FEBMARJUN
17
201020112013
18 captures
16 Mar 2011 - 12 Apr 2021
About this capture
Visitez notre site optimisé pour Android mobile.lemonde.fr
Economie
Abonnez-vous au Monde à partir de 15 € / mois
Recevez les newsletters gratuites
ACTUALITÉS
DÉBATS
LOISIRS
PRATIQUE
VOUS
VOTRE INFO
LE JOURNAL
LES NEWSLETTERS
LES DOSSIERS
ÉCONOMIE
BOURSE
IMMOBILIER
EMPLOI
A la Une > Economie
La rente pétrolière ne garantit plus la paix sociale
LE MONDE ECONOMIE | 14.03.11 | 17h12  •  Mis à jour le 14.03.11 | 19h00
Les manifestants aux prises avec les forces de police sur la place de la Perle à Manama, capitale du Bahrein, dimanche 13 mars.REUTERS/HAMAD I MOHAMMED
Le Conseil de coopération du Golfe (CCG), qui regroupe les six Etats producteurs de pétrole de la région, a annoncé, le 10 mars la création d'un fonds de 20 milliards de dollars (14,5 milliards d'euros) pour aider les deux moins riches d'entre eux, Oman et Bahreïn, à surmonter leurs difficultés économiques.
Le 23 février, le roi Abdallah d'Arabie saoudite a, de son côté, promis un plan de 36 milliards de dollars destiné à relever le salaire des fonctionnaires, à bâtir des logements, etc. Le 7 mars, le gouvernement de Bahreïn a annoncé un programme de construction de 50 000 logements sur cinq ans, pour un coût de plus de 5 milliards de dollars. Le 28 février, le sultan Qabous d'Oman a offert 300 euros à chaque chômeur de son pays et a augmenté le salaire minimum et les bourses des étudiants. L'émir du Koweït, lui, a distribué à deux reprises, en février, 1 000 dollars à chaque citoyen koweïtien...
Mais tous ces milliards de dollars, qui feraient en temps normal le bonheur des populations, ne suffiront peut-être pas à stopper l'enchaînement des bouleversements politiques qui déstabilisent peu à peu la principale région productrice de pétrole de la planète. Cet échec pourrait déboucher sur un choc pétrolier tout aussi puissant, voire plus puissant, que ceux qui ont déjà affecté l'économie mondiale en 1973, en 1979 ou en 1991.
Car la rente pétrolière est le seul élément qui distingue les pays du Golfe, mais aussi l'Algérie et la Libye, de la Tunisie ou de l'Egypte.
La concentration de la richesse entre les mains d'autocrates au pouvoir depuis des décennies, l'insuffisance et l'opacité de sa redistribution, la corruption, et surtout le refus de la jeunesse de continuer à accepter cela, sont les détonateurs de la révolte, dans le Golfe et ailleurs dans le monde arabe. Dans un texte publié par l'International Herald Tribune, un professeur d'université omanais, Najma Al-Zidjaly a d'ailleurs joliment baptisé ces bouleversements du nom de youthquake ("tremblement de jeunesse").
"Il faut aujourd'hui à un jeune Saoudien trois années après la fin de ses études pour trouver un emploi stable", indique Lahcen Achy, de la Fondation Carnegie pour le Moyen-Orient, à Beyrouth.
"Pour cette jeunesse, très nombreuse, qui a étudié dans les universités européennes et américaines, qui a accès à Internet, les monarchies absolues sont devenues anachroniques"​, observe Nicolas Sarkis, rédacteur en chef de la revue Pétrole et gaz arabes.
