FEBMARMAY
16
201020112013
12 captures
16 Mar 2011 - 12 Apr 2021
About this capture
Visitez notre site optimisé pour Android mobile.lemonde.fr
Abonnez-vous au Monde à partir de 15 € / mois
ACTUALITÉS
DÉBATS
LOISIRS
PRATIQUE
VOUS
VOTRE INFO
LE JOURNAL
LES NEWSLETTERS
LES DOSSIERS
A la Une > Idées
Les acteurs de l'économie
Serge de Witte et les emprunts russes
LE MONDE ECONOMIE | 14.03.11 | 17h59  •  Mis à jour le 14.03.11 | 18h22
Réagissez 
D'accord, pas d'accord ? Réagissez aux articles du Monde.frPour réagir, devenez abonné pour seulement
15€ /mois + 1 mois offert.​Abonnez-vous
Déjà abonné ?


Mémorisez | Oublié ?
Classez
Classez 
Le classeur vous permet de conserver des articles et de constituer des dossiers d'archives.Pour en profiter, devenez abonné pour seulement
15€ /mois + 1 mois offert.​Abonnez-vous
Déjà abonné ?


Mémorisez | Oublié ?
Recommandez
Recommandez 
Vous souhaitez recommander la lecture de cet article à votre entourage.Pour en profiter, devenez abonné pour seulement
15€ /mois + 1 mois offert.​Abonnez-vous
Déjà abonné ?


Mémorisez | Oublié ?
Imprimez
Imprimez 
Envoyez
Envoyez par mail 
Partagez
La "une" du "Monde Economie", daté 15 mars 2011.DR
L'essor des emprunts publics émis par les Etats européens et par les Etats-Unis pose la question du risque des défauts de paiement, même de la part de débiteurs apparemment solvables.
L'hypothèse d'une banqueroute des Etats les plus faibles semble écartée. Ainsi la Grèce a obtenu le soutien des autres pays européens et du Fonds monétaire international (FMI). Mais celle d'une "restructuration" des dettes (terme pudique pour évoquer un rééchelonnement ou un remboursement partiel) est souvent évoquée. Il existe un précédent célèbre : celui de la Russie léniniste, qui décida, début 1918, de ne plus reconnaître les dettes contractées aux temps des tsars.
L'ampleur des émissions d'emprunts russes souscrits par les épargnants belges et français doit beaucoup au comte Serge de Witte (1849-1915). De lointaine origine balte et hollandaise par son père, il travailla dans la Compagnie de chemins de fer du Sud-Ouest, puis devint ministre des voies de communication du tsar Alexandre III, puis ministre des finances en 1892. Conscient du retard de son pays vis-à-vis de l'Europe de l'Ouest, il conçut d'ambitieux projets d'industrialisation et de construction de voies ferrées, opta pour un appel massif à l'épargne étrangère pour les financer, et à des centaines d'entreprises françaises pour les réaliser.
CLAIRVOYANCE
Le premier grand emprunt russe avait été émis dès 1888 pour un montant de 500 millions de francs-or, dans le cadre du rapprochement politico-militaire avec la France qui fit des deux pays des alliés lors de la première guerre mondiale. Serge de Witte amplifiera cette politique.
En 1914, on comptera ainsi entre 1,6 millions et 2 millions de porteurs français de titres russes (constitués de bons d'Etat, de titres émis par des villes, d'actions de compagnies de chemin de fer...), pour une valeur s'élevant à plus de 12 milliards de francs-or, soit un tiers de l'épargne française.
Les grandes banques y trouveront leur compte. Le Crédit lyonnais aurait réalisé 30 % de ses bénéfices grâce à son rôle d'intermédiaire durant ces années. Cet attrait populaire s'explique par la publicité qui affirmait que "prêter à la Russie, c'est prêter à la France", par le fait que de Witte avait rendu le rouble convertible en or en 1897, et parce que le pouvoir tsariste semblait inébranlable, surtout après avoir surmonté la défaite contre le Japon et la révolution de 1905.
Serge de Witte avait d'ailleurs fait preuve de clairvoyance en dénonçant la guerre contre le Japon (ce qui lui vaudra d'être renvoyé), puis il participa à l'élaboration des réformes de 1905 qui introduisirent un certain nombre de libertés (de parole, de réunion, d'association...) et instituèrent la Douma (le Parlement), aux membres élus.
Il devint premier ministre en 1906, mais fut à nouveau éloigné après la victoire électorale de l'opposant au régime. En 1914, il dénonça l'entrée en guerre de la Russie, par crainte qu'elle provoque la chute du régime. C'est ce qui se produisit, ruinant par là même les épargnants français trop confiants dans la stabilité de la Russie tsariste.
Il resterait encore plus de 300 000 porteurs français, qui estiment à 40 milliards de dollars (28,7 milliards d'euros) la valeur de leur créance. En 1997, Moscou a proposé 400 millions de dollars à titre de dédommagement...
Pierre Bezbakh, université Paris-Dauphine
Réagissez 
D'accord, pas d'accord ? Réagissez aux articles du Monde.frPour réagir, devenez abonné pour seulement
15€ /mois + 1 mois offert.​Abonnez-vous
Déjà abonné ?


