FEBMARAUG
17
201020112013
30 captures
16 Mar 2011 - 12 Apr 2021
About this capture
Visitez notre site optimisé pour Android mobile.lemonde.fr
Idées
Abonnez-vous au Monde à partir de 15 € / mois
Recevez les newsletters gratuites
ACTUALITÉS
DÉBATS
LOISIRS
PRATIQUE
VOUS
VOTRE INFO
LE JOURNAL
LES NEWSLETTERS
LES DOSSIERS
A la Une > Idées
La chronique de Philippe Askenazy
L'Europe a changé de projet
LE MONDE ECONOMIE | 14.03.11 | 18h02  •  Mis à jour le 14.03.11 | 18h18
10
Partagez
Facebook
La "une" du "Monde Economie", daté 15 mars 2011.DR
Les dirigeants européens ont tenu vendredi 11 mars une réunion exceptionnelle avant leur sommet des 24 et 25 mars. L'objectif était d'aplanir les divergences autour du "Pacte de compétitivité" que propose le couple franco-allemand. Ses principaux points sont l'introduction dans la Constitution de chaque pays d'un système d'alerte sur les déficits publics, la suppression de l'indexation des salaires sur l'inflation (qui subsiste en Belgique et en Espagne), et le recul automatique de l'âge de la retraite.
Aux quatre coins du Vieux Continent et jusque dans son coeur, comme en Belgique ou en Autriche, le Pacte de compétitivité a rencontré un grand scepticisme, voire un certain agacement. Non parce qu'il représenterait un pas vers un véritable fédéralisme européen, mais parce que le sens des mesures qu'il imposerait va à l'encontre de la culture sociale et de l'intérêt de nombre de pays européens.
Surtout, c'est un changement profond du projet européen. L'agenda de Lisbonne de 2000 a, certes, été un échec partiel, mais il portait une philosophie où devait prédominer le progrès. L'Europe se fixait alors le cap de devenir un leader dans l'économie de la connaissance. Cette fois, le progrès économique et social est absent, remplacé par l'impératif de "compétitivité".
La Conférence européenne des syndicats est d'ailleurs furieuse. John Monks, son secrétaire général, a tonné : "Il ne s'agit pas ici d'un pacte pour la compétitivité, mais bien d'un pacte nuisible, pour un niveau de vie en baisse, davantage d'inégalités et davantage de travail précaire. C'est ignorer toutes les leçons de la récession actuelle. (...) L'Europe risque la collision avec son modèle social et son principe fondamental d'autonomie des négociations collectives."
Il est étrange en effet de retenir pour l'Europe la même priorité économique que le régime de Ben Ali, qui s'enorgueillissait tant d'avoir fait de la Tunisie, à coups d'injustices sociales et de chômage massif des jeunes, le pays le plus compétitif du continent africain si l'on en croit le classement du Forum de Davos, tout aussi "inspiré" que la diplomatie française.
Outre-Rhin, le Pacte de compétitivité ne relève pas seulement de la volonté d'imposer son "modèle" au reste de l'Europe. Il est une condition nécessaire pour que l'Allemagne préserve dans le long terme son économie, voire son leadership économique en Europe. Ce pays est touché comme d'autres sur le Vieux Continent, et comme la France, par la peur de l'immigré non européen ; le refus d'accueillir des réfugiés libyens victimes de la répression en est l'illustration.
Et comme la France, l'Allemagne a depuis longtemps fermé ses frontières à l'immigration du Sud pour "répondre" à cette peur. A l'instar du Japon, elle fait face en interne à une natalité tellement basse que sa population est condamnée à décroître. Il est déjà trop tard ; il aurait fallu ouvrir les vannes de l'immigration outre-Rhin il y a dix ou quinze ans.
L'Allemagne présentera inexorablement une pyramide d'âge inversée, associée à de terribles difficultés pour financer sa protection sociale et surtout maintenir sa capacité productive. Sur le court terme, elle peut certes se réjouir d'un chômage déclinant mais, très vite, les tensions sur le marché du travail vont apparaître, et le manque de main-d'oeuvre va devenir criant.
Si l'immigration ne peut venir politiquement du Sud, l'Allemagne va donc avoir besoin de ponctionner la main-d'oeuvre, notamment qualifiée, en provenance du reste de l'Europe "chrétienne".
Cette dynamique ne pourra s'enclencher que si ses voisins ne présentent pas de perspectives aussi bonnes qu'elle en termes de rémunérations comme d'avantages sociaux, en particulier de retraite, bien meilleures qu'outre-Rhin. L'uniformisation par le bas des avantages sociaux garantira la mobilité, d'autant que l'Allemagne offrira comme aujourd'hui des rémunérations attractives.
