kapitalis.com
AR
5'
A LA UNE
CLEAR
POLITIQUE
TUNISIE
Tunisie : La procédure contre le juge Béchir Akremi ira-t-elle jusqu'au bout ?
14 Juillet 2021
Le corps de la magistrature en Tunisie a aujourd’hui une occasion unique pour faire son examen de conscience, assainir ses rangs et repartir de bon pied, en rompant définitivement avec un triste passé de clientélisme, de soumission aux lobbys de toutes sortes et… d’injustice administrée. S’il rate cette occasion, il n’en aurait pas d’autres et il devrait, un jour ou l’autre, rendre des comptes. Et cette opération, le jour où elle serait imposée par le peuple, aurait des conséquences terribles!
Par Ridha Kefi
L’information sur l’ouverture d’une instruction judiciaire à l’encontre du juge Béchir Akremi n’est pas anodine et si la procédure n’est pas étouffée ou détournée à un niveau ou un autre de l’Etat, dont les voies sont plus impénétrables que celles du Seigneur, on peut s’attendre à une véritable révolution au sein de la magistrature tunisienne, qui est en grande partie responsable de la dégradation de la situation générale dans le pays, et notamment au cours des dix dernières années.
Le Conseil de l’ordre judiciaire a donc décidé, hier soir, mardi 13 juillet 2021, de suspendre l’ancien procureur de la république, le sulfureux juge Béchir Akermi, en attendant que son affaire soit examinée en urgence par le procureur de la république, et ce, conformément aux dispositions de l’article 63, paragraphe 2, de la loi portant création du Conseil supérieur de la magistrature (CSM).
L’arbre Akremi ne doit pas cacher la forêt des juges ripoux
Le juge Akremi, qui était en charge de l’enquête judiciaire sur les assassinats de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi (tués par des extrémistes religieux, le 6 février et le 25 juillet 2013), en tant que juge d’instruction du Bureau 13, puis en tant que procureur de la république, est soupçonné de graves manipulations et de manquements dans l’instruction de ces deux affaires, ainsi que des affaires terroristes en général, dont il avait la charge, ce qui permit à de nombreux terroristes de passer à travers les mailles du filet. Il est aussi soupçonné d’avoir orienté l’instruction de ces affaires de manière à effacer les preuves d’implication de certaines parties et empêcher l’audition de certaines personnalités politiques influentes, comme Rached Ghannouchi, le chef du parti islamiste, Ennahdha.
Ce ne sont là, bien entendu, que des soupçons étayés par des éléments matériels contenus dans les dossiers (destruction de preuves, disparition de pièces à conviction et manipulations de toutes sortes) et qui restent à confirmer lors d’une instruction, sérieuse cette fois-ci et équitable, diligentée par une justice qui se serait, entre-temps, débarrassée de son péché mignon: la politisation à outrance.
Qu’on nous permette, au moins, d’espérer une telle mutation de notre justice, même si nous sommes nombreux à ne pas trop y croire, car la procédure, administrative et judiciaire, peut, à un moment ou un autre, buter sur des obstacles insurmontables et bifurquer pour aller dans une direction plus conforme aux vœux de certains magistrats, influents au sein du CSM, qui veulent éviter que la chute du juge Akremi ne soit le début d’une véritable purge au sein de ce corps d’Etat longtemps instrumentalisé par les lobbys politiques et les groupes d’intérêts, et qui s’était souvent laissé faire, contraint ou carrément complice, du moins s’agissant de certains juges dont les noms sont chuchotés dans les salles des pas perdus des palais de justice de la république.
