saïed, un an et demi après sa prise de fonction et malgré l’usure du pouvoir, reste en tête des sondages d’opinions pour les présidentielles, devant, justement Abir Moussi, dont le parti, le PDL, est en tête des sondages pour les législatives, loin, très loin même, devant le parti islamiste, dont l’électorat n’a cessé de s’effriter depuis 2011 et de se réduire quasiment de moitié d’une élection à une autre. La seule bonne nouvelle pour Ghannouchi et ses partisans c’est que ces deux là se vouent une hostilité réciproque et qu’il y a peu de chance qu’ils acceptent de s’allier pour faire front face leur ennemi commun : les islamistes. Mais eu égard la gravité de la situation dans le pays, une grande révolte populaire qui serait suivie par une dissolution de l’Assemblée, décision que le chef de l’Etat aurait de bonnes raisons de prendre, pourrait changer complètement la donne politique et constituer un véritable tsunami pour les islamistes. La politique est aussi une loterie. On peut miser gros, mais le résultat n’est jamais «garanti».
Certes, les dirigeants d’Ennahdha peuvent continuer à alimenter les réseaux sociaux par des désinformations, des mensonges et des attaques au-dessous de la ceinture ciblant leurs deux adversaires. Ils peuvent continuer à nier l’évidence en mettant en doute l’authenticité des résultats des sondages d’opinions, qui s’étaient pourtant peu trompés depuis 2011, comme si en cassant le thermomètre ils pouvaient faire baisser la température. Ils peuvent aussi continuer à utiliser le parlement et le gouvernement, sur lesquels ils ont un total contrôle, pour essayer de museler leurs adversaires, au lieu d’aider à régler les problèmes réels des citoyens, qui sont d’ordres économique et social. Toutes ces manœuvres ont jusque-là abouti à l’effet inverse : elles ont plutôt dopé la popularité de leurs adversaires et leur ont fait perdre, à eux, la confiance d’un nombre de plus en plus importants de citoyens.
Ayant pris goût au pouvoir et à ses délices, les Nahdhaouis ont œuvré, il est vrai, dès 2011, à prendre la place du RCD, l’ancien parti au pouvoir sous la dictature, et de se mettre au service des lobbys d’intérêt, anciens et nouveaux, se laissant happer par ce qu’on appelle communément le «Système» et, de compromis en compromission et de consensus en concession, ils ont fini par devenir ce qu’ils ont toujours été, notamment ceux qui étaient en exil dans les pays occidentaux : des gens très solubles dans l’argent, assoiffés de pouvoirs et de privilèges. Ils ont d’ailleurs poussé le cynisme jusqu’à reprendre à leurs services certaines figures parmi les plus infréquentables de l’ancien régime. Et cela, conjugué aux signes extérieurs de richesse qu’ils ont fini par afficher ostensiblement, ne pouvait ne pas remonter contre eux des pans entiers de la société, notamment ceux et celles qui ont voté pour eux en 2011, 2014 et 2019 et qui se sentent aujourd’hui, à juste tire, trahis.
Le problème des islamistes c’est qu’au lieu de faire leur autocritique et de changer de méthodes et de stratégies pour tenter de rectifier le tir, ils ont opté pour une politique de fuite en avant, se laissant entraîner sur une pente douce par leur addiction même au pouvoir. C’est à ce genre de signes que l’on reconnaît le début de la fin d’un cycle politique. Cette descente en enfer pavée de bonnes intentions, Bourguiba et Ben Ali l’avaient vécu. Rached Ghannouchi ne tardera pas à la vivre lui aussi. Reste à savoir comment. Les paris sont ouverts…
Articles du même auteur dans Kapitalis :
Les Tunisiens ne comprennent pas comment les procès des personnalités politiques, des hommes d’affaires puissants et même des barons de la contrebande et du marché parallèle n’aboutissent presque jamais, car ils se perdent souvent dans les méandres d’une justice très opportunément lente et dont les voies (ou les coulisses) sont aussi impénétrables que celles du … Lire la suite de
Au-delà du contenu de l’entretien virtuel ayant eu lieu vendredi 25 juin 2021 entre le chef du gouvernement Hichem Mechichi et la vice-secrétaire d’Etat américaine Wendy Sherman, il y a un fait qui semble avoir échappé à tous les commentateurs et qui en dit long sur la grave dégradation du rang de la Tunisie sur …
Finalement, et au-delà de l’effet d’annonce visiblement recherché par le parti islamiste Ennahdha, la rencontre entre Rached Ghannouchi et Kaïs Saïed, avant-hier, jeudi 24 juin 2021, au Palais de Carthage, après six mois de «guerre froide» opposant les deux hommes et leurs camps politiques respectifs, n’a débouché sur presque rien. En tout cas, ceux et … Lire la suite de
Abir Moussi, Béji Caïd Essebsi, Ennahdha, Kais Saied, Nidaa Tounes, Parti destourien libre, Rached Ghannouchi
6 Avis sur “La descente en enfer d’Ennahdha ne fait que commencer”
  1. VEC
    2 juillet 2021 at 16 h 00 min
    alliance SAIED MOUSSI DANS L INTERET DU PAYS
  2. FETHI EL MEKKI
    2 juillet 2021 at 16 h 06 min
    MORTS ET ENTERRES depuis 2014 si ce n’est LE SIONISME INTERNATIONAL….