Mémorisez | Oublié ?
Classez
Classez 
Le classeur vous permet de conserver des articles et de constituer des dossiers d'archives.Pour en profiter, devenez abonné pour seulement
15€ /mois + 1 mois offert.​Abonnez-vous
Déjà abonné ?


Mémorisez | Oublié ?
Recommandez
Recommandez 
Vous souhaitez recommander la lecture de cet article à votre entourage.Pour en profiter, devenez abonné pour seulement
15€ /mois + 1 mois offert.​Abonnez-vous
Déjà abonné ?


Mémorisez | Oublié ?
Imprimez
Imprimez 
Envoyez
Envoyez par mail 
Partagez
Vous aussi, participez au débat
Proposez votre contribution à la rédaction
Dans la rubrique Idées
Il faut sauver la Grameen Bank et le microcrédit au Bangladesh
La sacralité de la monarchie marocaine est un frein à la démocratisation
Les "liquidateurs" de Fukushima
L'énergie est politique
Les débats
Report du procès Chirac : scandale ou justice ?
Printemps arabe : La fin de l'exception marocaine ?
 
Les débats de la semaine : éducation, égalité, libération
Comment atteindre l'égalité entre hommes et femmes ?
Les plus envoyés
Depuis : 24 heures | 2 jours
1. La sacralité de la monarchie marocaine est un frein à la démocratisation
2. Les habitants de Sendai pris au piège
3. Il faut sauver la Grameen Bank et le microcrédit au Bangladesh
4. Une petite phrase de Strauss-Kahn mécontente les Grecs
5. Il est temps d’aider la rébellion libyenne
Les blogs
A LA RECHERCHE DES SONS PERDUS
Dessine moi une compilation #26 : la Nature
LA RÉPUBLIQUE DES LIVRES
Funérailles annoncées du critique olympien 47
CHRONIQUES JUDICIAIRES
QPC, suite: le tribunal de Nanterre saisit à...
CLIN D'OEIL GOURMAND
Vacherin souverain 8
BUG BROTHER
La “censure” de la LOPPSI2 ? Une... 9
PLAYTIME
“Little geek adventure” ou l’art...
LANGUE SAUCE PIQUANTE
le panurgisme lexical des médias (2) 138
LE MONDE DES SÉRIES
Le court voyage de l’enfance à l’âge...
ECO(LO)
Comment classe-t-on un accident nucléaire ? 42
EMPLOI ET ENTREPRISES
L’alternance a la cote
DROITE(S) EXTRÊME(S)
Marine Le Pen ira à Lampedusa avec Mario Borghezio...
POLICETCETERA
Sécurité : le prix de la peur16
FORTES TÊTES
Equipe de France de handball : Didier Dinart...
L'ELYSÉE : CÔTÉ JARDIN
Nucléaire: réunion de crise à l’Elysée...
WESTERN BALKANS
L’atome bulgare est-il sûr ?
L'EUROPE DÉCALÉE
L’avenir bouché des jeunes Grecs
QUESTION(S) SOCIALE(S)
Emploi des jeunes : les propositions sur l’accompagnement...
DENTELLES ET TCHADOR
Ce soir, les Iraniens jouent avec le feu
NICE RUGBY
“Le Quinze de France doit retrouver l’alchimie... 12
L'ACTU EN PATATES
Le nuage s’est arrêté à la frontière
LA BOÎTE À IMAGES
LE GRAND JEU DE L’IMAGE MYSTÈRE - 3 -...10
