kapitalis.com
INFOS
Riadh Daghfous : «La fermeture des frontières tunisiennes n’est pas envisageable actuellement»
Tunisie : Les dessous de l’alliance «historique» entre les destouriens et les islamistes
25 Août 2021 | 14:41 A LA UNE, POLITIQUE, TRIBUNE, Tunisie

Rached Ghannouchi, Mohamed Mzali et Said Ferjani.
Depuis dix ans les anciens hauts fonctionnaires des administrations de Bourguiba et de Ben Ali publient des tribunes dans les médias pour vilipender, conspuer et dénoncer les islamistes. Ils le font sans se poser la question centrale : pourquoi et comment avait émergé le mouvement en Tunisie et quel est leur degré de responsabilité dans cette histoire? Ont-ils oublié que le congrès du Néo-Destour de 1971 à Monastir avait scellé une alliance malsaine avec les islamistes pour contrer «les gauchistes»? 
Par Helal Jelali *
Depuis l’indépendance, nous sommes dans un pays où les flagorneurs, avec leur éloquence indécente, tiennent le haut du pavé avec un discours sur la modernité et le progressisme bourguibien.
A partir de 1955, l’ancien président Habib Bourguiba avait décrété que la Tunisie indépendante  serait progressiste et moderniste. Sauf que le «Combattant Suprême» avait importé une modernité sans sa colonne vertébrale, à savoir la démocratie.
La modernité et le progressisme européens ne sont pas des biens marchands, mais un long processus qui a «mijoté» à partir du XVIe siècle.
Quatre siècles qui avaient été secoués par une série de révolutions, à commencer par le protestantisme jusqu’aux révolutions américaine et française et le renforcement des pouvoirs de la Chambre des Communes au Royaume-Uni. La modernité avait aussi été marquée par la renaissance d’une culture scientifique et artistique sans précédent, que ce soit dans la littérature, le théâtre ou la musique et la peinture. Même s’il avait perdu la bataille de Waterloo, Napoléon donna le Code civil qui sera le document à l’origine de la nouvelle citoyenneté dans le monde du XIXe siècle.
La modernité bourguibienne n’a pas tenu ses promesses
Soyons clairs et brefs: la modernité, ce sont d’abord la démocratie, la nouvelle citoyenneté conquise en Europe à partir du XIXe siècle, les droits sociaux des travailleurs, le respect des libertés publiques et des institutions politiques crédibles, sans oublier une économie viable.
Nous avions, comme l’avait écrit Malika Zghal, professeur à Harvard, «un État importé» et «une modernité importée».
A quoi servaient un parlement, une Cour constitutionnelle, un Conseil d’État, ou un Conseil supérieur de la magistrature sous Bourguiba? A rien, puisque l’ancien président décidait de tout, même du verdict de certains procès. 
Nous vivions dans un décorum étatique et républicain presque factice et artificiel. Et c’est à partir des années 1970 que les islamistes avaient commencé à apercevoir les fissures du «système» bourguibiste. 
N’oublions pas que l’ancien président avait déclaré, au début des années 1960 à la télévision  française : «Le système, c’est moi».
Durant ces années et après l’échec de du collectivisme, soutenu massivement par l’UGTT, la pauvreté rurale était endémique. La famine avait frappé très violemment les régions intérieures, surtout celles du centre et le sud du pays. Un délégué (sous-gouverneur) a failli être molesté par ses supérieurs parce qu’il avait ouvert les portes du dépôt alimentaire étatique à la population affamée de sa ville. Pas un mot dans les médias et ni au sein du Néo-Destour.
C’est vrai que les paysans étaient et le sont, jusqu’à aujourd’hui, très discrets sur leur pauvreté et leur misère.
Cette situation était du pain béni pour les islamistes. On avait vu fleurir les associations de «Sauvegarde du Coran», parade derrière laquelle un discours plus radical était à l’œuvre.
Les pauvres, les laisser-pour-compte et les chômeurs désespérés avaient trouvé leur valeur-refuge. Cette modernité parachutée par l’élite bourguibiste n’avait pas tenu ses promesses d’intégration sociale, ni au niveau politique, ni au niveau économique.
Les islamo-destouriens du «Combattant Suprême» 
Et vint le congrès historique du Néo-Destour de Monastir en 1971. Un congrès houleux où Bourguiba refusa catégoriquement, malgré l’insistance de ses plus fidèles amis et parents, toute élection interne au sein des instances du parti. Quel moderniste et quel progressiste notre «Combattant Suprême» !