    ON VA S’AMUSER, SE REGALER ET C’EST POUR BIENTOT!!!!!
  3. Mike Kim
    2 juillet 2021 at 17 h 25 min
    Merci pour cet article.
    Pour ceux qui ne connaissent pas, voici son CV succinct :
    De son vrai nom Farid Kherriji, devenu Rached Ghannouchi (pour des raisons obscures, semble-t-il, pour échapper à la justice, compromis dans un viol d’une mineure), naquit à El Hamma dans le gouvernorat de Gabés en 1941, dans une famille pauvre avec un père extrêmement sévère d’obédience kharijite proche du wahhabisme, d’où le nom de la famille.
    Après le « Koutab » (école coranique), il entra dans une école primaire traditionnelle de l’époque (où l’enseignement se faisait en arabe uniquement).
    Son certificat d’études primaires ne l’autorisa pas à entrer dans un lycée.
    Il a fait 3 années d’étude à la « Zeitouna » pour obtenir un brevet « Attatwi3 » qui lui permit d’exercer comme instituteur d’arabe dans une école primaire à Gabés.
    Il s’agit donc d’un cheikh Bac moins trois… Il a essayé de faire des études en Egypte, en Syrie… Mais sans aucun résultat.
    Quand il a fui la Tunisie en 1989, en passant par l’Algérie, il s’est rendu au Soudan où il s’est marié avec la sœur de Tourabi et obtenu un passeport Soudanais diplomatique.
  4. HatemC
    2 juillet 2021 at 18 h 05 min
    LA Tunisie paiera un prix énorme pour cette décennie de malheur … si les Tunisiens reprennent leur destin en main en virant les criminels bouseux qui ont détruit le pays …
    Si les Tunisiens reprennent en main leur destin aujourd’hui, après 10 années destructives, ils leur faudra 50 ans de reconstruction pour revenir aux indicateurs de 2010 …
    Voilà ce qu’on aura perdu en 10 ans de malheur … un demi siècle pour retrouver un semblant de r »ussite
  5. Abidi
    2 juillet 2021 at 18 h 43 min
    Mais mr si vous n’avez pas remarqué c’est tout le pays qui descend aux enfer
    chevy
    3 juillet 2021 at 18 h 18 min
    Parce qu’ ils le veulent bien….pays perdu
Laisser un commentaire
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
Commentaire
Nom *
E-mail *
Site web
Enregistrer mon nom, mon e-mail et mon site dans le navigateur pour mon prochain commentaire.
POLITIQUE
Ahmed Safi Saïd pleure la démocratie à l’Avenue...
19 Sep 2021 0
Bouteflika et la Tunisie : une si longue amitié
18 Sep 2021 8
Tunisie : Et si Kaïs Saïed était desservi par une justice...
18 Sep 2021 8
L’immobilisme de Saied va le perdre et coûter cher à...
18 Sep 2021 12
Marzouki à Makhlouf sur Zitouna TV: «Marhaba habibi, je me...
18 Sep 2021 11
Décès de l’ancien président algérien Abdelaziz...
18 Sep 2021 3
Kapitalis
Adresse: Résidence La Brise, Appartement A4-2 – El Gazella, Tunisie.
Tél : (+216)70.935.882
Email: kapitalis.com@gmail.com
info@kapitalis.com
Directeur : Ridha Kefi
Rédacteur en chef : Zohra Abid
Contact Pub
A PROPOS DE NOUS
Si vous voulez communiquer sur Kapitalis.com veuillez nous envoyer un mail sur l'adresse suivante kapitalis.com@gmail.com. Notre équipe marketing se chargera de vous contacter.
RGPD
Conditions générales
Politique de cookies (UE)
Politique de cookies (CA)
Avertissement
Privacy Statement (CA)
Politique de confidentialité – Données personnelles et cookies
Copyright © 2010 Kapitalis | All rights reserved
Recevoir nos news en temps réel
HomeA LA UNEPOLITIQUEECONOMIETRIBUNESOCIETESPORTCULTUREMEDIAVIDEOSAUTOFacebookTwitterYoutube