S’abonner
ÉCONOMIE
Le bitcoin, cryptomonnaie du crime ou de la liberté
La devise virtuelle défraie régulièrement la chronique en raison de son extrême volatilité, de son utilisation par des criminels ou de l’attrait qu’elle exerce sur certains Etats. Un intérêt qui divise ses avocats et ses adversaires.
Par Arnaud Leparmentier(New York, correspondant)
Publié le 19 juin 2021 à 00h53 - Mis à jour le 19 juin 2021 à 05h35
Lecture 6 min.
Article réservé aux abonnés
Un petit commerce acceptant les bitcoins, sur la plage d’El Zonte, au Salvador, le 16 juin 2021. JOSE CABEZAS / REUTERS
Au matin du 7 mai, la direction de Colonial Pipeline, l’oléoduc qui alimente en essence la Côte est des Etat-Unis, découvre un message laissé par des pirates informatiques établis en Europe de l’Est : ils exigent une rançon de 4,4 millions de dollars (3,7 millions d’euros) pour débloquer ce pipeline stratégique. Le PDG de l’entreprise, Joseph Blount, se décide rapidement à payer. Le versement de la rançon est simple comme un clic. D’après le Wall Street Journal, M. Blount fait verser 75 bitcoins aux hackeurs, en échange d’un logiciel de déblocage, lequel se révèle insuffisant.
Lire aussi Le bitcoin en cinq questions
Ainsi a-t-on trouvé une utilité irréfutable au bitcoin : c’est l’argent du crime. Plus rapide que les négociations par petites annonces interposées dans les journaux lors de l’enlèvement du fils de Charles Lindbergh, qui fut assassiné en 1932 ; plus économe que les montagnes de dollars enterrées et pourrissant dans les propriétés de Pablo Escobar en Colombie ; plus sûr qu’un virement crypté, même au Panama. Efficace, tout simplement. Depuis des années, le FBI exhorte les victimes de piratage à ne pas payer de rançon, mais cette objurgation n’est pas toujours suivie d’effet, tant le coût lié la paralysie d’un système informatique peut être considérable.
Le 9 juin, le Salvador a fait du bitcoin une devise légale pour permettre l’inclusion financière de milliers de personnes ne disposant pas de compte bancaire
Avant de réduire le bitcoin au crime organisé, il convient d’adopter une perspective différente. Celle du Salvador qui, le 9 juin, en a fait une devise légale, à côté du dollar, sa monnaie officielle, pour permettre l’inclusion financière de milliers de personnes ne disposant pas de compte bancaire. Ou celle du Venezuela, où l’épargne est laminée par l’hyperinflation et dont les habitants figurent parmi les plus grands utilisateurs de cryptodevise au monde.
A leurs yeux, elles représentent une protection contre les errements financiers de leur gouvernement, une sauvegarde du droit à la propriété et un moyen de vivre dans des conditions normales. L’instabilité du bitcoin constitue certes un handicap, mais est-elle pire qu’un bolivar en dépréciation permanente ? Une inflation annuelle de 3 000 % équivaut à une division par deux de la valeur de la monnaie toutes les dix semaines. Or le krach actuel du bitcoin – plus de 31 400 euros au 18 juin – n’a pas encore atteint une telle dévaluation. Plus pratique que le troc, moins susceptible d’être volé que l’or ou les dollars dissimulés sous un matelas, le bitcoin, en l’espèce, n’est pas l’instrument du crime, mais de la liberté.
Stratégie de l’étouffement
Dans les deux cas, la cryptodevise remplit sa mission, telle qu’elle lui a été assignée par ses fondateurs libertariens : affranchir l’individu de l’Etat, priver ce dernier du privilège exorbitant de battre monnaie et opérer des transactions sans passer par le dollar ou l’euro. L’ennui, c’est que, selon le rapport annuel de Chainalysis, le montant des transactions cryptocriminelles a atteint 10 milliards de dollars en 2020. Ce chiffre est énorme – même s’il est en forte baisse, en valeur (21,4 milliards en 2019) et en pourcentage (0,34 % des transactions en 2020 contre 2,1 % l’année précédente) – du fait de l’engouement mondial pour les cryptodevises. Une offensive des Etats menacés dans leur souveraineté monétaire apparaît inéluctable.