Ce congrès de Monastir sera salutaire pour les associations islamistes. C’est la naissance des Islamo-destouriens : les premiers sont au nombre de trois : le député Youssef Rouissi, l’ingénieur Béchir Sediki, et la professeure de philosophie Hind Chelbi, tous membres du Néo-Destour. Ils avaient demandé au régime d’avoir aussi des références islamiques dans son action politique et culturelle. Timidement, on avait commencé à installer des salles de prière dans les usines, les entreprises et même dans les lycées, comme le lycée Alaoui à Tunis en 1974 et dont le proviseur était un certain M. Bouden…
Dire que c’est l’ancien ministre de l’Education nationale et Premier ministre Mohamed Mzali (1980-1986) était le chef d’orchestre de ces choix, c’est faux et mensonger. C’est vrai que M. Mzali avait obtenu l’amnésie de Bourguiba pour des détenus du nouveau Mouvement de tendance islamiste (MTI) et avait annulé la circulaire interdisant le hijab. Ces «orientations» étaient dictées par le congrès de Monastir. Explication de l’ancien ministre de l’Intérieur Tahar Belkhodja (1973-1977) publié par l’Institut Bourguiba : «La décision a été prise au niveau du bureau politique du PSD. Nous estimions que nous pouvions les utiliser – les islamistes –. Nous avions créé l’association pour la Sauvegarde du Coran. Nous avions réparti également les diplômés de la faculté de théologie – Zitouna – dans les collèges et les lycées». Rached Ghannouchi et Abdelafattah Mourou avaient portes ouvertes dans les salons de la république.
Tahar Belkhodja reconnaît que la revue des islamistes «Al Maarifa» («La Connaissance et la société») était imprimée sur les rotatives de la Sagep, une société dépendant du PSD.
Quand au premier bureau de Ghannouchi à Tunis, proche de l’avenue Habib Thameur, c’était un modeste cadeau de Mohamed Sayah, ancien directeur du PSD et historien officiel de Bourguiba. 
Dans son livre d’entretien accordé à Mohamed Kerrou et dont le titre est «Notre histoire», Habib Bourguiba Junior avait exprimé tout sa désapprobation de la stratégie du parti de son père : «Il y a eu, en Tunisie, à un certain moment, un laisser-faire pour contrer la montée de la gauche. Mis, je considère que c’était une erreur».
Nos chers modernistes et progressistes, dans les années 1972-73-74, après les procès des Perspectivistes et des gauchistes, les militants démocrates étaient chassés manu militari des cafés de l’avenue Bourguiba et de l’avenue de Paris et ils s’étaient réfugiés dans les cafés de la vieille médina et Bab Souika. La bande de Rached Ghannouchi règnait sur le centre-ville et au campus universitaire. A l’âge d’or du théâtre populaire tunisien – il y avait une troupe par quartier –, 10 pièces de théâtre ont été censurées entre 1972 et 1973… Les «théâtreux» de l’époque aimaient beaucoup Berthold Brecht, «un dangereux communiste» pour les «âmes pures» du bourguibisme. Le film «Sacco et Vanzetti» a eu droit à une seule projection aux JCC, renvoyez la bobine à l’expéditeur, SVP ! La programmatrice qui avait diffusé, en 1983, le film «Missing», un film qui dénonçait la dictature de Pinochet, avait été suspendue un mois de la télévision publique.
1978 : le pacte Ben Ali-Ghannouchi
Nommé directeur de la sûreté générale après les émeutes sanglantes du «Jeudi noir» en 1978, Zine El Abidine Ben Ali, invita, dès les premiers jours de la prise de ses fonctions au ministère de l’Intérieur, Rached Ghannouchi, pour boire un café ensemble. Le futur dirigeant du MTI et  d’Ennahdha ne toucha pas à sa tasse de café. Réaction de Ben Ali : «Crois-tu que je vais t’empoisonner dans mon bureau?»
On pourrait facilement imaginer ce qu’a dit le futur président de la république au futur président de l’ARP : «Nous avons deux ennemis communs, les gauchistes et l’UGTT, mettons-nous au travail…» Leurs voies se décroiseront dès qu’il prit le pouvoir en 1987, avant de se croiser de nouveau peu de temps avant sa chute, le 14 janvier 2011, tournant qui annonça la prise du pouvoir dans le pays par les islamistes.
Le fruit amer de cette alliance (tactique, calculée ou provisoire ou tout cela à la fois ?), nous y goûtons encore ici et maintenant.
* Ancien journaliste tunisien basé à Paris.