Du fait de sa natalité solide, la France devrait mécaniquement rester relativement jeune et devenir le pays le plus peuplé d'Europe, voire la première économie européenne, en compagnie du Royaume-Uni. Elle ne subit donc pas les mêmes contraintes et les mêmes dangers de long terme que son partenaire allemand.
Alors pourquoi le gouvernement français "co-porte"-t-il ce Pacte de compétitivité ? Une première explication est, qu'à l'instar du Medef - l'organisation patronale l'a applaudi -, Paris est incapable de se projeter au-delà du court terme et d'une obsédante fascination pour l'actuelle réussite germanique. Mais plus sûrement, la France a choisi la voie du soutien à l'Allemagne. Un tel "pacte de solidarité" n'est pas nécessairement un objectif illégitime ; mais autant le dire clairement aux citoyens français et aux autres partenaires européens.
Philippe Askenazy, directeur de recherche au CNRS, Ecole d'économie de Paris.
10
Partagez
Facebook
Vous aussi, participez au débat
Proposez votre contribution à la rédaction
Dans la rubrique Idées
Assumer les divergences culturelles pour les dépasser
Soudan : le temps des responsabilités
Des ex-hauts responsables politiques interpellent l'ayatollah Ali Khamenei
Jusqu’à quel prix peut-on lutter contre la délinquance ?
Les débats
La communauté internationale doit-elle intervenir en Libye ?
Report du procès Chirac : scandale ou justice ?
 
Printemps arabe : La fin de l'exception marocaine ?
Les débats de la semaine : éducation, égalité, libération
Les plus envoyés
Depuis : 24 heures | 2 jours
1. Au Chesnay, le vrai carême au pain et à l'eau
2. Cantonales : une candidate UMP suspendue pour une "blague" raciste
3. Petit lexique du nucléaire
4. Mediator : "Il faut scinder l'Afssaps en deux agences autonomes", selon Philippe Even
5. Cyclisme : un journal belge décrypte le vélo "révolutionnaire" de Cancellara
Les blogs
EMPLOI ET ENTREPRISES
La flexibilité? D’abord rentable pour...
ECO(LO)
Comment classe-t-on un accident nucléaire ? 78
NICE RUGBY
“Le Quinze de France doit retrouver l’alchimie... 68
POLICETCETERA
Sécurité : le prix de la peur18
PEUT MIEUX FAIRE
IDEX : Gillet et Aghion dans le jury “international”
LA FEUILLE
A chaque support son lecteur13
A BOIRE ET À MANGER
Un nouvel ami (5) 35
L'ELYSÉE : CÔTÉ JARDIN
Kouchner, Copé et Hortefeux, recadrés mine de...
FORTES TÊTES
Equipe de France de handball : Didier Dinart...17
CHRONIQUES JUDICIAIRES
QPC, suite: le tribunal de Nanterre saisit à...
LYCÉE ÉLECTRIQUE
Enseigner le « savoir être » en « lycée sensible...
L'EUROPE DÉCALÉE
Nucléaire civil : pas de panique
LA RÉPUBLIQUE DES LIVRES
Funérailles annoncées du critique olympien 309
UNE BALLE DANS LE PIED
Comment “fermer” la Ligue 1, en... 20
LE COMPTOIR DE LA BD
Japon : le blog Tsunami cristallise l’émotion... 77
WESTERN BALKANS
L’atome bulgare est-il sûr ?
BIG PICTURE
L’AIEA lance un appel aux robots
L'ACTU EN PATATES
Evolution des niveaux d’alerte nucléaire 107
AMATEUR D'ART
Les deux branches de l’Amazone (Penso...
CONTRE-PIED
L’humilité de la boxe féminine
QUESTION(S) SOCIALE(S)
La hausse du coût du travail en 2010, un argument... 8
DÉMYSTIFIER LA FINANCE
Libye : Monsieur Sarkozy joue avec le feu. 229
LA BOÎTE À IMAGES
LE GRAND JEU DE L’IMAGE MYSTÈRE - 3 -...25
A LA RECHERCHE DES SONS PERDUS
Nation of Ulysses, punk à èthos 7
OIL MAN
Gaz de schiste : l’Europe peut-elle faire... 75
CONTES PUBLICS
ISF : interrogations sur l’application... 24
LIBERTÉS SURVEILLÉES
L’amicale leçon de Robert Badinter aux... 11
IL Y A UNE VIE APRÈS LE BAC !