En Algérie, observe El Mouhoub Mouhoud, professeur d'économie à l'université Paris-Dauphine, "le taux d'emploi des 15-65 ans, autour de 40 %, est l'un des plus faibles du monde. Les élites sont en jachère : le taux d'expatriation des diplômés - ils vont vers les Etats-Unis et le Canada plutôt que vers l'Europe ou la France - atteint 12 % à 13 %, faute de perspectives autres qu'un emploi sous-qualifié dans les services : taxi, hôtellerie... Ce taux est le double de celui des autres pays au même niveau de revenu par tête. La richesse globale augmente et crée des frustrations massives insupportables car les perspectives d'évolution sont des plus limitées. D'où des départs à tout prix, le phénomène des "harraga" - les brûleurs de frontières, qui prennent tous les risques." Une description qui peut s'appliquer à tout le Moyen-Orient.
Pourtant, ces régimes ont tenté de sortir de l'immobilisme légué par la colonisation et le pillage de leurs ressources par les compagnies pétrolières occidentales. Ils ont nationalisé les puits de pétrole à la fin des années 1960. Puis, ils ont profité de la masse des pétrodollars tirée du quadruplement du prix du baril, après 1973, pour mettre en place un accès gratuit à l'éducation et à la santé pour leur population.
VAGUE DÉMOGRAPHIQUE
Enfin, après avoir souffert du "contre-choc pétrolier" des années 1980, ils ont opéré une diversification de leur économie pour ne plus dépendre uniquement des cours volatils de l'or noir. L'envolée des cours du brut dans les années 1990 leur en a donné les moyens. L'Algérie ou l'Arabie saoudite se sont lancées dans la grande industrie (aluminium, chimie), les Emirats dans l'immobilier et le tourisme, Qatar et le Koweït dans les services financiers, etc.
Il s'agissait aussi d'employer les générations du baby-boom des années 1970. Mais pour assurer les travaux peu qualifiés, les pays les moins peuplés ont dû faire appel à des contingents de travailleurs indiens, pakistanais, philippins... pour, dix ans plus tard, inverser la vapeur en lançant des politiques d'arabisation de la main-d'oeuvre.
Or, la vague démographique était plus haute que ce que pouvaient offrir les dynasties régnantes. Le boom de l'immobilier touristique et commercial a rendu hors de prix le logement résidentiel pour les jeunes ; l'abondance et le luxe des produits importés, souvent en euros dévalués en échange du pétrole vendu en dollars forts, a rendu l'inflation insupportable ; le besoin de main-d'oeuvre qualifiée, qui a incité à former des dizaines de milliers de jeunes dans les universités, a alimenté les bataillons de chômeurs diplômés. Le développement s'est retourné contre ceux qui l'avaient organisé.
Mais, comme l'explique M. Sarkis, "ce ne sont pas tant des revendications économiques que politiques, pour la liberté d'expression, pour participer à la vie publique, qui sont aujourd'hui portées par les manifestants".
L'extraordinaire développement économique est en effet largement confisqué par les familles régnantes et leur clientèle ou, en Algérie et en Libye, par les clans politico-militaires au pouvoir. Dans le Golfe, 75 % des sociétés cotées ont au moins deux membres d'une même famille au sein de leur conseil d'administration...
"La plus grande demande du "printemps arabe" est une aspiration complexe à changer fondamentalement les modes de fonctionnement des sociétés", ajoute Samir Aita, président du Cercle des économistes arabes.
Elle concerne «la brisure des structures familiales traditionnelles, la “banalisation” du fait religieux, l’accès à la modernité, y compris la liberté d’expression, l’accès à un emploi réel et valorisant, jusqu’au mal à supporter ces “pouvoirs au-dessus de l’Etat”, qui ne peuvent assurer un minimum de services publics décents et accaparent le gros des richesses», précise Samir Aita.
Les vagues tentatives de démocratisation, comme les élections municipales en Arabie saoudite, législatives au Koweït (les seules de la région), la promesse, non tenue, depuis 2008 de telles élections au Qatar, n’ont pas changé fondamentalement les choses. Les familles régnantes, affolées par les résultats non conformes à leurs espérances, ont aussitôt limité les compétences des assemblées élues.