Lire aussi « La frénésie autour du bitcoin rappelle qu’il n’y a pas d’économie sans bulles »
Il est difficile d’imaginer comment les gouvernements pourraient anéantir la technologie qui sous-tend les cryptomonnaies, mais, au jeu des gendarmes et des voleurs, il est possible que la peur change de camp. Le FBI a progressé, parvenant à intercepter une partie des bitcoins extorqués à Colonial Pipeline au moment où ils étaient imprudemment transférés d’un compte à un autre. Les cryptotrafiquants, médusés, étaient pourtant convaincus que leur système demeurerait inviolable.
Contre le crime, une stratégie efficace est celle de l’étouffement, à savoir empêcher la transformation des bitcoins en devises classiques. Les propriétaires de cryptomonnaies restent prisonniers de leurs jetons, comme le mafieux de ses dollars non blanchis ou le fraudeur de ses lingots enfouis dans un coffre-fort suisse. Les Chinois procèdent ainsi, en interdisant à leurs banques d’effectuer des transactions avec des devises virtuelles. Les Etats-Unis n’en sont pas encore là, mais l’administration Biden souhaite que ses contribuables déclarent tous les mouvements supérieurs à 10 000 dollars.
Lire aussi Elon Musk annonce qu’il n’acceptera plus de bitcoins pour payer ses Tesla et bouscule la cryptomonnaie
Afin que l’étouffement soit fructueux, il est également nécessaire de prévenir la création d’un écosystème monétaire en cryptodevises, dans lequel pourrait prospérer une économie autonome où tous les biens sont achetables. A cet égard, l’annonce faite le 12 mai par Elon Musk, le patron de Tesla, selon laquelle il renonçait à accepter les paiements en bitcoin pour ses voitures électriques, a été capitale. La firme automobile risquait, en effet, de devenir l’autoroute sur laquelle allaient se déverser les bitcoins de la planète.
Faille fondamentale
Néanmoins, la vraie solution consiste à s’interroger sur la valeur du bitcoin et sa folle appréciation (il valait 0,001 dollar à sa création, en 2009). D’aucuns vilipendent la spéculation. Qu’il soit plutôt permis d’accuser les gouvernements et les banques centrales, qui sont des Venezuela en puissance aux yeux des férus de bitcoins. Ces derniers sont rejoints par une partie de l’électorat républicain et certains grands investisseurs de Wall Street qui commencent à paniquer devant la politique ultra-accommodante de la Fed et les dépenses budgétaires de Joe Biden.
Lire aussi La révolution bitcoin agite la planète finance
« Je ne trouve aucune période de l’histoire où la politique monétaire et budgétaire a été autant en décalage avec la conjoncture économique. Pas une seule », s’est indigné, sur la chaîne CNBC, le milliardaire américain Stanley Druckenmiller, PDG du fonds Duquesne Capital, le 11 mai. « S’ils veulent faire tout cela et mettre en péril notre statut de monnaie de réserve, risquer l’éclatement d’une bulle d’actifs, qu’il en soit ainsi », a-t-il lancé. Si les bitcoins sont des billets de Monopoly électroniques, le dollar vaut-il mieux ? La question a été posée sans ambages par le milliardaire Ray Dalio, fondateur du fonds spéculatif Bridgewater, qui a déclaré, le 24 mai, qu’il préférerait détenir un bitcoin qu’un bon du Trésor.
Aujourd’hui, les investisseurs achètent ce qui est le plus susceptible de les protéger de la politique du Trésor et de la Fed
L’histoire regorge de précédents rappelant que les Etats sont peu dignes de confiance : la faillite de Law en 1720, censée liquider la dette laissée par Louis XIV, les assignats sous la Révolution française, l’hyperinflation sous la République de Weimar, la mort de la monnaie sous les Khmers rouges, l’hyperinflation au Zimbabwe et au Venezuela… A chaque fois, du papier pour masquer l’absence de création de richesse et tenter d’effacer une dette bien réelle. Aujourd’hui, les investisseurs achètent ce qui est le plus susceptible de les protéger de la politique du Trésor et de la Fed, coupable d’abjurer son indépendance conquise de haute lutte à la fin des années 1970 : de l’immobilier, des actions, des matières premières… et des bitcoins, miroir inversé de la folie des Etats.
