kapitalis.com
INFOS
Festival du théâtre en Jordanie : Quatre prix pour «Loups solitaires», du Tunisien Walid Daghsni
Tunisie : la partitocratie dans la tempête
31 Juil 2021 | 7:32 A LA UNE, POLITIQUE, TRIBUNE, Tunisie

De toute la partitocratie née après 2011, seuls Abir Moussi et le PDL ont tenu tête aux islamistes. Et ils l’ont payé en étant victimes de violences répétées sous la coupole même de l’Assemblée.
Quand certains écrivaient depuis longtemps que la classe politique tunisienne était complètement nulle, totalement opportuniste, sans colonne vertébrale; d’autres pensaient que cela était exagéré ! L’actualité nous montre, hélas, que ce n’était que la vérité et qu’il est illusoire de croire que ces politicards vont changer, s’améliorer et participer au redressement du pays. Il va falloir qu’ils fassent amende honorable, se remettent en question et tentent de se refaire pour exister. Car, après le «coup de maître» de Kaïs Saïed du 25 juillet 2021, tous les partis qui ont frayé avec les islamistes n’existent plus.
Par Rachid Barnat *
Pour rester dans le respect total de la Constitution et une légalité totale, il aurait suffit de démettre Ghannouchi du perchoir ! Pour cela il aurait fallu que les députés qui le critiquent parmi les dits progressistes lui retirent leur confiance. Mais nombreux parmi eux le critiquaient face caméra et marchandaient avec lui dans les coulisse pour mieux vendre leur trahison au plus offrant !
Aujourd’hui, après les résolutions prises par Kais Saied de limoger Rached Ghannouchi, Hichem Mechichi et les députés, on en voit qui ne manquent pas de culot ni de décence, et paradent de plateau TV en studio radio pour s’attribuer le mérite d’avoir été par leurs critiques à l’origine de l’éviction des Frères musulmans du pouvoir, Kais Saied n’ayant fait que la confirmer par ses résolutions du 25 juillet !
N’oublions pas le rôle de Moussi et du PDL dans la chute des islamistes !
On entend même certains qui se sont alliés à Ghannouchi ou plaidaient pour faire une place aux Frères musulmans sur la scène politique tunisienne, au nom du fumeux «consensus», faire des déclarations aux médias «game over», disent-ils, le jeu est terminé pour Ghannouchi et ses Frères qui ont multiplié les erreurs politiques, pour les accabler de tous les «échecs» que leur attribue le peuple sorti manifester le 25 juillet pour les dégager; comme si leurs partis respectifs n’y étaient pour rien et n’avaient pas été les soutiens indispensables du gourou islamiste; soutiens sans lesquels, il aurait quitté la scène depuis longtemps, ainsi que ne cessait de le réclamer la seule cohérente et déterminée : Abir Moussi, présidente du Parti destourien libre (PDL)!
Même Saied veut nous faire croire que la colère du peuple est venue de nulle part et n’a été causée que par les fautes des islamistes, alors que nous savons tous que sans le travail salutaire et harassant qu’ont mené les députés du PDL, avec à leur tête Mme Moussi, pour dénoncer Ghannouchi et l’obliger à tomber le masque, jusqu’à le mettre au pied du mur lui faisant multiplier les fautes et les erreurs, détaillant avec clarté toutes les turpitudes de ce parti et de son chef qui bafoue crânement la loi, la constitution, les règles internes de l’Assemblée et la démocratie !
Qui aurait connu les projets néfastes des Frères musulmans, les violations de la procédure parlementaire et la résistance par tous les moyens de Mme Moussi et de son groupe parlementaire; ce que certains qualifiaient de «cirque» moquant les Destouriens authentiques qui refusent l’islam politique ?
Saied n’a fait que ramasser un fruit mûri par l’action acharnée de Moussi et de son groupe parlementaire. Il faut rendre à César, ce qui est à César.
On constate avec étonnement que pas un mot n’est dit de ce travail ! Saied semble ignorer complètement l’existence de ce parti et les outrages et violences verbales et physiques subis par sa présidente depuis son accession au Bardo. Règlements de compte d’avec les Destouriens, honnis par les panislamistes et leurs acolytes panarabistes ? Or on ne bâtit rien sur le mensonge, ne serait-ce qu’un mensonge par omission. Et sans cette reconnaissance du travail d’Abir Moussi, l’avenir de ce mouvement populaire du 25 juillet est plus que douteux.
Une nouvelle ère de retournements de veste a commencé
Beaucoup de Tunisiens n’accepteront pas que le PDL, porteur d’une doctrine qui a fait ses preuves dans le passé pour avoir libéré le pays et bâti une nation et une république, faisant entrer la Tunisie dans la modernité, soit ainsi mis à l’écart.
