S’abonner
LÉON PROST POUR « M LE MAGAZINE DU MONDE »
« Par Jupiter ! », les têtes à claques de France Inter
Par Alexandre Duyck
Publié le 18 juin 2021 à 01h16 - Mis à jour le 18 juin 2021 à 16h46
Réservé à nos abonnés
Partage
REPORTAGE​Résolument orientée à gauche, l’émission de Charline Vanhoenacker, Alex Vizorek, Juliette Arnaud et Guillaume Meurice exaspère les uns autant qu’elle amuse les autres. N’épargnant ni les journalistes ni les politiques, elle est l’un des programmes les plus polémiques et les plus écoutés du moment.
Question toute bête : quel programme, tous médias confondus, a provoqué le plus grand nombre de saisines du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) en 2020 ? « TPMP », de Cyril Hanouna, sur C8 ? Perdu. « L’Heure des pros », de Pascal Praud, sur Cnews ? Du tout. « Face à l’info », de Christine Kelly, avec Eric Zemmour, sur cette même chaîne ? Encore raté. L’émission reine de la provoc’ ne se tapit pas dans les locaux du Groupe Canal+, mais au sein de la bien plus sage « Maison ronde », siège de Radio France.
« Par Jupiter ! » se fabrique dans un petit bureau bordélique, avec Charline Vanhoenacker aux commandes, Alex Vizorek, Juliette Arnaud, Guillaume Meurice, le scénariste Thomas Bidegain, le comédien Hippolyte Girardot et on en oublie. Cette bande de potes occupe l’antenne de France Inter du lundi au vendredi, de 17 heures à 18 heures. Lancée en 2014, et d’abord baptisée « Si tu écoutes, j’annule tout », l’émission doit son titre actuel au côté supposé jupitérien d’Emmanuel Macron. Aujourd’hui, elle est devenue l’un des programmes de radio les plus ­polémiques du moment.
Lire aussi
France Inter, le rire de bon aloi
Composée de blagues, de chroniques et de l’interview de l’invité, « Par Jupiter ! » dérange. Comme agaçait, dans les années 1980, sur la même radio, « Le Tribunal des flagrants délires », où officiait Pierre Desproges. Ses détracteurs la conspuent, ses fans l’adorent. Au fil des ans, ces derniers sont devenus de plus en plus nombreux.
Sur France Inter, radio la plus écoutée du pays depuis début 2019, « Par Jupiter ! » bat des records. Le nombre de ses auditeurs a plus que doublé en sept ans, avec une hausse de 114 %. Cette année, elle en compte 1,3 million par jour en moyenne et réalise la meilleure saison de toute l’histoire d’Inter sur la tranche 17 heures-18 heures.
Record d’alertes au CSA
En 2020, le scandale a surgi dès les premiers jours de l’année. Le 10 janvier, juste avant la fin de l’émission, le chansonnier Frédéric Fromet prend la parole – « Il est bâti comme une allumette car il met le feu à l’actualité », dit de lui Alex Vizorek. Fromet explique qu’il va évoquer la censure par le Brésil de La Première Tentation du Christ, comédie sur la prétendue homosexualité de Jésus diffusée sur Netflix.
Dans le studio, une voix féminine s’inquiète : « Aïe, aïe, aïe ! » « Jésus, Jésus, Jésus est pédé, entonne Frédéric Fromet. (…)/ Membre de la LGBT/Du haut de la croix pourquoi l’avoir cloué, pourquoi l’avoir pas enculé (…)/ Y a pas que l’hostie qu’il faut sucer. » Au terme de la chanson, la journaliste, productrice et animatrice belge Charline Vanhoenacker intervient d’une manière prophétique : « Je vais prendre un petit peu de temps pour le courrier [des auditeurs] la semaine prochaine. » Puis elle ajoute : « Rappelons que le droit au blasphème est un droit, que si on ne l’utilise pas, il s’use, et qu’on est Charlie. »
« Les religions, je n’y touche plus à l’antenne. Je réserve ça pour la scène. » Frédéric Fromet, chansonnier
C’est cet air qui vaut à Inter de décrocher la timbale au CSA en 2020, avec 7 300 saisines. Frédéric Fromet est un récidiviste : en 2019, sa chanson sur l’incendie de Notre-Dame de Paris (Elle a cramé, la cathédrale) avait déjà entraîné près de 4 000 saisines. Des catholiques protestent de nouveau, rejoints cette fois-ci par des associations pro-LGBT. Le Comité Idaho France, présidé par Alexandre Marcel, dépose même plainte.