Lire aussi Les cryptomonnaies, encore très énergivores, à la recherche d’un avenir plus vert
S’il peut servir aux transactions, ledit bitcoin présente toutefois une faille fondamentale en ce qu’il ne peut pas servir d’actif refuge. Le problème n’est pas tant sa valeur – il n’en a pas, tout comme le dollar depuis la fin de l’étalon-or, en 1971 – que sa volatilité. Comme l’explique Patrick Artus, économiste en chef de Natixis, la cryptodevise existe en quantité limitée et son cours connaît des soubresauts brutaux en fonction de la seule demande. La situation n’a rien à voir avec la période de l’étalon-or, lorsque le métal jaune n’était pas utilisé directement, mais inspirait confiance dans la monnaie imprimée en quantité variable par les banques centrales. Désormais, plus les investisseurs sont gagnés par la panique, plus ils achètent du bitcoin, qui s’envole. Les gouvernements ont alors beau jeu de décrédibiliser cette cryptodevise, décidément spéculative, alors qu’ils en sont largement à l’origine.
La suite est réservée aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
S’abonner pour lire la suite
Dans la même rubrique
L’allocation de rentrée scolaire versée les 3 et 17 août à 3 millions de familles
Mieux vaut ne pas rédiger son testament dans une langue que l’on ne comprend pas
Crédit immobilier : ces dépenses estivales qu’il vaut mieux éviter pour emprunter à la rentrée
Guides d’achat
Nintendo Switch ou Nintendo Switch Lite : laquelle choisir ?
Les meilleurs casques de gaming
Smartphones : nos guides les plus populaires
Les abonnés lisent aussi...
ENQUÊTE
Raphaëlle Bacqué
Martin et Olivier, les frères d’armes de l’empire Bouygues
18 min de lecture
PORTRAIT
Valentin Pérez
« Que je sois nue, habillée ou avec des plumes sur la tête, je m’en fous, c’est un grand rôle » : la passion selon Laetitia Dosch
5 min de lecture
REPORTAGE
Pascale Krémer
Dans les « Villes et villages fleuris », adieu aux géraniums, place aux vivaces !
6 min de lecture
Services
CODES PROMOSavec Global Savings Group
Tous les codes promos
NEWSLETTERS DU MONDE
Recevoir les newsletters du Monde
APPLICATIONS MOBILES
Sur iPhone
Sur Android
ABONNEMENT
S’abonner
Se connecter
Consulter le Journal du jour
Évenements abonnés
Le Monde Festival
La boutique du Monde
Mentions légales
Charte du Groupe
Politique de confidentialité
Gestion des cookies
Conditions générales
Aide (FAQ)
SUIVEZ LE MONDE
Facebook
Youtube
Twitter
Instagram
Snapchat
Fils RSS
À la une Retour à la page d’accueil du Monde En continuJeux olympiques de Tokyo 2021Projet PegasusPasse sanitaireClimatVaccins contre le Covid-19Coronavirus et pandémie de Covid-19Festival d'AvignonElection présidentielle 2022Toute l’actualité en continuInternationalPolitiqueSociétéLes DécodeursSportPlanèteSciencesM CampusLe Monde AfriquePixelsSantéBig BrowserDisparitionsPodcastsLe Monde & VousÉconomieÉconomie mondialeÉconomie françaiseMédiasEmploiArgent & placementsTribunes écoCitiesLe Club de l’économie <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/01/07/0/0/5326/3551/360/0/95/0/7b4be13_873742957-000-8ue37y.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/01/07/0/0/5326/3551/180/0/95/0/7b4be13_873742957-000-8ue37y.jpg" alt=""> Économie L’allocation de rentrée scolaire versée les 3 et 17 août à 3 millions de familles <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/07/27/210/0/2500/1665/360/0/95/0/8857dd4_778463197-founders-outside.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/07/27/210/0/2500/1665/180/0/95/0/8857dd4_778463197-founders-outside.jpg" alt="Les cofondateurs de Bubble, Josh Haas (à gauche) et Emmanuel Straschnov, au Flat Iron Square Park, à New York, le 16 juillet 2021."> Économie Article réservé à nos abonnés Algolia, Bubble : ces jeunes pousses créées par des Français et qui réussissent aux Etats-Unis <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/07/30/0/0/600/400/360/0/95/0/e7b6721_343179114-pns-720084751.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/07/30/0/0/600/400/180/0/95/0/e7b6721_343179114-pns-720084751.jpg" alt="Le testament peut donc rédigé sur n’importe quel support, à l’encre ou au crayon, en français ou en langue étrangère."