Les Tunisiens seront également plus que choqués de voir que parmi les procédures lancées par le président, rien n’est fait contre ceux qui ont, au vu et au su de tous, commis des violences au sein même de l’Assemblée contre Moussi. Va-t-on encore une fois vers le deux poids deux mesures ? Est-ce là, la justice de Saied qui affirme que le droit s’appliquera pour tous, sans exception ?
Mais c’est bien connu, il y a toujours des malins qui tirent les marrons du feu… Des retournements de veste s’observent, dans l’autre sens, parmi les dits progressistes qui avaient rallié Ennahdha. Sentant la fin de Ghannouchi, ils commencent à le critiquer ouvertement, donnant raison à Saied ! Et n’a-t-on pas entendu l’inénarrable Mustapha Ben Jaâfar, l’ex-groggy du perchoir, soutien de la première heure des islamistes, qui affirmait aux Tunisiens qu’ils détiennent la meilleure constitution au monde, se rallier aujourd’hui sans vergogne et sans honneur, à Saied ?!
Même au sein d’Ennahdha on a entendu des membres importants de ce parti et d’anciens ministres de Ghannouchi approuver la décision de Saied ! Samir Dilou allant jusqu’à rappeler son amitié et son attachement à Saied, son ancien professeur, dont il approuve les décisions ! Mais qui s’en étonnera dans un parti qui a érigé la «taqiya» et l’hypocrisie en méthode de gouvernement ?
Hamma Hammami insiste pour finir dans la poubelle de l’Histoire
Le seul qui soit resté fidèle à ses vieilles lunes idéologiques et à son ami Ghannouchi qu’il a toujours soutenu bien qu’il soit le protecteur des assassins de son «ami» Chokri Belaid, c’est Hamma Hammami, porte-parole du Parti des ouvriers, qui conteste à Saied de vouloir démettre Ghannouchi; et qui rajoute, que s’il y a quelqu’un qui doit être démis de ses fonctions, c’est bien Saied lui-même! Mais ne tirons pas sur une ambulance. Ce personnage n’a jamais représenté grand monde et il ne représente plus rien aujourd’hui. Il finira dans la poubelle de l’Histoire.
Tout cet opportunisme et ces retournements de veste n’augurent rien de bon pour le pays car on ne construit rien de solide avec une si grande absence de conviction.
Si les Tunisiens se sont laissés avoir dans l’euphorie révolutionnaire du fumeux «printemps arabe» en 2011, par ces opportunistes sortis de nulle part; se laisseront-ils encore avoir par eux, alors que Moussi a fait un travail devenu indispensable, pour qu’ils sachent faire le tri du bon grain de l’ivraie parmi les hommes politiques ?
L’avenir nous le dira car la démocratie est, chacun le sait, un long combat et ne s’acquiert que par l’éveil et la vigilance d’un peuple.
Blog de l’auteur.
Articles du même auteur dans Kapitalis :
On en vient parfois à se demander si les Tunisiens savent ce que c’est que l’indécence et s’ils sont à ce point anesthésiés pour se laisser maltraiter par Rached Ghannouchi, dont le culot n’a pas de limite, au point de vouloir les dépouiller et leur faire payer le prix du prétendu militantisme des Frères musulmans …
À l’occasion de commémoration du 21e anniversaire de la mort de Habib Bourguiba, libérateur de la Tunisie et bâtisseur de sa république, survenue le 6 avril 2000, il est curieux de voir certains panarabistes comme le président Kais Saied et certains panislamistes comme le Frère musulman Lotfi Zitoun, rendre hommage à l’ancien président, alors qu’ils … Lire la suite de
Ceux qui continuent à bouder Abir Moussi pour des raisons irrationnelles se trompent de combat comme ils se trompent de croire que les partis qui pactisent, ou sont disposés à le faire, avec Ghannouchi, leur seront d’un quelconque secours car on ne peut attendre d’un pompier pyromane d’éteindre les feux qu’il allume; comme on ne … Lire la suite de
Abir Moussi, destouriens, Ennahdha, Hamma Hammami, islamistes, ُKaïs Saïed, partitocratie, Rached Ghannouchi, Rachid Barnat, Samir Dilou, Tunisie
5 Avis sur “Tunisie : la partitocratie dans la tempête”
  1. VEC
    31 juillet 2021 at 8 h 17 min
    moussi merite de faire parti du prochain gouvernement selon la volonté du peuple
    Habib
    31 juillet 2021 at 13 h 59 min
    Moussi ne peut pas donner carte blanche Saïd, elle ne participera donc à aucun gouvernement.