La procédure va se prolonger jusque dans les couloirs du Conseil d’Etat. Ce 11 mai, il a estimé que la chanson contenait certes des termes « souvent obscènes et grossiers », mais que sa diffusion s’inscrivait dans le cadre d’une séquence à vocation satirique, et que les propos « ne peuvent être regardés comme excédant les limites de la liberté d’expression ». Le CSA avait employé les mêmes termes en septembre 2020.
Charline Vanhoenacker aux commandes de « Par Jupiter ! » du lundi au vendredi sur France Inter. Ici à la Maison de la Radio, à Paris, le 2 juin 2021. LÉON PROST POUR « M LE MAGAZINE DU MONDE »
Quelques jours après la chansonnette de Fromet, le 18 janvier 2020, Alain Finkielkraut consacre son émission « Répliques », sur France Culture, à « la place de l’humour dans la France d’aujourd’hui ». L’émission est en réalité presque entièrement consacrée à l’humour sur France Inter, station du même groupe public. Le philosophe et ses deux hôtes, Frédéric Beigbeder et Philippe Val, critiquent les « fonctionnaires du rire », ou encore la « professionnalisation de l’humour, l’humour à heures fixes ». Des appréciations d’autant plus acerbes qu’elles sont formulées par deux invités, l’un, Val, ayant dirigé France Inter, l’autre, Beigbeder, y travaillant (l’ex-chroniqueur de la matinale est critique au « Masque et la Plume »).
Lire aussi
Charline Vanhoenacker : « L’humour est un réflexe de survie »
Frédéric Beigbeder s’interroge sur le fait d’avoir été sanctionné suite à une chronique qu’il avait tenté d’improviser, le 15 novembre 2018, quand Frédéric Fromet, lui, ne l’a pas été. Une interrogation qui agace la directrice d’Inter, Laurence Bloch. « La comparaison n’est pas possible. Le souci est que Frédéric Beigbeder ne travaillait pas assez, ses chroniques ne tenaient pas debout. Les deux situations n’ont strictement rien à voir. »
Aujourd’hui, l’écrivain préfère ne pas surenchérir. « J’adore “Par Jupiter !”, qui est mon émission préférée au monde, répond-il par texto. Jamais il ne me viendrait à l’esprit de critiquer ces humoristes géniaux. Tous leurs chroniqueurs sont formidables. (…) Si jamais j’ai pu avoir l’air de les critiquer un jour, je le regrette profondément et ne le ferai plus jamais. » Et de conclure sèchement : « Ne cherchez plus à me contacter et tout ira bien. »
Dans les couloirs de Radio France, l’ambiance se tend. Comme après la chanson sur l’incendie de Notre-Dame, Laurence Bloch convoque Frédéric Fromet. Elle lui signale que ses chroniques peuvent être « mal formulées, mal comprises et donc qu’il faut qu’il s’en explique et, au besoin, formule des excuses ».