Mais avec les révolutions en Tunisie, en Egypte, en Libye, «le mur de la peur est tombé», note M.Sarkis. Le succès des premières manifestations à Bahreïn (le 14février), à Oman (le 27février), au Koweït (le 8mars) et en Arabie saoudite (à partir du 10mars) a contraint les gouvernements à multiplier les concessions politiques –ouverture de négociations avec l’opposition à Bahreïn, limogeage de six ministres sur dix à Oman, annonces d’élections au Qatar, etc.– et ouvert la boîte de Pandore.
La violence de la répression –sept morts à Bahreïn le 17 février, un mort à Oman le 27, trois blessés à Katif (Arabie saoudite, où les manifestations sont interdites) le 10mars – n’a pas dissuadé ou découragé les manifestants. Au contraire. «Toute la région était un volcan éteint. Il se réveille avec d’autant plus de force qu’on le croyait éteint. Et il a de nombreux cratères, qui s’allument les uns après les autres», affirme M.Sarkis.
«Même si l’argent permet aux pouvoirs en place de gagner du temps, le réveil qui s’est opéré est de taille, note Samir Aita. Dans les pays les plus riches et les plus fermés, le fait que les “pouvoirs” soient forcés d’acheter ce temps signifie que, sous la pression, ils peuvent céder. Cette leçon ne sera pas perdue pour les sociétés.»
Antoine Reverchon et Adrien de Tricornot
A lire sur LeMonde.fr en édition Abonnés
- Le fantôme du "choc pétrolier" rôde déjà sur les marchés financiers.
- En Inde, le gouvernement subventionne les prix de l'essence pour éviter la grogne sociale.
- "Seul un Etat démocratique peut être le garant du bon usage de la rente pétrolière", entretien avec Luis Martinez, directeur de recherche au CERI-Sciences Po.
- Questions-réponses : les précédents chocs pétroliers.
Dans la rubrique Economie
Maîtrise du déficit : le projet de révision de la Constitution présenté au conseil des ministres
 ISF : interrogations sur l'application de la réforme cette année
Bolloré : "Nous avons fait deux gros paris : les médias et le stockage d'électricité"
 Emploi des jeunes : les partenaires sociaux pour un renforcement de l'accompagnement
Les plus envoyés
Depuis : 24 heures | 2 jours
1. Fabienne Keller, sénatrice UMP, prône "un autre regard sur les quartiers fragiles"
2. Devant la catastrophe au Japon, "un stress collectif mondial"
3. Au Chesnay, le vrai carême au pain et à l'eau
4. Cantonales : une candidate UMP suspendue pour une "blague" raciste
5. Mediator : "Il faut scinder l'Afssaps en deux agences autonomes", selon Philippe Even
Les blogs
L'ACTU EN PATATES
Evolution des niveaux d’alerte nucléaire 92
PEUT MIEUX FAIRE
80% des élèves punis au collège sont des garçons12
LIBERTÉS SURVEILLÉES
L’amicale leçon de Robert Badinter aux... 11
DÉMYSTIFIER LA FINANCE
Libye : Monsieur Sarkozy joue avec le feu. 229
CHRONIQUES JUDICIAIRES
QPC, suite: le tribunal de Nanterre saisit à...
A LA RECHERCHE DES SONS PERDUS
Nation of Ulysses, punk à èthos
CONTRE-PIED
L’humilité de la boxe féminine
WESTERN BALKANS
L’atome bulgare est-il sûr ?
IL Y A UNE VIE APRÈS LE BAC !
Classement mondial des universités: comment...
LA FEUILLE
A chaque support son lecteur13
LYCÉE ÉLECTRIQUE
Enseigner le « savoir être » en « lycée sensible...
LA BOÎTE À IMAGES
LE GRAND JEU DE L’IMAGE MYSTÈRE - 3 -...25
QUESTION(S) SOCIALE(S)
La hausse du coût du travail en 2010, un argument...