> Chronique Article réservé à nos abonnés Mieux vaut ne pas rédiger son testament dans une langue que l’on ne comprend pas Rafaële Rivais <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2020/05/21/939/0/3662/2433/360/0/95/0/adf7d12_q3vQi2YEVEHrrcR6-vb3QEFC.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2020/05/21/939/0/3662/2433/180/0/95/0/adf7d12_q3vQi2YEVEHrrcR6-vb3QEFC.jpg" alt=""> Tribune Article réservé à nos abonnés « Pour une TVA différentielle sur les produits et services moins polluants » Jacques de Gerlache Ecotoxicologue et professeur en gestion environnementale à l’Institut Supérieur Paul Lambin (Bruxelles), VidéosLes explicationsLes sériesEnquêtes vidéo <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2020/11/06/1/116/1619/1079/360/0/95/0/3bbb1f1_559368929-thumbnail-corona-transmission-sirius.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2020/11/06/1/116/1619/1079/180/0/95/0/3bbb1f1_559368929-thumbnail-corona-transmission-sirius.jpg" alt=""> 08:30 Planète Quels sont les lieux les plus à risque pour attraper le Covid-19 ? <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/03/04/0/0/6000/4000/360/0/95/0/c698609_694099037-pns-725359555.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/03/04/0/0/6000/4000/180/0/95/0/c698609_694099037-pns-725359555.jpg" alt=""> 08:16 Société « Sidérées » : pourquoi certaines victimes ne réagissent pas aux violences sexuelles <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/07/16/0/197/2133/1422/360/0/95/0/3a3b7fa_824901662-chine-1.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/07/16/0/197/2133/1422/180/0/95/0/3a3b7fa_824901662-chine-1.jpg" alt="Des vidéos et des images satellites au dessus de la mer de Chine."> 10:54 Enquête Enquête vidéo : comment Pékin impose sa présence militaire en mer de Chine méridionale <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/07/12/242/828/1391/927/360/0/95/0/f0a44a5_755048560-capture-d-e-cran-2021-07-12-a-10-28-38.png 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/07/12/242/828/1391/927/180/0/95/0/f0a44a5_755048560-capture-d-e-cran-2021-07-12-a-10-28-38.png" alt=""> 15:27 Planète Comment le changement climatique va bouleverser l’humanité OpinionsEditoriauxChroniquesAnalysesTribunesVie des idées <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/07/26/0/0/3543/2362/360/0/95/0/bbc1672_459022017-idhir-baha-mesures-sanitaires-pyrenees-orientales-juillet-2021-4.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/07/26/0/0/3543/2362/180/0/95/0/bbc1672_459022017-idhir-baha-mesures-sanitaires-pyrenees-orientales-juillet-2021-4.jpg" alt="Dans un centre de vaccination éphémère installé dans un camping, à Argelès-sur-Mer (Pyrénées-Orientales), le 23 juillet 2021."> Tribune Article réservé à nos abonnés « La pandémie de Covid-19 pourrait, comme celles de choléra au XIXe siècle, amener à une nouvelle révolution de la santé publique » Nicole El Karoui Mathématicienne <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2020/01/02/0/0/2045/1363/360/0/95/0/d9c6017_8svc_4d8Yz3pBAVvdC6KnF8J.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2020/01/02/0/0/2045/1363/180/0/95/0/d9c6017_8svc_4d8Yz3pBAVvdC6KnF8J.jpg" alt=""> Tribune Article réservé à nos abonnés « La psychiatrie, au cœur des débats d’assises, vient-elle servir ou desservir la justice ? » Jean Plissonneau Psychanalyste <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2020/11/30/0/2/5460/3640/360/0/95/0/3438bfd_5799874-01-06.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2020/11/30/0/2/5460/3640/180/0/95/0/3438bfd_5799874-01-06.jpg" alt="Vue aérienne des effets de la déforestation sur la forêt amazonienne, près de Sinop, dans l’Etat du Mato Grosso, au Brésil, le 7 août 2020."> Tribune Article réservé à nos abonnés « L’Amazonie brésilienne n’assure plus son rôle de poumon de la planète » Collectif <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/06/16/0/0/5568/3712/360/0/95/0/f042b20_253048632-eolien.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/06/16/0/0/5568/3712/180/0/95/0/f042b20_253048632-eolien.jpg" alt="A Saint-Brieuc, le 3 mai 2021."