kapitalis.com
INFOS
Ahmed Safi Saïd pleure la démocratie à l’Avenue Bourguiba!
La démocratie du chaos à la Tunisienne
14 Juil 2021 | 13:36 A LA UNE, POLITIQUE, TRIBUNE, Tunisie
Le morcellement méthodique du pouvoir institué par la nouvelle classe politique toutes tendances confondues à travers la «petite constitution» adoptée au lendemain du tsunami politique du 14 janvier 2011 et de la Constitution promulguée en janvier 2014, ainsi que d’autres textes juridiques, comme la loi électorale, a eu les résultats contraires à ceux escomptés, engageant la Tunisie dans une ère d’instabilité chronique.
Par Raouf Chatty *
Pour ses promoteurs, notamment les islamistes et la gauche radicale, tout comme certaines associations de défense des droits de l’homme, le but recherché était d’empêcher que le pouvoir soit concentré entre les mains d’une seule autorité de peur de voir le pays renouer avec l’autoritarisme des régimes de Bourguiba et de Ben Ali.
Croyant bien faire, le nouveau pouvoir politique a créé des instances qui avec le temps sont devenues budgétivores et ont doublonné inutilement les institutions publiques…
Des petits îlots de pouvoir éclaté
Sous couvert de transition démocratique, ce morcellement du pouvoir a également entraîné l’effritement progressif des pouvoirs à tous les niveaux : national, régional et local, contribuant à la naissance de diverses «petites dictatures» qui, dans tel ou tel domaine, défendent jalousement leur autonomie vis-à-vis de l’Etat. Se mettant même parfois au-dessus de lui. Chacune de ces instances exerce ses compétences selon sa vision et ses intérêts, sans coordination avec les autres, dans des sortes de petits îlots de pouvoir éclaté.
Le pays a ainsi eu à subir les conséquences des rapports heurtés entre les nouvelles institutions créées et les structures de l’Etat central. Ces rapports heurtés ont également été observés au niveau des communes, des délégations (sous préfectures) et des gouvernorats (préfectures) dont les échanges avec l’administration centrale n’ont pas toujours été fluides.
Le pays semble s’être accommodé tant bien que mal de ce chaos institutionnel généralisé, qui n’est pas évidemment allé sans conséquences néfastes sur la gestion politique, financière et administrative des affaires publiques à tous les niveaux.
Le renforcement des droits et des libertés dans le pays s’est fait aux dépens de l’ordre et de la discipline citoyens, ce qui a aggravé les phénomènes d’insubordination. L’horizontalité dans l’exercice du pouvoir, très recherchée en démocratie, a eu par conséquence d’affaiblir la chaîne de commandement et de favoriser le délitement de la hiérarchie, au point où, dans plusieurs administrations, la pyramide de commandement a été complètement inversée….
Au nom de la défense des libertés et notamment de la liberté d’expression, le pays a vite évolué vers une sorte de chaos démocratique, passant d’un régime autoritaire à un autre libertaire, personne ne gouverne, où chacun dicte ses propres lois et où tout ou presque est devenue permis.
Toutes les structures de l’Etat ont été affectées par ce chaos généralisé et aucune institution, qu’elle soit officielle ou pas, n’en a été épargnée, ce qui a aggravé ce sentiment d’absence d’autorité et d’instabilité que donne le pays.
L’Assemblée, qui est durement frappée par ce phénomène dangereux. offre depuis des années l’image d’une institution à la dérive offrant à l’opinion publique des scènes surréalistes de violences quotidiennes. Les disputes, les vociférations voire les agressions verbales et même parfois physiques sont certes devenues des banalités, mais elles ne sauraient être justifiées par les divergences politiques profondes entre les divers protagonistes. Car on peut penser différemment sans en venir nécessairement aux mains pour défendre son point de vue.
Les images piteuses d’une classe politique médiocre et populiste
On se rappelle, dans ce contexte, des gifles assénées tout récemment en pleine séance parlementaire par le député Sahbi Samara, du parti Al-Karama, à sa collègue Abir Moussi, présidente du Parti destourien libre (PDL). Des scènes retransmises en temps réel sinon à la télévision du moins par
les réseaux sociaux et qui offrent au monde entier des images piteuses et désolantes d’une classe politique médiocre et populiste.
Ces responsables politiques abusent du mandat qui leur a été confié par le peuple, confondant liberté et atteinte à l’ordre républicain, se souciant peu de l’impact désastreux des images négatives qu’ils donne de la démocratie parlementaire à une opinion publique de plus en plus réfractaire et hostile à tout ce qui représente l’Etat.