  2. Carthage Libre
    31 juillet 2021 at 11 h 42 min
    Je remarque que depuis quelques jours il y’a des INGRATS envers Abir Moussi.
    Abir Moussi, que tu aimes ou tu n’aimes pas est la SEULE, je rép^ète pour que cela entre bien dans vos narines, la SEULE, la SEULE, la SEULE qui a tenu tête aux Terroristes, aux islamistes, aux qaradhaouistes, aux karamistes et qui leur a fait tomber leur PANTALONS de Terroristes.
    C’est elle qui a révélé les COMBINES des islamistes, c’est elle qui a secoué la « maison mère » des Terroristes, Ennahdha, c’est elle qui a remis sur la table les dossiers des assassinats politiques ainsi que de nos sécuritaires par les islamistes, c’est elle qui a produit les documents sur les graves faits financiers d’Ennahdha, c’est elle qui a démontré A+B le NON RESPECT de la « démocratie » et des procédures au Parlement, c’est elle qui a démontré la VENTE DU PAYS au Qatar et Turquioe par Ennahdha ; ne SOYEZ PAS INGRATS dine omkom !!!
    Un grand expert étranger à dit « Abir Moussi a mis les bûches dans la cheminée. Kaies Saied a allumé la mêche » ; c’est BIEN cela qui résume tout.
    Elle reste, elle demeure la SEULE alternative en Tunisie : un Tandem Kaies Saied-Abir Moussi serait SALVATEUR pour notre pays.
  3. Layla
    31 juillet 2021 at 14 h 40 min
    Plaidoyer en faveur de Moussi et son parti? Soit.
    Toutefois, la question de l’heure n’est pas à distribuer bon points/mauvais points.
    S’agissant de Moussi, la logique de son combat aujourd’hui lui impose de rechercher une large unité, en rapport avec ses principes et avec le sens aigu d’un patriotisme.
    Des éléments déjà connus ou pas peuvent faire partie de ce rassemblement alternatifs aux partis d’hier, en banqueroute, tous.
  4. Abidi
    1 août 2021 at 0 h 40 min
    Détrempez vous mr c’est le peuple qui a voulu et le président l’a entendu ni moussi ni aucun parti politique n’a contribué à quoi que ce soit sauf la desolation et le chaos
Laisser un commentaire
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
Commentaire
Nom *
E-mail *
Site web
Enregistrer mon nom, mon e-mail et mon site dans le navigateur pour mon prochain commentaire.
POLITIQUE
Bouteflika et la Tunisie : une si longue amitié
18 Sep 2021 0
Tunisie : Et si Kaïs Saïed était desservi par une justice...
18 Sep 2021 3
L’immobilisme de Saied va le perdre et coûter cher à...
18 Sep 2021 6
Marzouki à Makhlouf sur Zitouna TV: «Marhaba habibi, je me...
18 Sep 2021 3
Décès de l’ancien président algérien Abdelaziz...
18 Sep 2021 3
Tribunal de Kasserine : Makhlouf recherché dans une affaire...
17 Sep 2021 8
TRIBUNE
Tunisie : des étudiants candidats au… chômage !
17 Sep 2021 6
Les relations de la Tunisie avec le G7 et l’Union...
16 Sep 2021 6
Pour quand la reprise économique en Tunisie ?
16 Sep 2021 11
Tunisie : une constitution au pays de Merlin...
15 Sep 2021 10
Crime contre le patrimoine à Sidi Bou Saïd, un village...
15 Sep 2021 5
Dans la tête de Kais Saied : du président spectateur au...
14 Sep 2021 7
Kapitalis
Adresse: Résidence La Brise, Appartement A4-2 – El Gazella, Tunisie.
Tél : (+216)70.935.882
Email: kapitalis.com@gmail.com
info@kapitalis.com
Directeur : Ridha Kefi
Rédacteur en chef : Zohra Abid
Contact Pub
A PROPOS DE NOUS
Si vous voulez communiquer sur Kapitalis.com veuillez nous envoyer un mail sur l'adresse suivante kapitalis.com@gmail.com. Notre équipe marketing se chargera de vous contacter.
RGPD
Conditions générales
Politique de cookies (UE)
Politique de cookies (CA)
Avertissement
Privacy Statement (CA)
Politique de confidentialité – Données personnelles et cookies
Copyright © 2010 Kapitalis | All rights reserved
Recevoir nos news en temps réel
HomeA LA UNEPOLITIQUEECONOMIETRIBUNESOCIETESPORTCULTUREMEDIAVIDEOSAUTOFacebookTwitterYoutube