fr.m.wikipedia.org
Hassanal Bolkiah
sultan du Brunei
Hassanal Bolkiah
حسن البلقيه

Hassanal Bolkiah en 2019.
Titre
Sultan de Brunei
En fonction depuis le 4 octobre 1967
(53 ans, 8 mois et 18 jours)
Couronnement1er août 1968
Premier ministreLui-même
PrédécesseurOmar Ali Saifuddien III
Premier ministre de Brunei
En fonction depuis le 1er janvier 1984
(37 ans, 5 mois et 21 jours)
MonarqueLui-même
PrédécesseurPoste créé
Prince héritier de Brunei
14 août 19614 octobre 1967
(6 ans, 1 mois et 20 jours)
MonarqueOmar Ali Saifuddien III
PrédécesseurOmar Ali Saifuddien
SuccesseurAl-Muhtadee Billah
Biographie
Nom de naissanceHassanal Bolkiah Muizzadin Waddaulah ibni Al-Marhum Haji Omar Ali Saifuddien Saadul Khairi Waddien
Date de naissance15 juillet 1946 (74 ans)
Lieu de naissanceBandar Brunei (Brunei)
Nationalitébrunéienne
PèreOmar Ali Saifuddien III
ConjointSaleha
Mariam Abdul Aziz
Azrinaz Mazhar Hakim
Enfants12 enfants dont :
Prince Al-Muhtadee Billah, prince héritier
HéritierAl-Muhtadee Billah
ReligionIslam sunnite
Monarques de Brunei
Premiers ministres de Brunei
modifier
 
Haji Sir Hassanal Bolkiah Mu'izzaddin Waddaulah, né le 15 juillet 1946 à Bandar Seri Begawan, est le 29e sultan de Brunei depuis 1967 et règne en monarque absolu depuis l'indépendance de Brunei du Royaume-Uni en 1984. Il est actuellement l'un des plus anciens dirigeants en place dans le monde.
Jeunesse
Naissance et études
Hassanal Bolkiah est le fils aîné d'Omar Ali Saifuddien III (1914-1986), 28e sultan de Brunei, et de la reine Damit. Il est né le 15 juillet 1946 à Bandar Seri Begawan, alors appelé Bandar Brunei.
Il a étudié à l'Institution Victoria de Kuala Lumpur puis a été formé à l'Académie royale militaire de Sandhurst.
Sultan de Brunei
Accession au trône
Le 4 octobre 1967, à l'âge de 21 ans, il accède au trône à la suite de l'abdication de son père. Son couronnement a lieu le 1er août 1968 et il est ainsi fait chevalier par la reine Élisabeth II car Brunei est un protectorat britannique. Le pays, qui regorge de pétrole, devient indépendant en 1984[1].
Exercice du pouvoir et règne
Hassanal Bolkiah est à la fois Premier ministre, ministre de la Défense, ministre des Finances, commandant suprême des forces armées de Brunei, général honoraire dans les forces armées britanniques et indonésiennes et amiral honoraire dans la Royal Navy. Il s'est également lui-même nommé inspecteur général de la Police royale du Brunei.
Il a intronisé prince héritier son fils aîné Al-Muhtadee Billah le 10 août 1998 afin de garantir la continuité du sultanat et de la dynastie.
Une réorganisation complète de l'armée a été entreprise le 1er janvier 1984.
Il crée en 1991 le fonds islamique du Brunei.
Des réformes institutionnelles profondes sont en cours depuis 2005 afin de démocratiser le pays. Il a notamment réintroduit le conseil législatif en 2004 qui avait été dissout durant le règne de son père.
Il s'est beaucoup investi dans le domaine de l'éducation et a fait construire entre autres l'université du Brunei en 1985 qui accueille actuellement environ 3 000 étudiants.
En 2013, le Royal College of General Practitioners lui remet le prix des « Compagnons de l'Ordre » en reconnaissance de son travail accompli pour promouvoir la santé au Brunei. Il a en effet créé une caisse nationale pour le logement et instauré des pensions pour les personnes âgées et handicapées.
Hassanal Bolkiah a présidé le sommet de l'ASEAN lorsqu'il s'est déroulé au Brunei en 2001 et 2013.
Après avoir envisagé d'instaurer la charia depuis les années 1990, il annonce son entrée en vigueur le 1er mai 2014[2],[3], pour des raisons économiques (attirer des investisseurs de pays musulman dans le pays, après que la production de pétrole a ralenti) et personnelles (assurer son salut après sa mort). Cela entraîne des critiques de l'ONU puis une campagne de boycott de ses hôtels, notamment le Beverly Hills Hotel et l'hôtel Bel-Air (États-Unis), le Dorchester à Londres et le Meurice à Paris[1]. La loi entrera tout de même en vigueur le 3 avril 2019, y compris les articles punissant de mort par lapidation l'adultère et les pratiques homosexuelles[4].
Hassanal Bolkiah fête son 74e anniversaire le 15 juillet 2020, alors qu'il est dans sa 53e année de règne. Après sa disparition c'est son fils aîné, le prince héritier Al-Muhtadee Billah, qui devrait lui succéder sur le trône.