En matière de populisme, on ne pourrait pas faire mieux que la députée Samia Abou (Courant démocrate ou Attayar), qui s’emporte, crie, fustige ou encore son collègue de gauche Mongi Rahoui, dénoncer vigoureusement le gouvernement, en criant au nez du ministre des Finances, collé au pupitre même de ce dernier qui faisait son exposé devant l’Assemblée…
Ces images négatives, souvent relayées par les députés eux-mêmes, ont un lien très lointain avec la démocratie, laquelle est devenue une foire d’empoigne où les décideurs politiques eux-mêmes s’acharnent à mettre en loques les hautes instances de l’Etat.
* Ancien ambassadeur.
Articles du même auteur dans Kapitalis :
Il n’est d’État s’il n’ait le pouvoir d’évaluer, de peser et de prendre les décisions appropriées au moment opportun dans l’intérêt général du peuple. Est-ce le cas aujourd’hui de l’Etat tunisien? On est en droit d’en douter, surtout si l’on en juge par sa gestion, jusque-là catastrophique, de la pandémie de Covid-19. Par Raouf Chatty … Lire la suite de
La crise politique et économique en Tunisie a été aggravée par la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 qui connaît actuellement une forte recrudescence dans le pays, en raison des incohérences de la gestion gouvernementale. La situation est, de l’avis de tous les observateurs, catastrophique et une nouvelle explosion sociale est à craindre, … Lire la suite de
De nombreuses parties (députés, médias, associations de la société civile) adressent actuellement des critiques à la diplomatie tunisienne, lui reprochant de n’avoir pas déployé suffisamment d’efforts dans le combat de la Tunisie contre le Covid 19 et pour l’ aider à acquérir les vaccins anti-covid. Il y a, en effet, beaucoup à faire dans ce … Lire la suite de
Abir Moussi, Al-Karama, constitution de 2014, Parti destourien libre, Raouf Chatty, Sahbi Smara, Samia Abbou, Tunisie
Un avis sur “La démocratie du chaos à la Tunisienne”
Jean Pierre Ryf
15 juillet 2021 at 12 h 17 min
Excellente analyse. Tout est dit. A la fois cette volonté d’empêcher le retour de toute forme de dictature et la disparition quasi générale de tous pouvoirs et dès lors l’anarchie et la régression. Or une voie moyenne était et est possible: un régime qui à la fois permette les libertés et l’alternance mais qui permette aussi un réel pouvoir.
Laisser un commentaire
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
Commentaire
Nom *
E-mail *
Site web
Enregistrer mon nom, mon e-mail et mon site dans le navigateur pour mon prochain commentaire.
POLITIQUE
Ahmed Safi Saïd pleure la démocratie à l’Avenue...
19 Sep 2021 0
Bouteflika et la Tunisie : une si longue amitié
18 Sep 2021 8
Tunisie : Et si Kaïs Saïed était desservi par une justice...
18 Sep 2021 8
L’immobilisme de Saied va le perdre et coûter cher à...
18 Sep 2021 12
Marzouki à Makhlouf sur Zitouna TV: «Marhaba habibi, je me...
18 Sep 2021 11
Décès de l’ancien président algérien Abdelaziz...
18 Sep 2021 3
TRIBUNE
Tunisie : des étudiants candidats au… chômage !
17 Sep 2021 6
Les relations de la Tunisie avec le G7 et l’Union...
16 Sep 2021 6
Pour quand la reprise économique en Tunisie ?
16 Sep 2021 11
Tunisie : une constitution au pays de Merlin...
15 Sep 2021 10
Crime contre le patrimoine à Sidi Bou Saïd, un village...
15 Sep 2021 5
Dans la tête de Kais Saied : du président spectateur au...
14 Sep 2021 7
Kapitalis
Adresse: Résidence La Brise, Appartement A4-2 – El Gazella, Tunisie.
Tél : (+216)70.935.882
Email: kapitalis.com@gmail.com
info@kapitalis.com
Directeur : Ridha Kefi
Rédacteur en chef : Zohra Abid
Contact Pub
A PROPOS DE NOUS
Si vous voulez communiquer sur Kapitalis.com veuillez nous envoyer un mail sur l'adresse suivante kapitalis.com@gmail.com. Notre équipe marketing se chargera de vous contacter.
RGPD
Conditions générales
Politique de cookies (UE)
Politique de cookies (CA)
Avertissement
Privacy Statement (CA)
Politique de confidentialité – Données personnelles et cookies
Copyright © 2010 Kapitalis | All rights reserved
Recevoir nos news en temps réel
HomeA LA UNEPOLITIQUEECONOMIETRIBUNESOCIETESPORTCULTUREMEDIAVIDEOSAUTOFacebookTwitterYoutube