Combien de temps travaillent les étudiants? 11
AU BOUT DU COMPTE
Et si l’Euro provoquait une fracture entre...
GUERRE OU PAIX
Facebook contre l’impasse politique palestinienne 7
DROITS DES ENFANTS
Le Conseil Constitutionnel siffle la fin de... 43
BUG BROTHER
La “censure” de la LOPPSI2 ? Une... 11
CLIN D'OEIL GOURMAND
Vacherin souverain 10
DROITE(S) EXTRÊME(S)
Marine Le Pen ira à Lampedusa avec Mario Borghezio...
TRANSNETS
Brésil des TIC/2 - Ce que j’ai vu à Recife
EN QUÊTE DE SCIENCES
Comment redéfinir le kilogramme ? 47
COUP DE THÉÂTRE
Splendeur et misère d’un “théâtre... 11
PUZZLE SOCIALISTE
« Affaire Guérini » : la direction du PS choisit...91
UN OEIL SUR LA CHINE
Le maitre des marionnettes
TROMPE LE MONDE
A la découverte du foot indien : la vérité du... 9
LA REFONDATION DU CAPITALISME
Actualité (20) 57
LES DÉCODEURS
La France est le seul pays de l’Union... 74
VEILLEUR DE JOUR
Tati : virées pour avoir offert des bons d’achat... 13
LA RÉCOLTE D'APRÈS
La récolte d’après, à suivre…
URBAINS SENSIBLES
Prenons le temps 11
Voir tous les blogs
Vos réactions (10)
La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
Réagissez
Cabri
11h37
 L'Europe sociale ? Mais les français ont dit non lors du référendum. Voilà leur plan B à la constitution européenne. Au prochain tour, ils voudront revenir au franc, puis au chapeau haut de forme...
Répondre
Renaud+D.
09h18
 Les ultra-libs appliquent la méthodes qu'ils connaissent bien: la "théorie du choc". Profiter de la stupeur des peuples pour leur recoller subrepticement trois couches de précarité! Cf.David Cameron en UK... Je les mets ici en garde: gare au choc ... en retour! On les a à l'oeil ... les noms seront connus... et quand sonnera l'heure ...
Répondre
Paol QUENEHERVE
07h52
 Dans votre conclusion, vous touchez à un des principaux maux français. Personne ne dit la vérité aux français, peut-être parce qu'ils ne veulent pas l'entendre...
Répondre
Juan Manuel CUESTA
06h34
 Mais il n'y a jamais eu de projet social! Comment faut-il expliquer que l'UE n'a jamais été conçue que comme un espace marchand ouvert à la concurrence dont le but, avoué ou non, est la dérégulation sociale et la disparition progressive et irréversible des services publics. Le reste c'est du pipeau. Et même Jacques Delors n'a jamais été dupe, il nous a simplement enfumés, ou tenté de le faire. Maintenant il reste aux partisans verts du TCE de nous expliquer tout ça.
Répondre
Lire toutes les réactions (10)
 
Réagissez
D'accord, pas d'accord ?
Réagissez aux articles du Monde.fr
Pour réagir, devenez abonné au Monde.fr pour seulement
15€/ mois + 1 mois offert
Abonnez-vous
Déjà abonné ?
Identifiant
Mot de passe
Identifiants oubliés ?
Mémorisez
 
Les plus commentés
193
Claude Guéant : "Les Français veulent que la France reste la France"
138
Une petite phrase de Strauss-Kahn mécontente les Grecs
83
Cantonales : une candidate UMP suspendue pour une "blague" raciste
79
Sondage : DSK creuse l'écart avec les autres présidentiables socialistes
72
Sarkozy réaffirme la "pertinence" du nucléaire pour la France
68
Noël Mamère : "Pas d'alliance avec le PS sans accord sur le nucléaire"
© Le Monde.fr | Fréquentation certifiée par l'OJD | CGV | Mentions légales | Qui sommes-nous ? | Charte groupe | Index | Aide et contact | Publicité
Journal d'information en ligne, Le Monde.fr offre à ses visiteurs un panorama complet de l'actualité. Découvrez chaque jour toute l'info en direct (de la politique à l'économie en passant par le sport et la météo) sur Le Monde.fr, le site de news leader de la presse française en ligne.
<div id="xiti-logo-noscript"> <img width="1" height="1" alt="" src="https://web.archive.org/web/20110317112138im_/http://logc2.xiti.com/hit.xiti?s=43260&amp;s2=38&amp;p=idees/index_articles&amp;"> </div>
InternationalJaponPlanètePolitiqueSociétéEducationCarnetEconomieMédiasTechnologiesCultureWebdocusCantonales 2011