L’humoriste Guillaume Meurice. LÉON PROST POUR « M LE MAGAZINE DU MONDE »
Le chansonnier (qui a reçu des menaces de mort) s’excuse le 15 janvier par écrit, dans un message publié et diffusé par la médiatrice de Radio France. « Ce sketch, je le regrette profondément, nous explique l’intéressé. C’est sûr que ce n’est pas le plus fin que j’ai écrit. J’en ai été très malheureux, pour les conséquences sur l’image de France Inter, de l’émission. Je n’ai pas envie de trahir la confiance qu’on m’accorde. J’ai surtout été très ennuyé que les associations pro-LGBT se sentent offensées par le mot “pédé”. J’essaye donc de l’oublier. »
Écouter aussi Guillaume Meurice : « Je ne me sens ni rebelle insurrectionnel, ni toutou du pouvoir »
Depuis, Laurence Bloch lui a suggéré de s’appuyer sur le rédacteur en chef, Ramzi Assadi, en cas de doute. Jusqu’à présent, Frédéric Fromet estime ne pas en avoir eu besoin. « Je m’interroge plus sur le risque de blesser des gens, confie-t-il. Les religions, je n’y touche plus à l’antenne. Je réserve ça pour la scène. »
Ricanement en coin
Même si l’émission les énerve, les plus irrités bottent en touche. On sollicite des personnalités souvent raillées dans l’émission : la ministre de la culture (le studio, délocalisé au Carreau du Temple du fait du confinement, avait été rebaptisé « Espace culturel Roselyne-Bachelot »), la députée européenne (Les Républicains) Nadine Morano, Pascal Praud, Cyril Hanouna, Thierry Ardisson… Silence radio.
Idem pour Laurent Ruquier, vexé par les critiques de Charline Vanhoenacker. Elle avait déclaré, dans Le Parisien du 23 juin 2019, que « Laurent Ruquier est très symptomatique de la télé à la française », au sujet des confrontations entre invités, « surtout utilisées pour le buzz et l’invective plutôt que pour alimenter le débat ». Actuellement en promo pour un livre, Laurent Ruquier a indiqué au micro de Sud Radio, le 17 mai : « Je n’irai plus chez Charline Vanhoenacker sur France Inter. A part Thomas VDB et Constance (…), cette équipe, ce n’est vraiment pas des gens corrects ! »
L’avocat Gilles-William Goldnadel, grand pourfendeur de l’« islamo-gauchisme », qui collabore à Valeurs actuelles et intervient au micro des « Grandes Gueules » sur RMC, étrille régulièrement l’émission, rebaptisant France Inter « la radioactive de sévices publics ».
« L’humour, c’est un peu comme la sociologie : une fois que tu t’y intéresses, c’est dur de ne pas être de gauche. » Guillaume Meurice
Les humoristes de l’émission apprécieront le double jeu de mots. « Inter est une radio qui s’interdit le pluralisme, allant seulement de l’extrême gauche à la gauche, nous déclare-t-il. Sauf que moi, je paye ma redevance… Les humoristes sont particulièrement gratinés, ils ricanent toujours la gueule en coin à gauche. Ils ne me font pas rire. »
Le 10 juin, Clara Dupont-Monod, écrivaine, journaliste et éditrice, autre membre de l’équipe, lance en direct la chronique de Guillaume Meurice en le comparant au lieutenant Colombo : « Un œil qui part à gauche, l’autre à l’extrême gauche. » Donnant finalement raison à Gilles-William Goldnadel ? Alex Vizorek, comme Charline Vanhoenacker, revendique son positionnement : « C’est compliqué de faire de l’humour en étant de droite. Rire des migrants, c’est chaud, quand même ! »
« Par Jupiter ! » peut-elle être clairement considérée comme une émission de gauche ? « On classe facilement les gens à gauche, dans ce pays », s’amuse Charline Vanhoenacker. Au sens où s’indigner des injustices et du racisme ambiant ferait de vous un vilain gaucho. « On ne fait pas cette émission pour convaincre les gens de voter Poutou ou je ne sais qui, explique Guillaume Meurice. On veut juste permettre le débat. Après, l’humour, c’est un peu comme la sociologie : une fois que tu t’y intéresses, c’est dur de ne pas être de gauche. La sociologie démontre les racines des inégalités, l’humour est un moyen de défendre ceux qui sont opprimés. »
Lire aussi
Guillaume Meurice, humoriste : « Le pouvoir installe un cadre, le rire est là pour le péter »
Malgré ses détracteurs, malgré cet engagement (ou à cause de lui), « Par Jupiter ! » connaît un succès grandissant. Parmi les programmes de la chaîne, l’émission est celle qui attire le public le plus jeune, très majoritairement des trentenaires et quadragénaires. La direction en est fière. « Elle constitue, par son ton, un des marqueurs de France Inter », affirme Laurence Bloch.
