kapitalis.com
INFOS
Tunisie : Oussama Sghaier (Ennahdha) empêché de voyager
Tunisie : Les dérives de la guerre contre la corruption
27 Oct 2021 | 8:34 A LA UNE, POLITIQUE, Tunisie

En recevant en audience, lundi, Mohamed Rekik, ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières, le président Kais Saied évoque avec lui une vague affaire de terre domaniale agricole louée à bas prix à un opérateur proche d’un parti politique. Appréciez la précision !
Les réseaux sociaux sont devenus un espace où se livre une sorte de guerre de tous contre tous et où tous les coups sont permis : insultes, dénigrements, rumeurs, mensonges, désinformations, offenses, atteintes à l’honneur… En Tunisie, ce phénomène a pris une telle ampleur qu’il en devient une menace pour la paix et l’ordre publics, d’autant que le président Kaïs Saïed semble s’être laissé prendre à ce jeu malsain, lui donnant le crédit lié à son magistère présidentiel.
Par Ridha Kéfi
La tournure que prend la guerre contre la corruption devient gravement glissante et porteuse de violences latentes. Elle fait régner dans le pays une atmosphère de tribunaux d’inquisition dont les réseaux sociaux sont le réceptacle fourre-tout, multipliant les rumeurs, les intox et les attaques contre les personnalités qui ont été liées à la gestion des affaires publiques au cours des dix dernières années, souvent sans précaution ni vérification, comme il est d’usage pour ne pas livrer l’honneur des gens à la vindicte populaire, souvent d’ailleurs injustement et sans se sentir obligé de corriger les erreurs (car il y en a souvent) et de s’excuser auprès des victimes pour les dommages qui leur ont été causés.
La justice, pour sa part, même dans les cas où des plaintes sont déposées contre ces spécialistes de l’insulte gratuite, laisse traîner les affaires et ne sévit pas avec la fermeté requise pour mettre fin aux abus et dissuader leurs auteurs, souvent des récidivistes spécialisés dans le chantage à l’honneur.
Une danse du scalp à l’échelle nationale
Ce qui est grave dans cette affaire, c’est que le président de la république, censé garantir l’unité nationale, rassembler les citoyens et les mobiliser autour de l’intérêt national, apaiser les esprits échauffés et veiller sur la paix civile, s’associe lui aussi à cette danse du scalp qui prend une dimension nationale, reprenant à son compte pour les amplifier certaines rumeurs colportées par des spécialistes de l’offense, du mensonge et de la manipulation des esprits.
Kaïs Saïed, qui cherche à donner du crédit à sa guerre contre la corruption, fait feu de tout bois et reprend souvent à son compte avec une surprenante légèreté, s’agissant d’un chef d’Etat, les accusations les plus grossièrement imprécises, certes sans désigner nommément les concernés mais leurs noms ayant déjà été cités sur les réseaux sociaux sont déjà sur toutes les lèvres.
Pis encore, certaines affirmations du président se sont parfois révélées fausses ou imprécises ou exagérées ou fondées sur une incroyable méconnaissance du fonctionnement de l’administration publique et des procédures économiques, et on aurait souhaité le voir faire vérifier à l’avance par les services concernés les données qu’il donne en pâture au public du haut de son magistère présidentiel, mais il continue de faire une confiance aveugle aux experts des campagnes de dénigrement, à relayer leurs mensonges et à donner du crédit à cette horde de maîtres-chanteurs, qui fait régner un climat malsain de peur, de haine et de détestation généralisée.
Où va le pays, si la plus haute autorité, qui plus est créditée d’une si immense popularité, se fait manipuler de cette manière et participe ainsi à une guerre de tous contre tous ?
A qui profite la guerre de tous contre tous ?
Les maîtres-chanteurs auxquels M. Saïed semble faire une confiance aveugle et qui ne se gênent d’ailleurs pas de se réclamer tapageusement de lui, agissent comme une meute affamée, mais de manière visiblement coordonnée à un niveau ou un autre, mais il reste à savoir comment, pour le compte de qui et à quels desseins. Ils publient sur les réseaux sociaux des documents administratifs et judiciaires qui accusent telle ou telle personnalité que l’on veut traîner dans la boue. Il s’agit souvent de documents décontextualisés, manipulés et mis côte à côte de manière à constituer des preuves à charge, d’ailleurs souvent fondées sur de grossières interprétations. Et ils donnent ainsi en pâture la réputation des gens et leur honneur, créant une atmosphère de suspicion et de haine où tous les coups sont permis.
Cette situation, qui ne saurait durer sans faire peser une grave menace sur la paix et l’ordre publics, suscite de nombreuses questions. Qui a intérêt à alimenter cette atmosphère de suspicion généralisée, qui tire les ficelles et à quel dessein ? Comment les documents administratifs et judiciaires souvent utilisés dans ces campagnes de dénigrement sont-ils fuités, de cette manière systématique, organisée voire ordonnée et dans l’impunité totale ?
Au lieu de participer de cette foire d’empoigne, le chef de l’Etat serait plus inspiré d’ordonner une enquête sur les marionnettistes qui tirent les ficelles de cette guerre de tous contre tous, car il risque de découvrir un jour, à son corps défendant, qu’il s’est fait berner lui-même et manipuler par ces mêmes lobbys d’intérêts qu’il s’est donné pour mission de combattre et auxquels il a cru, avec une si touchante naïveté, porter des coups en révélant de… fausses affaires.