Patrimoine
Le sultan possède l'une des premières fortunes privées mondiales. Il était considéré comme « l'homme le plus riche du monde » par le magazine Forbes en 1997, avec une fortune dépassant les 40 milliards de dollars[1]. C'est le deuxième chef d'État le plus riche de la planète, propriétaire d'un palais trois fois plus grand que le palais de Buckingham (son palais de 1 788 pièces a couté un milliard d'euros), de plus de 5 000 voitures de luxe dont une recouverte de diamants de 4,3 millions d'euros, de deux palaces à Paris. Après l'une des plus importantes banqueroutes au monde à cause du prince Jefri son frère cadet (accusé de détournements de fonds mais qui s'en est défendu[1]), le sultan du Brunei a vu sa fortune fondre de moitié dès 2002 mais la hausse du baril en 2005 a de nouveau rempli les caisses de l'État. Selon Forbes, il est revenu en 2005 dans le top 5 (no 2 après le roi Abdallah d'Arabie saoudite) des plus riches familles régnantes du monde. Ses revenus privés dépendent principalement du niveau du baril de brut. En 2008, sa position a été consolidée par la hausse du tarif du baril de brut.
Hassanal Bolkiah est aussi connu pour posséder une des plus vastes collections d'automobiles atypiques, de luxe ou même de prototypes qui étaient, à la base, non destinés à la production. Aucune vidéo ou photo n'étaient disponibles pendant longtemps avant que des photographies apparaissent sur Internet en 2017. On peut alors y voir des rangées de voitures de luxe souvent rangées par thème (par exemple une couleur). Il a eu l'opportunité d'acquérir des concepts-car Ferrari qui ont été ingéniés par Pininfarina. Ces demandes étaient tellement spécifiques que, pour la Ferrari FX, il demanda une boîte de vitesse séquentielle qui n'équipait même pas les Ferrari de série. Pininfarina contacta le maître en la matière des boîtes de vitesse séquentielle en Formule 1, Williams Grand Prix Engineering (l'entreprise d'ingénierie de Williams F1 Team), Cosworth. Ce dernier arriva à réaliser une prouesse pour l'époque en créant la première Ferrari de route à avoir une boîte de vitesse séquentielle. Ce progrès a précipité la R&D de Ferrari dans ce domaine. La majorité des véhicules de la collection ont été achetés par le neveu du sultan, le prince Abdul Hakeem Jefri Bolkiah. Il aurait dépensé, selon les sources, plus d'un milliard de dollars en achat de véhicules de prestige neufs chez, entre autres, Pininfarina, Rolls-Royce, Bentley ou encore Ferrari. Le sultan est également un très bon client de Mercedes-Benz, ayant fait acquisition de modèles qui n'étaient pas disponibles en conduite à droite mais quand même faits sur-mesure pour lui. Selon les sources, il aurait donné une grande partie ses nombreuses Mercedes à la population de son pays sans que de chiffre précis soit publié. Pendant l'essor de la collection, dans les années 80 et 90, des mécaniciens des différentes marques étaient présents pour assurer le bon fonctionnement des véhicules. Mais suites au non payement de leur salaire, ils quitteront le pays laissant les véhicules sans aucun entretien. Les quelques visiteurs autorisés à pénétrer dans sa collection ont témoignés que les bâtiments de stockage étaient sur plusieurs étages et n'étaient pas climatisés. En 2021, on ne connait pas l'état des voitures même si on peut supposer qu'elles ne sont pas dans un bon état car, pour les véhicules rares et les concepts-car, elles n'ont pas démarré et été vues depuis plus de 20 ans. Certains véhicules de sa collection ont été vendus via des transactions privées dans les années 2010 mais la majorité de sa collection serait encore dans des garages autour de la résidence du sultan. Il possède également une collection d'une vingtaine de Formule 1. Il possède plus de 5 000 voitures de luxe dont 531 Mercedes-Benz, 367 Ferrari, 362 Bentley, 185 BMW, 177 Jaguar, 160 Porsche, 135 Toyota, 130 Rolls-Royce (il est un temps propriétaire de la moitié de la production totale de la marque[1]), 79 Aston Martin, 62 Lexus, 42 Land Rover, 32 Jeep, 20 Lamborghini, 9 McLaren F1, 4 Bugatti EB110, 2 Renault 5 Turbo 2, 2 taxis londoniens, une centaine de motos, une cinquantaine de voitures de golf et plusieurs avions de ligne (dont un Boeing 747 décoré d'or).
Il possède plusieurs yachts, dont les canots portent le nom de Nipple 1 et Nipple 2 (Nipple signifie « téton »)[1].
Par l'intermédiaire de la BIA (Brunei Investment Agency, le fonds souverain du royaume), il détient des parts dans de nombreux grands groupes mondiaux et investit massivement dans l'immobilier, notamment l'hôtellerie très haut de gamme avec la création du Dorchester Collection.
