FEBMARMAY
16
201020112013
18 captures
16 Mar 2011 - 12 Apr 2021
About this capture
Visitez notre site optimisé pour Android mobile.lemonde.fr
Idées
Abonnez-vous au Monde à partir de 15 € / mois
Recevez les newsletters gratuites
ACTUALITÉS
DÉBATS
LOISIRS
PRATIQUE
VOUS
VOTRE INFO
LE JOURNAL
LES NEWSLETTERS
LES DOSSIERS
A la Une > Idées
Entreprise
G20 : les multinationales dans l'arène politique
LE MONDE ECONOMIE | 14.03.11 | 18h01  •  Mis à jour le 14.03.11 | 18h19
Réagissez 
D'accord, pas d'accord ? Réagissez aux articles du Monde.frPour réagir, devenez abonné pour seulement
15€ /mois + 1 mois offert.​Abonnez-vous
Déjà abonné ?


Mémorisez | Oublié ?
Classez
Classez 
Le classeur vous permet de conserver des articles et de constituer des dossiers d'archives.Pour en profiter, devenez abonné pour seulement
15€ /mois + 1 mois offert.​Abonnez-vous
Déjà abonné ?


Mémorisez | Oublié ?
Recommandez
Recommandez 
Vous souhaitez recommander la lecture de cet article à votre entourage.Pour en profiter, devenez abonné pour seulement
15€ /mois + 1 mois offert.​Abonnez-vous
Déjà abonné ?


Mémorisez | Oublié ?
Imprimez
Imprimez 
Envoyez
Envoyez par mail 
Partagez

La "une" du "Monde Economie", daté 15 mars 2011.DR
Sous la présidence française, l'ambition du G20 est de poursuivre le rétablissement de l'ordre économique mondial. En renforçant la régulation financière, en développant la dimension sociale de la mondialisation et en luttant contre la corruption. Ces enjeux concernent au premier chef les multinationales. Et bien qu'elles n'apparaissent pas toujours sur le devant de la scène politique, elles seront parties prenantes des négociations à venir.
L'influence des entreprises sur les autorités publiques n'est pas nouvelle mais, depuis un quart de siècle, l'avènement des multinationales a changé la donne sur la scène politique mondiale. Ces dernières sont devenues des acteurs politiques transnationaux, capables de dialoguer avec de multiples interlocuteurs publics au-delà de leur pays d'origine. Ainsi, Exxon Mobil ou Toyota - dont les revenus annuels sont comparables, respectivement, au produit intérieur brut (PIB) du Portugal et d'Israël - sont des groupes susceptibles d'influencer les négociations à venir.
En 2010, les dix plus grandes multinationales ont investi plus de 110 millions de dollars (80 millions d'euros) dans le lobbying rien qu'aux Etats-Unis, où la loi les oblige à déclarer ces dépenses. Alors qu'elles gèrent directement certaines de ces activités, elles recourent aussi de plus en plus au service de firmes spécialisées chargées de représenter leurs intérêts auprès des autorités publiques.
Ces stratégies ne sont pas les seules à être utilisées. Steven Barley (professeur à l'université Stanford) explique, dans un article intitulé "Building an Institutional Field to Corral a Government" paru en 2010 dans le journal Organization Studies, que les entreprises s'appuient aussi de plus en plus pour influencer le débat public sur la création et le financement de think tanks ou de fondations qui promeuvent indirectement leurs intérêts. Ainsi la fondation General Electric consacre-t-elle une partie de ses activités au financement de programmes visant à influencer les politiques publiques.
DIMENSION SOCIALE
Il n'en demeure pas moins que les activités des multinationales doivent être régulées. Le naufrage du groupe américain Enron en 2001 et les excès révélés par la crise financière que nous venons de vivre en témoignent.
Pour pallier ces dérives, la présidence française du G20 a annoncé son intention d'oeuvrer en faveur du renforcement de la régulation financière et de lutter contre la corruption. Le défi consistera à proposer des réformes de fond susceptibles d'être acceptées par toutes les parties prenantes. Il s'agit d'un enjeu politique complexe puisqu'il pose le problème de la coordination et de l'harmonisation des cadres législatifs à l'échelle internationale.
Quelle proposition concrète permettrait de mieux réguler l'activité des multinationales ?
La France a été l'un des premiers pays à inscrire dans sa loi, en 2010, l'obligation pour les entreprises de produire un rapport annuel d'activité comprenant non seulement les indicateurs de performance financière, mais aussi ceux de performance sociale et environnementale.
Elle pourrait profiter de sa présidence pour essayer d'imposer ce cadre comme une nouvelle norme internationale en matière de "reporting". Un tel projet permettrait de mobiliser à la fois les autorités publiques, les chefs d'entreprise et les représentants du secteur social avec lesquels la présidence française a annoncé son intention de travailler.
L'adoption de cette norme permettrait non seulement d'éviter certaines dérives financières, mais aussi de lutter plus efficacement contre la corruption et de renforcer la dimension sociale de la mondialisation.