Yann Chouquet, directeur des programmes et de la production d’Inter, voit en elle les héritiers du Canal+ de la grande époque, notamment des « Nuls » : « Ce qu’ils font serait impossible sur une radio privée, car une armée de conseillers en programme demanderait à relire les textes avant l’émission. Dès les premières plaintes des annonceurs, ce serait le drame. »
L’humoriste Juliette Arnaud. LÉON PROST POUR « M LE MAGAZINE DU MONDE »
Car à l’antenne, dans l’émission comme dans la chronique matinale de Charline où ses comparses sont souvent invités, on se moque d’Emmanuel Macron, du ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, de la présidente du Rassemblement national (RN), Marine Le Pen, et aussi de l’ancien patron de Radio France, Mathieu Gallet, mis en cause en 2015 pour les travaux de rénovation de son bureau.
Ou du couple que forment la journaliste maison Léa Salamé et le député européen (socialiste) Raphaël Glucksmann, avec le sketch « Raph’ et Léa », ainsi que des chroniques du journaliste économique à tendance libérale Dominique Seux sur la matinale de France Inter. Ou même de l’actuelle PDG de Radio France, Sibyle Veil, et de son éphémère numéro deux, Guy Lagache, caricaturés dans la mini-série « Sibyle et Guy ».
Charline Vanhoenacker, Alex Vizorek et Guillaume Meurice s’étaient même présentés à la présidence de Radio France, en 2018. Pour rire. Jusqu’à présent, la direction ne trouve rien à redire non plus aux critiques internes. Et Léa Salamé jure, par SMS, qu’elle ne se vexe pas : « Je suis bonne cliente quand on se moque de moi. En général, ça me fait rire, notamment quand c’est les Belges et Meurice. Comme je bosse comme une chienne, je n’ai que peu de temps pour les écouter. Mais parfois, quand ils se foutent bien de notre gueule et que c’est drôle, on me conseille de le faire. Alors j’écoute en podcast. »
Le risque de la blague de trop
Un jour de la fin mai, dans l’après-midi. Dans la salle de rédaction délocalisée au Carreau du Temple, Guillaume Meurice, l’une des stars de l’émission, vient de rentrer, son micro-trottoir en boîte. Il se plaît à recueillir les propos de ce que la France compte de plus loufoque, outrancier et réactionnaire. Un rendez-vous adoré des fans, décrié par ses pourfendeurs pour son parti pris – à gauche écologique toute.
Derrière les écrans, l’équipe se chamaille, se vanne, on entend des blagues à longueur de minutes. En coulisses, Juliette Arnaud enlace le rédacteur en chef de l’émission, Ramzi Assadi : « C’est mon Arabe ! » Lui nous demande de tout noter : « Ça me servira pour les prud’hommes ! » Elle : « N’emploie pas des mots que tu ne sais pas écrire. » Tout à coup, Charline Vanhoenacker lance : « Eh, les copains, il est 16 h 58, faudrait peut-être y aller ! » L’antenne est dans moins de dix minutes et personne n’est encore installé derrière son micro.
« Il n’y a pas de relecture des textes à l’avance. Pour garder le rire sincère, spontané de la découverte en direct. » Charline Vanhoenacker
Au premier abord, l’émission a ainsi l’air de faire la part belle à l’improvisation, au bricolage entre potes – « C’est roulé sous les aisselles », dit la patronne. « Par Jupiter ! » a tout pour déraper : diffusion en direct, aucune chronique relue à l’avance, risque de la mauvaise blague ou de la blague de trop…
En réalité, tout est beaucoup plus cadré. Charline Vanhoenacker a fixé des règles : les private jokes, ces plaisanteries seulement compréhensibles d’eux-mêmes, sont interdites ; on fait preuve de bienveillance les uns envers les autres ; on ne déborde pas de son temps imparti. D’elle, la chroniqueuse Juliette Arnaud dit que, de l’extérieur, « on dirait une pâquerette, alors qu’à l’intérieur, c’est du titane : elle est un moine-soldat au féminin ».