L'ELYSÉE : CÔTÉ JARDIN
Kouchner, Copé et Hortefeux, recadrés mine de...
EMPLOI ET ENTREPRISES
L’alternance a la cote
A BOIRE ET À MANGER
Un nouvel ami (5) 35
AMATEUR D'ART
Les deux branches de l’Amazone (Penso...
ECO(LO)
Comment classe-t-on un accident nucléaire ? 78
NICE RUGBY
“Le Quinze de France doit retrouver l’alchimie... 66
LE COMPTOIR DE LA BD
Japon : le blog Tsunami cristallise l’émotion... 56
L'EUROPE DÉCALÉE
Nucléaire civil : pas de panique
LA RÉPUBLIQUE DES LIVRES
Funérailles annoncées du critique olympien 261
AU BOUT DU COMPTE
L’histoire du serpent franco-allemand...
GUERRE OU PAIX
Facebook contre l’impasse politique palestinienne 7
FORTES TÊTES
Equipe de France de handball : Didier Dinart...17
BIG PICTURE
L’AIEA lance un appel aux robots
OIL MAN
Gaz de schiste : l’Europe peut-elle faire... 75
UNE BALLE DANS LE PIED
Comment “fermer” la Ligue 1, en... 19
POLICETCETERA
Sécurité : le prix de la peur18
CONTES PUBLICS
ISF : interrogations sur l’application... 24
DROITS DES ENFANTS
Le Conseil Constitutionnel siffle la fin de... 44
BUG BROTHER
La “censure” de la LOPPSI2 ? Une... 11
CLIN D'OEIL GOURMAND
Vacherin souverain 9
DROITE(S) EXTRÊME(S)
Marine Le Pen ira à Lampedusa avec Mario Borghezio...
TRANSNETS
Brésil des TIC/2 - Ce que j’ai vu à Recife
EN QUÊTE DE SCIENCES
Comment redéfinir le kilogramme ? 47
COUP DE THÉÂTRE
Splendeur et misère d’un “théâtre... 11
PUZZLE SOCIALISTE
« Affaire Guérini » : la direction du PS choisit...91
UN OEIL SUR LA CHINE
Le maitre des marionnettes
TROMPE LE MONDE
A la découverte du foot indien : la vérité du... 8
LA REFONDATION DU CAPITALISME
Actualité (20) 57
LES DÉCODEURS
La France est le seul pays de l’Union... 74
VEILLEUR DE JOUR
Tati : virées pour avoir offert des bons d’achat... 13
LA RÉCOLTE D'APRÈS
La récolte d’après, à suivre…
URBAINS SENSIBLES
Prenons le temps 11
Voir tous les blogs
Les plus commentés
181
Claude Guéant : "Les Français veulent que la France reste la France"
166
Ségolène Royal aux écologistes : "Je pense qu'il y a un délai de décence"
138
Une petite phrase de Strauss-Kahn mécontente les Grecs
71
Sondage : DSK creuse l'écart avec les autres présidentiables socialistes
62
Japon : Sarkozy change de ton
61
Villepin ramènerait le nucléaire à 50 % de la production électrique
© Le Monde.fr | Fréquentation certifiée par l'OJD | CGV | Mentions légales | Qui sommes-nous ? | Charte groupe | Index | Aide et contact | Publicité
Journal d'information en ligne, Le Monde.fr offre à ses visiteurs un panorama complet de l'actualité. Découvrez chaque jour toute l'info en direct (de la politique à l'économie en passant par le sport et la météo) sur Le Monde.fr, le site de news leader de la presse française en ligne.
<div id="xiti-logo-noscript"> <img width="1" height="1" alt="" src="https://web.archive.org/web/20110317084202im_/http://logc2.xiti.com/hit.xiti?s=43260&amp;s2=14&amp;p=economie/index_articles&amp;"> </div>
InternationalJaponPlanètePolitiqueSociétéEducationCarnetEconomieMédiasTechnologiesCultureWebdocusCantonales 2011