La justice a besoin d’assainir ses rangs pour redorer son blason
Mais quoi qu’il en soit et qu’elle que soient les manœuvres qui seront tentées dans les prochains jours pour essayer de sauver le «soldat Akremi» (et derrière tout soldat, il y a toujours des généraux qui donnent des ordres), la justice tunisienne vit un moment charnière de son histoire: si elle parvient à assainir ses rangs en se débarrassant des magistrats corrompus, elle retrouverait sa crédibilité perdue depuis très longtemps (et plus précisément depuis les procès politiques de l’ère Bourguiba) et redorerait ainsi son image ternie auprès d’une majorité de Tunisiens. Et, au-delà du corps de magistrature, c’est tout le pays qui se sentirait beaucoup mieux. Ou bien, ce corps aujourd’hui très décrié renouerait rapidement avec ses mauvaises pratiques, et dans ce cas, tôt ou tard, et sans doute plus tôt que tard, la situation dans le pays étant quasi-explosive, il devrait, un jour ou l’autre, rendre des comptes. Et cette opération «Mani puliti» (Mains propres), comme celle menée en Italie dans les années 1990 par une poignée de juges honnêtes et courageux, ne saurait être reportée longtemps. Le jour où elle serait imposée par le peuple, elle aurait des conséquences terribles!
Articles du même auteur dans Kapitalis :
La justice en Tunisie gangrenée par la corruption de certains magistrats
La justice en Tunisie gangrenée par la corruption de certains magistrats
Les Tunisiens ne comprennent pas comment les procès des personnalités politiques, des hommes d’affaires puissants et même des barons de la contrebande et du marché parallèle n’aboutissent presque jamais, car ils se perdent souvent dans les méandres d’une justice très opportunément lente et dont les voies (ou les coulisses) sont aussi impénétrables que celles du …
Saïed et Mechichi aux petits soins de Taboubi, le vrai chef en Tunisie
Saïed et Mechichi aux petits soins de Taboubi, le vrai chef en Tunisie
Quand un Etat perd toute dignité, parce que ses dirigeants sont tombés très bas dans l’ignominie, et c’est le cas aujourd’hui en Tunisie, on ne peut s’étonner que ses décisions ne soient plus respectées par le peuple, même celles dont dépend la sécurité nationale, prises dans le cadre de la lutte contre la pandémie de …
Tunisie : Silence, Noureddine Taboubi peaufine son putsch !
Tunisie : Silence, Noureddine Taboubi peaufine son putsch !
Noureddine Taboubi et sa bande du bureau exécutif de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) vont tenir un congrès extraordinaire, non pour faire élire une nouvelle direction, comme le stipule le règlement intérieur de l’organisation, mais pour tripatouiller ce règlement intérieur et y faire sauter la règle de la limitation des mandats qui fait obstacle …
Bechir AkremiChokri BelaïdConseil Supérieur De La MagistratureEnnahdhaMagistrature TunisienneMohamed BrahmiRached GhannouchiTunisie
COMMENTAIRE
AUJOURD'HUI SUR HOME
Powered by
Kapitalis
Adresse: Résidence La Brise, Appartement A4-2 – El Gazella, Tunisie.
Tél : (+216)70.935.882
Email: kapitalis.com@gmail.com
info@kapitalis.com
Directeur : Ridha Kefi
Rédacteur en chef : Zohra Abid
Contact Pub
A PROPOS DE NOUS
Si vous voulez communiquer sur Kapitalis.com veuillez nous envoyer un mail sur l'adresse suivante kapitalis.com@gmail.com. Notre équipe marketing se chargera de vous contacter.
© Copyright 2010 Kapitalis / All rights reserved
Our website and its partners collect non-sensitive personal information through cookies like geolocation to personalise content and ads to fit your interests, analyse our performance and mainly to improve your user experience.
You can opt out of the sale of your data by clicking here. You may also opt out at any time by clicking at the "Do not sell my info" link in the menu.
HOME A LA UNE POLITIQUE TRIBUNE ECONOMIE SOCIETE CULTURE SPORT AUTO MEDIA CONSO
HOMEA LA UNEPOLITIQUETRIBUNEECONOMIESOCIETECULTURESPORTAUTOMEDIACONSO