> Éditorial Energies : entre vent et atome, une clarification s’impose CultureCinémaTélévisionLivresMusiquesArtsScènes <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/07/23/0/0/1224/815/360/0/95/0/0389416_126803-3231808.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/07/23/0/0/1224/815/180/0/95/0/0389416_126803-3231808.jpg" alt="Laetitia Dosch, au Pavillon du lac, aux Buttes-Chaumont, à Paris, le 5 juillet."> M le mag Article réservé à nos abonnés « Que je sois nue, habillée ou avec des plumes sur la tête, je m’en fous, c’est un grand rôle » : la passion selon Laetitia Dosch <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/07/27/136/250/546/364/360/0/95/0/da715ee_831735765-humeau.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/07/27/136/250/546/364/180/0/95/0/da715ee_831735765-humeau.jpg" alt="« A CORPS ET A CRIS »."> Livres Article réservé à nos abonnés Irréductibles espagnols, punks français, souvenirs d’enfance… Nos choix de lectures <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/07/20/0/0/600/400/360/0/95/0/ec3e7d9_206739754-quatre1.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/07/20/0/0/600/400/180/0/95/0/ec3e7d9_206739754-quatre1.jpg" alt="Isabelle Carré et José Garcia, dans « Quatre étoiles », de Christian Vincent."> Culture « Quatre étoiles », sur Ciné+ Emotion : un pacte mi-main au collet, mi-bague au doigt <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/07/05/0/4/4087/2725/360/0/95/0/eb3964e_862618215-4410b599399a2b532e05d490c46f60da-4096x2725-ca977a97.jpeg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/07/05/0/4/4087/2725/180/0/95/0/eb3964e_862618215-4410b599399a2b532e05d490c46f60da-4096x2725-ca977a97.jpeg" alt="Yelena (Florence Pugh) et Natasha Romanoff (Scarlett Johansson) dans « Black Widow »."> Culture Scarlett Johansson attaque Disney pour la sortie en streaming de « Black Widow » M le MagL’actuL’époqueLe styleLe Monde passe à tableVoyageModeLes Recettes du Monde <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/07/26/0/0/1500/998/360/0/95/0/bfc6c48_127221-3233276.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/07/26/0/0/1500/998/180/0/95/0/bfc6c48_127221-3233276.jpg" alt="La joueuse d’échecs Mitra Hejazipour, au jardin du Luxembourg, à Paris, le 21 juillet 2021."> M le mag Article réservé à nos abonnés Pour la championne iranienne Mitra Hejazipour, la liberté au bout de l’échiquier <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/07/27/0/0/3926/2613/360/0/95/0/dc36460_194071239-515-boweryune.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/07/27/0/0/3926/2613/180/0/95/0/dc36460_194071239-515-boweryune.jpg" alt="Mick Jagger, William Burroughs et Andy Warhol au « Bunker », en février 1980."> Chronique Article réservé à nos abonnés Sexe, drogue et poésie, le 222 Bowery, à New York, cinquante ans d’avant-garde et d’excès Clément Ghys <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2020/10/08/0/1789/3153/2102/360/0/95/0/b42e116_716088638-couplehetero01fond.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2020/10/08/0/1789/3153/2102/180/0/95/0/b42e116_716088638-couplehetero01fond.jpg" alt=""> L'époque Article réservé à nos abonnés S’aimer comme on se quitte : « Elle ne veut plus que je voie notre enfant, elle lui lave le cerveau » <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/07/23/141/113/1264/843/360/0/95/0/088abfa_126517-3232569.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/07/23/141/113/1264/843/180/0/95/0/088abfa_126517-3232569.jpg" alt="La galette de pois chiches de Romain Meder."> Le Monde passe à table La galette de pois chiches : la recette de Romain Meder Accéder à votre compte abonnéConsulter le Journal du jourÉvènements abonnésLe Monde EvénementsBoutique Le MondeNewslettersMémorable : cultiver votre mémoireGuides d’achatMots Croisés / SudokusJeux-concours abonnésNous contacterMentions légalesConditions généralesCharte du groupePolitique de confidentialitéFAQDécodex : vérifier l’infoÉlections régionales et départementales 2021Codes promoFormation professionnelleCours d’anglaisCours d’orthographe et grammaireConjugaisonDictionnaire de citationsAnnonces immobilièresPrix de l’immobilierJardinageJeux d’arcadeParoles de chansons#OnaTousBesoinDuSudVoyage au CanadaUn projet écoresponsableRecherche