Articles du même auteur dans Kapitalis :
Ouf, Ouf , on respire, la basse-cour décrite par Gustave Flaubert dans Madame Bovary, allusion au personnel politique de la IIIe République, n’a plus rien à dire depuis ce 25 juillet 2021. Une respiration médiatique sans précédent. Vous pouvez aller à la plage… Par Helal Jelali * Fini l’ours aux yeux clairs qui avait brûlé …
Ils ne comprennent pas, ou ils font semblant de ne pas comprendre… Les Rached Ghannouchi, Noureddine Taboubi, Zouhaier Maghzaoui et les autres n’ont pas bien saisi la phrase du président Kaïs Saïed qui balaie tous leurs projets : «Du pain et de l’eau, mais pas de retour en arrière», laquelle sonne comme un programme de … Lire la suite de
A 67 ans, je continue de rêver, de me rebeller, de raconter des blagues, même dans le box de la mort de la réanimation cardiologique, et d’espérer, enfin, que ce pays ira mieux… Je rêve encore qu’un président pousse son peuple à ne plus pleurnicher et à se prendre en main. Ce serait déjà un …
Abdelafattah Mourou, destouriens, Habib Bourguiba, islamistes, Mohamed Sayah, Rached Ghannouchi, Tahar Belkhodja, Tunisie, Zine El-Abidine Ben Ali
12 Avis sur “Tunisie : Les dessous de l’alliance «historique» entre les destouriens et les islamistes”
  1. L'insulaire
    25 août 2021 at 15 h 49 min
    C’est aussi ce maudit mzali qui a commence en 1975 avec sa maudite arabisation du systeme scolaire au secondaire,et rappelez-vous les emeutes dans les ecoles secondaires en 1975 et leur fermeture pendant une semaine.
    C’etait le debut de cette maudite islamisation du pays.
    Modérateur de Kapitalis : Non, l’islamisation a commencé avec Bourguiba et le Parti destourien en… 1971.
    Togatus
    26 août 2021 at 21 h 17 min
    Mzali a construit l’autoroute pour l’islamisme en arabisant le système scolaire ceux qui avait 6 ans en 1975 donc adolescent au début 1980 sont devenus les plus vulnérables à l’endoctrinement islamiste qui est le plus part et arrivé par vois de Cassette audio.
    Eux même sont devenus par la suite des véritables VRP du salafisme. a l’époque j’ai regardé un film au cinéma le Capitole (Grimlins) et je voyais vraiment une ressemblance.
  2. Srettop
    25 août 2021 at 17 h 53 min
    SERIONS NOUS CONDAMNES A SUBIR L’ISLAMISME AD VITAM AETERNAM SOUS PRETEXTE QU’IL FUT FAVORISE ET UTILISE DANS LE PASSE?
    Modérateur de Kpitalis : Vous n’êtes obligé à rien. L’auteur rappelle des faits historiques. On ne va pas faires les amnésiques.
  3. Togatus
    25 août 2021 at 19 h 23 min
    C’est de la racaille, les plus parts sans pedigrees, descendants de petit fils de soldats turc ou génocidaires.
    Comme il disait mon grand-père :
    Ses gents la, habitent toujours les villes côtières ou au bord de la mer depuis des générations, et c’est juste pour fuir en cas où.
  4. Welles
    25 août 2021 at 20 h 40 min
    Drôle de manière de lire l’histoire. Votre ironie à propos du combattant suprême est abjecte.Le respect est mort vous ne connaissez pas bien entendu
    Modérateur de Kapitalis : L’Histoire ne connaît pas le respect. L’Histoire ne reconnait que les FAITS. Et les faits sont souvent têtus. L’Histoire n’est pas non plus de l’idolâtrie. Bourguiba, pas plus qu’un autre, doit être mis à l’épreuve de l’Histoire, c’est-à-dire de la vérité.
    Welles
    26 août 2021 at 12 h 54 min
    De quelle vérité vous parlez? Celle de la subjectivité de l’histoirien, la lecture du passé ne peut être qu’interprétative et votre pseudo historien n’échappe pas à la règle . Le dogmatisme est un vilain défaut.
    Modérateur de Kapitalis : De quelle subjectivité vous parlez ? L’auteur a cité des faits historiques. Des FAITS confirmés par les acteurs de l’époque. Il n’a pas interprété des déclarations ou discuté des positions. Il a évoqué des FAITS. C’est votre commentaire qui suinte le dogmatisme et l’idolâtrie.
    Welles
    26 août 2021 at 16 h 00 min
    Les faits ne sont pas des vérités, ne confondez pas réalité et vérité et la réalité est sujette à interprétation c’est ce que dit la science mais continuez à faire l’avocat du diable avec modération monsieur le modérateur
  5. 26 août 2021 at 3 h 29 min
    Le concept de l’Etat importe est du politologue francais Bertrand Badie :
    L’Etat importé: Essai sur l’occidentalisation de l’ordre politique (L’espace du politique, 1992), par Bertrand Badie
  6. sabritousabritou
    26 août 2021 at 6 h 42 min
    M…d…rirrrreees.
    Tu es Journaliste or chirurgien?!!!
    Merci..
    Analyse de haute Gamme..
    X.merci.