Les fausses affaires, on le sait, servent à créer un écran de fumée pour bien dérober les vraies, qui, elles, restent entourées d’un dense voile d’omerta.
Articles du même auteur dans Kapitalis :
Alors que les pressions des partenaires internationaux de la Tunisie (Etats-Unis, Union européenne, bailleurs de fonds…) pour un retour rapide à un fonctionnement normal des institutions républicaines se multiplient et se renforcent, le président de la république Kaïs Saïed persiste dans une sorte d’immobilisme qui pourrait lui (et nous) coûter très cher. Est-ce la bonne … Lire la suite de
On ne va tout de même pas faire la fine bouche parce que le président Kaïs Saïed n’a pas nommé un poids lourd de l’économie pour diriger le prochain gouvernement, alors que les défis actuels pour la Tunisie sont en grande partie économiques et sociaux. On doit tout de même être reconnaissant pour cet homme, …
Rappelés à leur dimension de «zéro virgule» par Kaïs Saïed, qui refuse à juste titre de les rencontrer ou de dialoguer avec eux, des «particules» nuisibles se sont ligués contre lui et se sont jetés dans les bras de l’UGTT, pour essayer de la remonter contre le président de la république et la pousser à …
guerre contre la corruption, Kais Saied, Ridha Kefi, Tunisie
3 Avis sur “Tunisie : Les dérives de la guerre contre la corruption”
  1. Atia
    27 octobre 2021 at 12 h 06 min
    Ah maintenant qu’on se rend compte alors que cela a été employé sans retenu depuis bien longtemps contre les autres
  2. The Mirror
    27 octobre 2021 at 14 h 33 min
    Adieu corruption, tu m’as tué
    TOUS les tunisiens sont contre TOUS les corrompus.
    Mais TOUS LES TUNISIENS NE SONT PAS CONTRE TOUS LES TUNISIENS. Dire le contraire, cela constitue une insulte à l’intelligence de TOUS tunisiens.
    La Tunisie se redresse, l’Etat tunisien reprend le contrôle du pays.
    La Justice bouge enfin, et doit bouger de toute manière, car, les mafieux ne peuvent pas s’éterniser dans l’impunité, la société encaisse impuissamment les pratiques mafieuses, mais, à un moment ou à un autre, le verre déborde, la haine et le mépris prennent place dans la société et hop : c’est le peuple qui descend dans la rue pour dire haut et fort : non mafieux, ça ne peut pas continuer de la sorte.
    Ceux qui n’ont pas compris ce que ma modeste personne raconte, peuvent toujours disserter et écrire des tonnes de papier sur la Tunisie de l’après 25 juillet, mais, cela ne changera en rien à mon avis car, aujourd’hui, la Tunisie avance, la Tunisie se désinfecte, la Tunisie frappe fort sur les mains de ceux qui l’ont pillée une décennie durant.
  3. Ennaj
    28 octobre 2021 at 21 h 03 min
    Un vrai Président c’est celui qui rassemble, qui manoeuvre avec discrétion qui dose son sreess reste loun du language d’un « cha3b youryd » parce que le vrai chaab c’est celui qui reste solidaire avec toutes ses franges, hors ce sk divise, s’emporte à profusion et énerve même ses supporters qui finiront par lui tourner le dos
Laisser un commentaire
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
Commentaire
Nom *
E-mail *
Site web
Enregistrer mon nom, mon e-mail et mon site dans le navigateur pour mon prochain commentaire.
POLITIQUE
Tunisie : Oussama Sghaier (Ennahdha) empêché de voyager
01 Déc 2021 0
Tunisie : L’ancien ministre Samir Taieb libéré
01 Déc 2021 0
Ahmed Gaâloul : «J’ai été interdit de voyager»
01 Déc 2021 0
Abdellatif Mekki : «Le discours de Kaïs Saïed vise à...
01 Déc 2021 0
Tunisie : Cheffi appelle Saïed à rassembler toutes les...
01 Déc 2021 1
Tunisie : Le clientélisme de Kaïs Saïed ne dérange...
01 Déc 2021 2
Kapitalis
Adresse: Résidence La Brise, Appartement A4-2 – El Gazella, Tunisie.
Tél : (+216)70.935.882
Email: kapitalis.com@gmail.com
info@kapitalis.com
Directeur : Ridha Kefi
Rédacteur en chef : Zohra Abid
Contact Pub
A PROPOS DE NOUS
Si vous voulez communiquer sur Kapitalis.com veuillez nous envoyer un mail sur l'adresse suivante kapitalis.com@gmail.com. Notre équipe marketing se chargera de vous contacter.
RGPD
Conditions générales
Politique de cookies (UE)
Politique de cookies (CA)
Avertissement
Privacy Statement (CA)
Politique de confidentialité – Données personnelles et cookies
Copyright © 2010 Kapitalis | All rights reserved
Recevoir nos news en temps réel
HomeA LA UNEPOLITIQUEECONOMIETRIBUNESOCIETESPORTCULTUREMEDIAVIDEOSAUTOFacebookTwitterYoutube