Fresques, plafond incrusté de nacre, sol en marbre de Carrare et même escalier mécanique réservé au souverain, dans la mosquée Hassanal Bolkiah, le faste côtoie des détails cocasses. Elle fut érigée en 1992 pour célébrer les vingt-cinq ans de règne du sultan[5].
Le palais Nurul Iman, le palais royal de Bandar Seri Begawan achevé en 1984, réputé pour être le plus grand au monde avec 200 000 m2, 1 788 pièces, 257 salles de bain, lui aurait coûté 1,4 milliard de dollars.
À Paris, il a racheté, dans les années 1990, le Plaza Athénée, avenue Montaigne, et l'hôtel Meurice, rue de Rivoli[1]. Il possède en outre depuis 1998 un hôtel particulier situé au 3-5 place Vendôme dont les travaux de réhabilitation ont été dirigés par le célèbre décorateur Jacques Garcia. Ce pan d'immeuble de la célèbre place avait été racheté à prix d'or à la société IBM.
Dans le monde, il possède également le Beverly Hills Hotel et l'hôtel Bel-Air (Californie), le New York Palace et le Principe di Savoia (Milan)[1].
Le 16 juillet 1996, pour ses 50 ans, le sultan fait venir Michael Jackson[1] pour un concert à Bandar Seri Begawan, et y invite de nombreuses personnalités, dont le prince Charles de Galles[1]. Ce concert reprend la programmation du Dangerous World Tour, achevé trois ans auparavant. Il a fait l'objet d'un enregistrement disponible sur internet. Il a aussi engagé la chanteuse Whitney Houston et fait venir des poneys de polo par Boeing 747 afin de jouer avec des champions argentins de la discipline[1]. Le 23 février 1997, il reçoit Céline Dion, alors une des stars les plus rentables de la planète, pour un concert privé[6] de plus d'une heure trente qui reprend le programme et l'esthétique du Falling into You Tour.
En 1992, pour fêter ses 25 ans de règne, il défile sur un char en or tiré par une quarantaine d'hommes[1].
Famille
La polygamie étant légale à Brunei, le sultan a plusieurs épouses :
Saleha, reine de Brunei.
Les enfants du sultan jouissent de la qualification d'altesse royale.
Malgré le fait qu'il ait légalisé la charia, il s'est adonné avec son frère Jefri à plusieurs activités interdites par l'islam (jeux d'argent, alcool, adultère), dans un palace de 1 788 chambres qu'il a fait construire[1].
Décorations étrangères
Ascendance
16. Omar Ali Saifuddien II
8. Hashim Jalilul Alam Aqamaddin
17. Zaida binti Pengarah Digadong Tuan Laman Awang Sulaiman
4. Muhammad Jamalul Alam II
18. Pengiran Anak Saiful Rijal (= 10)
9. Pengiran Siti Fatima
19. Pian Jamaliah (= 11)
2. Omar Ali Saifuddien III
20. Pengiran Anak Muhammad Yusuf
10. Pengiran Anak Saiful Rijal
21. Pengiran Anak Sarbanum
5. Pengiran Anak Fatima
11. Pian Jamaliah
1. Hassan Al Bolkiah
24. Hashim Jalilul Alam Aqamaddin (= 8)
12. Pengiran Muda Besar Omar
25. Pengiran Anak Chandra Kesuma
6. Pengiran Anak Abdul Rahman
26. Pengiran Muda Besar Muhammad Jamalul Alam
13. Pengiran Anak Siti Khadija
27. Pengiran Anak Saleha
3. Pengiran Anak Damit
28. Radin Haji Muhammad Daud
14. Radin Haji Hassan
29. Hajah Saleha
7. Pengiran Fatima
30. Radin Haji Abdul Rahman
15. Hajah Zainab
31. Dayang Siti Amina Mekah
Notes et références
  1. a b c d e f g h i j k l et m Mark Seal, « « Révolution de palace », Vanity Fair n°17, novembre 2014, p. 166-177.
  2. Brunei, sultanat richissime d'Asie du Sud-Est, instaure la charia, La Libre Belgique, 02-05-2014.
  3. La charia va entrer en vigueur dans le sultanat de Brunei, Libération, 30-04-2014
  4. « Brunei. L’homosexualité et l’adultère bientôt passible de la peine de mort par lapidation », sur Ouest-France, 29 mars 2019 (consulté le 11 avril 2019).
  5. GEO no 395 de janvier 2012 p. 57.
  6. « Céline Dion a aussi chanté pour un dictateur », sur Voir.ca, 9 mars 2011(consulté le 21 mars 2019)
  7. « Le sultan du Brunei divorce de sa troisième épouse », AFP, 17 juin 2010.
Annexes
Articles connexes
Sur les autres projets Wikimedia :
Hassanal Bolkiah, sur Wikimedia Commons
Liste des dirigeants actuels
Liens externes
Notices d'autorité :
Dernière modification le 5 juin 2021, à 00:53
Le contenu est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 sauf mention contraire.
Politique de confidentialité
Conditions d’utilisation
Désactiver la version mobile
AccueilAu hasardÀ proximitéConnexionConfigurationFaire un donÀ propos de WikipédiaAvertissements
LangueSuivreModifier