    T.Ap.O
  7. 26 août 2021 at 10 h 43 min
    Le texte de la Pr Malika Zgual était publié avant – disponible sur internet . La notion « d’État importé » datent des années 1960, au lendemain des indépendancesl
  8. MOKNI Taoufik
    27 août 2021 at 22 h 13 min
    Et certains reprochent au Président KS ce qu’il fait aujourd’hui ! En qui peut-il avoir confiance ?
  9. H.Ouertani
    29 août 2021 at 2 h 47 min
    Nous les gens du nord-ouest, les Kefistes, les autochtones, les tribaux qui on a fait trembler plusieurs civilisations y compris en dernier la France avec nos fellagas et nos héros comme Ben Ghedahem contre les beylicales des fois stupides et instrumentalisés par Bourguiba l’étranger pour sa soif du pouvoir qui nous as mis en arrière-plan, chair à canon à Bizerte.
    Depuis la nuit du temps on s’est fait envahir par les libanais (les puniques) donc les carthaginois tellement médiocres qu’on a passé deux siècles à payer leurs ratés et leurs factures, la même civilisation et au jour d’huis comme vous en faillite (le Liban), musulmans arabes terroristes et assassins, marabouts tordus d’esprits et j’en passe.
    On s’est fait aussi sans contestation fait appeler les arabes, pour ne pas payer une grosse facture, des musulmans castrés pour encore réduire la facture. Des Gameth par vous les civilisés de Tunis, des oura l’blaka, tous en allant acheter le pain au boulanger avec le blé qu’on cultive pour vous.
    Le gouvernent et la nation tunisienne, pour nous ça n’existe pas, c’est une métaphore de pouvoir de descendants arabo-turc envahisseurs, qui ne couvre que 50 kilomètres de profiteurs à partir de la cote et dans la profondeur du territoire ou sur les pavés des rues de Tunis ou même à paris ou vous êtes. La preuve et que vous braver encore un drapeau arabo-turc de vous ascendants.
    Rien à faire avec vous, Nous somme les 85% du pouvoir silencieux, vous sans courage même à faire votre devoir de service militaire pour votre pseudo nation, vous avez récupérer juste un cadavre et un suicidaire d’entre nous pour en faire les assises d’une tentative création qui d’une nation qui n’existeras jamais.
    C’est de l’histoire que vous dites surement de mzali de ghannouchi, mais c’est nettement moins intéressant que l’histoire de l’ingénierie de l’assagissement de l’ONAS de Tunis pendants la même période
    H Ouertani, un petit cultivateur de blé a Sra Ouertani comme ma famille depuis plus de 3 siècles
Laisser un commentaire
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
Commentaire
Nom *
E-mail *
Site web
Enregistrer mon nom, mon e-mail et mon site dans le navigateur pour mon prochain commentaire.
POLITIQUE
Tunisie : Kais Saied – UGTT : le double dilemme
02 Déc 2021 0
Tunisie : Oussama Sghaier (Ennahdha) empêché de voyager
01 Déc 2021 1
Tunisie : L’ancien ministre Samir Taieb libéré
01 Déc 2021 1
Ahmed Gaâloul : «J’ai été interdit de voyager»
01 Déc 2021 2
Abdellatif Mekki : «Le discours de Kaïs Saïed vise à...
01 Déc 2021 3
Tunisie : Cheffi appelle Saïed à rassembler toutes les...
01 Déc 2021 1
TRIBUNE
Tunisie : Kais Saied – UGTT : le double dilemme
02 Déc 2021 0
Vers une géopolitique aux ondes covidiennes !
01 Déc 2021 0
Kais Saied, président énigmatique d’un pays en quasi...
30 Nov 2021 3
Francophonie : Le report du sommet de Djerba ou la...
30 Nov 2021 0
Covid-19 : La Tunisie doit se prémunir contre une poussée...
29 Nov 2021 1
Tunisie : Kais Saied entre déficit de légalité et grand...
29 Nov 2021 8
Kapitalis
Adresse: Résidence La Brise, Appartement A4-2 – El Gazella, Tunisie.
Tél : (+216)70.935.882
Email: kapitalis.com@gmail.com
info@kapitalis.com
Directeur : Ridha Kefi
Rédacteur en chef : Zohra Abid
Contact Pub
A PROPOS DE NOUS
Si vous voulez communiquer sur Kapitalis.com veuillez nous envoyer un mail sur l'adresse suivante kapitalis.com@gmail.com. Notre équipe marketing se chargera de vous contacter.
RGPD
Conditions générales
Politique de cookies (UE)
Politique de cookies (CA)
Avertissement
Privacy Statement (CA)
Politique de confidentialité – Données personnelles et cookies
Copyright © 2010 Kapitalis | All rights reserved
Recevoir nos news en temps réel
HomeA LA UNEPOLITIQUEECONOMIETRIBUNESOCIETESPORTCULTUREMEDIAVIDEOSAUTOFacebookTwitterYoutube