AU FIL DU BOSPHORE
Tentative d’assassinat contre Ibrahim...
LIBERTÉS SURVEILLÉES
La réponse de Franck Louvrier 14
GUERRE OU PAIX
Facebook contre l’impasse politique palestinienne
AU REBOND
La vidéo du jour : le Top 10 Euroleague de la...
AMATEUR D'ART
Les deux branches de l’Amazone (Penso...
A BOIRE ET À MANGER
Un nouvel ami (5)
EFFETS DE MODE
Le groupe Fast Retailing verse 12 millions d’euros...
CONTES PUBLICS
Le PS devrait voter contre une règle d’équilibre... 21
IL Y A UNE VIE APRÈS LE BAC !
A quoi mène vraiment Sciences Po? 19
MISS GLOUGLOU
Avec un Mont d’Or, un vin du Jura ou je...
LE COMPTOIR DE LA BD
Japon : je vais bien ne t’en fais pas
OIL MAN
Gaz de schiste : l’Europe peut-elle faire... 58
AU BOUT DU COMPTE
L’histoire du serpent franco-allemand...
BIG PICTURE
Obama et le nucléaire 32
PEUT MIEUX FAIRE
Condorcet (suite) : le ministère et la région...
TIME OUT
Un oeil sur la coupe…
UNE BALLE DANS LE PIED
Comment “fermer” la Ligue 1, en... 9
CONTRE-PIED
L’humilité de la boxe féminine
LA FEUILLE
A chaque support son lecteur
DÉMYSTIFIER LA FINANCE
Libye : Monsieur Sarkozy joue avec le feu. 7
BONNE NOUVELLE !
Itunes au secours du Japon
DROITS DES ENFANTS
Le Conseil Constitutionnel siffle la fin de...
LYCÉE ÉLECTRIQUE
Enseigner le « savoir être » en « lycée sensible...
TRANSNETS
Brésil des TIC/2 - Ce que j’ai vu à Recife
Voir tous les blogs
Vos réactions (0)
La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
Réagissez
 
Réagissez
D'accord, pas d'accord ?
Réagissez aux articles du Monde.fr
Pour réagir, devenez abonné au Monde.fr pour seulement
15€/ mois + 1 mois offert
Abonnez-vous
Déjà abonné ?
Identifiant
Mot de passe
Identifiants oubliés ?
Mémorisez
 
Les plus commentés
128
Claude Guéant : "Les Français veulent que la France reste la France"
111
Ségolène Royal aux écologistes : "Je pense qu'il y a un délai de décence"
95
La directrice de l'office HLM de la ville d'Yves Jégo licenciée après son cancer
94
Hamon (PS) : "On ne peut pas sortir du nucléaire du jour au lendemain"
85
Le "fantasme" d'une vague migratoire ne résiste pas aux faits
© Le Monde.fr | Fréquentation certifiée par l'OJD | CGV | Mentions légales | Qui sommes-nous ? | Charte groupe | Index | Aide et contact | Publicité
Journal d'information en ligne, Le Monde.fr offre à ses visiteurs un panorama complet de l'actualité. Découvrez chaque jour toute l'info en direct (de la politique à l'économie en passant par le sport et la météo) sur Le Monde.fr, le site de news leader de la presse française en ligne.
InternationalJaponPlanètePolitiqueSociétéEducationCarnetEconomieMédiasTechnologiesCultureWebdocusCantonales 2011