Julie Battilana, professeur assistant à la Harvard Business School
Réagissez 
D'accord, pas d'accord ? Réagissez aux articles du Monde.frPour réagir, devenez abonné pour seulement
15€ /mois + 1 mois offert.​Abonnez-vous
Déjà abonné ?


Mémorisez | Oublié ?
Classez
Classez 
Le classeur vous permet de conserver des articles et de constituer des dossiers d'archives.Pour en profiter, devenez abonné pour seulement
15€ /mois + 1 mois offert.​Abonnez-vous
Déjà abonné ?


Mémorisez | Oublié ?
Recommandez
Recommandez 
Vous souhaitez recommander la lecture de cet article à votre entourage.Pour en profiter, devenez abonné pour seulement
15€ /mois + 1 mois offert.​Abonnez-vous
Déjà abonné ?


Mémorisez | Oublié ?
Imprimez
Imprimez 
Envoyez
Envoyez par mail 
Partagez
Vous aussi, participez au débat
Proposez votre contribution à la rédaction
Dans la rubrique Idées
Il faut sauver la Grameen Bank et le microcrédit au Bangladesh
La sacralité de la monarchie marocaine est un frein à la démocratisation
Les "liquidateurs" de Fukushima
L'énergie est politique
Les débats
Report du procès Chirac : scandale ou justice ?
Printemps arabe : La fin de l'exception marocaine ?
 
Les débats de la semaine : éducation, égalité, libération
Comment atteindre l'égalité entre hommes et femmes ?
Les plus envoyés
Depuis : 24 heures | 2 jours
1. La sacralité de la monarchie marocaine est un frein à la démocratisation
2. Les habitants de Sendai pris au piège
3. Il faut sauver la Grameen Bank et le microcrédit au Bangladesh
4. Une petite phrase de Strauss-Kahn mécontente les Grecs
5. Il est temps d’aider la rébellion libyenne
Restez connectés
Facebook
Twitter
Votre mobile
RSS
Les newsletters
iTunes
Vos réactions (0)
La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
Réagissez
 
Réagissez
D'accord, pas d'accord ?
Réagissez aux articles du Monde.fr
Pour réagir, devenez abonné au Monde.fr pour seulement
15€/ mois + 1 mois offert
Abonnez-vous
Déjà abonné ?
Identifiant
Mot de passe
Identifiants oubliés ?
Mémorisez
 
Les plus commentés
128
Claude Guéant : "Les Français veulent que la France reste la France"
111
Ségolène Royal aux écologistes : "Je pense qu'il y a un délai de décence"
95
La directrice de l'office HLM de la ville d'Yves Jégo licenciée après son cancer
94
Hamon (PS) : "On ne peut pas sortir du nucléaire du jour au lendemain"
85
Le "fantasme" d'une vague migratoire ne résiste pas aux faits
58
Comment le discours officiel a évolué
55
Nucléaire : le gouvernement français victime du "syndrome MAM"
© Le Monde.fr | Fréquentation certifiée par l'OJD | CGV | Mentions légales | Qui sommes-nous ? | Charte groupe | Index | Aide et contact | Publicité
Journal d'information en ligne, Le Monde.fr offre à ses visiteurs un panorama complet de l'actualité. Découvrez chaque jour toute l'info en direct (de la politique à l'économie en passant par le sport et la météo) sur Le Monde.fr, le site de news leader de la presse française en ligne.
<div id="xiti-logo-noscript"> <img width="1" height="1" alt="" src="https://web.archive.org/web/20110316045258im_/http://logc2.xiti.com/hit.xiti?s=43260&amp;s2=38&amp;p=idees/index_articles&amp;"> </div>
InternationalJaponPlanètePolitiqueSociétéEducationCarnetEconomieMédiasTechnologiesCultureWebdocusCantonales 2011