kapitalis.com
AR
4'
A LA UNE
POLITIQUE
TRIBUNE
TUNISIE
Seule une vraie démocratie pourrait battre les islamistes
15 Juillet 2021
L’auteur répond à l’article de Kamel Daoud reproduit par Kapitalis et qui reprend avec une saignante ironie à la question «Que faire des islamistes qui nous veulent du mal?». Par l’espace de liberté qu’elle ouvre, la démocratie peut certes aider les islamistes à renforcer leur place dans nos sociétés, mais seule une vraie démocratie peut les vaincre, soutient-il.
Par Helal Jelali *
Les questions que vous posez à propos des islamistes sont plus que dangereuses : «faut-il les tuer», «faut-il les exiler», «faut-il les enfermer», «faut-il les éradiquer?»… Et vous affirmez que nous n’avons pas trouvé de solution. Votre analyse suggère que nous sommes impuissants et que la «solution finale» pourrait être la bonne.
Les islamistes financés par certains pays occidentaux
Non cher confrère, il y une vraie solution contre les islamistes : la vraie démocratie, les vrais droits de l’homme, la vraie liberté d’expression… Avec la chute du communisme, les régimes autoritaires cherchaient avec la complicité de certaines puissances étrangères, à trouver un nouvel ennemi pour justifier leur politique du tout-sécuritaire, et il avaient trouvé les islamistes, financés par les meilleurs amis de certains pays occidentaux.
Vous le savez très bien : le Pakistan peut se débarrasser en six mois des talibans, selon la déclaration d’un général pakistanais, mais comme ce pays ne reconnaît nullement les frontières avec l’Afghanistan et revendique discrètement les zones des tribus pachtounes, ils encouragent les talibans à occuper le terrain.
La lutte contre les islamistes ne peut être que politique et culturelle. Le creuset des islamistes sont les inégalités et les injustices sociales, la fragmentation sociale, la mauvaise gouvernance, les États policiers et militarisés, l’illettrisme… Dans une vraie démocratie avec un contrat social où chaque citoyen adhère spontanément à la cohésion nationale, les islamistes seront marginalisés.
Les islamistes seront marginalisés par une vraie démocratie
Regardez la montée de l’extrême droite en France et en Europe, elle est parallèle à la montée des politiques d’austérité et du néo-libéralisme et des inégalités sociales. Selon les dernières statistiques publiées dans le quotidien Le Monde, la France compte 9 millions de pauvres. Quand un peuple considère que ses conditions de vie se dégradent de jour en jour et son avenir est incertain, il revient à ses archaïsmes les plus irrationnels.
La bataille contre les islamistes ne devrait pas devenir «une rente politiques ou médiatique» mais plutôt l’engagement en faveur d’une vraie citoyenneté, où les conditions de vie offrent à chacun l’éducation, les services publics de santé, de logement et de transport nécessaires à sa vie quotidienne. Dans certains villes maghrébines et européennes, la mixité sociale a presque totalement disparu. C’est cette segmentation sociale qui avait accentué le développement des ghettos et du repli identitaire.
Monsieur Kamel Daoud, je vous invite à passer un week-end dans le centre commercial des Quatre Temps au quartier de la Défense, à Paris, où 200 000 Français d’origine maghrébine font généralement leurs courses, il n’y a ni foulard, ni hijab, ni qamis afghan. Vous allez plutôt découvrir une classe moyenne de jeunes couples avec enfants qui ont déjà acheté leur appartement, un city-car, et n’ont en cure du repli identitaire. Dans ce contexte, je regrette que les études sociologiques sur l’immigration en France datent des années 1980.
* Ancien journaliste tunisien basé à Paris.
Articles du même auteur dans Kapitalis :
Tunisie : Au-delà des lamentations, nous sommes tous responsables du gâchis actuel
Tunisie : Au-delà des lamentations, nous sommes tous responsables du gâchis actuel
Depuis des années, tous les observateurs indépendants avaient fait le même diagnostic, la Tunisie va très mal : endettement insoutenable, corruption à tous les étages, pauvreté galopante, institutions républicaines bloquées et crise morale sans précédent… Mais ce n’est pas que la responsabilité des autres, nous sommes tous impliqués dans cet échec collectif, même si ce …
Tunisie : la grande confusion entre démocratie et pluralisme
Tunisie : la grande confusion entre démocratie et pluralisme
En Tunisie, où aucun parti politique occupant les devants de la scène n’a engagé un débat réel sur la nature et les critères de la démocratie que l’on veut instaurer dans le pays, le moteur de la transition démocratique en cours semble tourner à vide. Résultat : la «démocratie» mise en place au lendemain du … Lire la suite de
Kaïs Saïed : la popularité ne saurait tenir lieu de programme politique
Kaïs Saïed : la popularité ne saurait tenir lieu de programme politique
Un chouïa nassérien au Caire, compassionnel avec les démunis à la cité Ettadhamen, très virulent quand il s’agit de la cause palestinienne ou de la lutte contre la corruption, voici quelques traits qui structurent le discours du président de la république Kaïs Saïed. Il prend la Constitution de 2014 pour un programme politique et passe …
Afghanistan
Helal Jelali
Islamistes
Kamel Daoud
Pachtounes
Pakistan
Talibans
COMMENTAIRE
AUJOURD'HUI SUR HOME
Powered by
Kapitalis
Adresse: Résidence La Brise, Appartement A4-2 – El Gazella, Tunisie.
Tél : (+216)70.935.882
Email: kapitalis.com@gmail.com
info@kapitalis.com
Directeur : Ridha Kefi
Rédacteur en chef : Zohra Abid
Contact Pub
A PROPOS DE NOUS
Si vous voulez communiquer sur Kapitalis.com veuillez nous envoyer un mail sur l'adresse suivante kapitalis.com@gmail.com. Notre équipe marketing se chargera de vous contacter.
© Copyright 2010 Kapitalis / All rights reserved
Our website and its partners collect non-sensitive personal information through cookies like geolocation to personalise content and ads to fit your interests, analyse our performance and mainly to improve your user experience.
You can opt out of the sale of your data by clicking here. You may also opt out at any time by clicking at the "Do not sell my info" link in the menu.
HOME A LA UNE POLITIQUE TRIBUNE ECONOMIE SOCIETE CULTURE SPORT AUTO MEDIA CONSO
HOMEA LA UNEPOLITIQUETRIBUNEECONOMIESOCIETECULTURESPORTAUTOMEDIACONSO