Le réalisateur François Audoin parle d’une émission élaborée avec « beaucoup d’exigence : il n’est pas dans l’intérêt des chroniqueurs que ça se passe mal. J’ai travaillé dans des émissions dans lesquelles, une fois l’antenne rendue, il était impossible de dire que ce n’était pas bien. Ici, chacun peut donner son avis, de Charline à la stagiaire ».
Alex Vizorek, cofondateur de l’émission avec Charline Vanhoenacker. LÉON PROST POUR « M LE MAGAZINE DU MONDE »
Les vraies sorties de route sont des exceptions. « On n’est pas du tout des têtes brûlées, se défend Charline Vanhoenacker. On se fait toutes et tous confiance. C’est aussi pour cela qu’il n’y a pas de relecture des textes à l’avance. Pour garder la spontanéité, le rire sincère de la découverte en direct. »
L’émission doit justement sa réussite à cette confiance, selon Juliette Arnaud. « On a fabriqué quelque chose qui s’apparente à une famille », se réjouit-elle. Elle-même, comme Aymeric Lompret, Constance ou Hippolyte Girardot, ont été recrutés après avoir été invités. Thomas VDB participait à une précédente émission présentée par Isabelle Giordano et la direction d’Inter tenait à ce qu’il reste. Quant au noyau dur, il s’est d’abord constitué autour du duo Vanhoenacker-Vizorek. La première, correspondante à Paris pour la RTBF, a été repérée pour sa couverture de la présidentielle de 2012 par Pascale Clark, alors à Inter, le second par l’animateur Frédéric Lopez.
Lire aussi
Humour : Alex Vizorek, ou le rire sans relâche
C’est Philippe Val, à l’époque directeur de la station, qui décide, en 2013, de les réunir et de créer, le temps d’un été, l’émission « Le Septante-Cinq minutes ». L’ordre de mission : « Depuis toujours les Français se foutent de la gueule des Belges ; vous avez un été pour vous venger. » Ils sont reconduits, décrochent la tranche 17-18 heures et recrutent d’abord Guillaume Meurice, que Vizorek connaît de longue date, et Frédéric Fromet. Le reste de la bande suivra.
S’ils s’apprécient tant, c’est aussi parce qu’ils ont à peu près le même âge, viennent du même milieu – classe moyenne cultivée –, plusieurs d’entre eux sont fille et fils d’enseignants, rares sont ceux qui ont des enfants… Ils pensent tous la même chose, maugréent les bougons.
« Je n’ai jamais vu une équipe aussi solidaire, soutient, de son côté, le rédacteur en chef Ramzi Assadi, ancien du « Grand journal » de Canal+. Tous les ans, au cours de l’hiver, Charline Vanhoenacker est malade pendant une quinzaine de jours. Son corps lâche. Tout le monde vient aider. Le mot-clé, ici, c’est la bienveillance. Personne n’essaye de se mettre en avant, il n’y a pas de rivalité. Ce qui est très rare. » Tous les jours, du lundi au jeudi, l’animatrice se lève à 6 heures pour déclamer en direct, à 7 h 57, sa chronique de la matinale, puis reste à Radio France jusqu’à 20 heures, avant de finaliser chez elle, jusqu’à 22 heures, sa chronique du lendemain.
La campagne sans langue de bois
Bien huilée, quels risques court désormais « Par Jupiter ! » ? « Il faut faire attention à l’usure, à ne plus arriver à se renouveler à cause de la fatigue », prévient Laurence Bloch. Le réalisateur François Audoin compare le travail de radio à un marathon. Usant, forcément. « La seule crainte que j’ai, c’est l’épuisement », avoue-t-il, lui aussi.
« La saison prochaine, l’élection présidentielle, ce sera notre Coupe du monde de football à nous ! » Alex Vizorek
Le 2 juillet, l’émission s’arrêtera et l’équipe partira en vacances, pour revenir à l’antenne le 30 août. Pour l’instant, elle voit l’avenir avec une certaine excitation. « La saison prochaine, avec l’élection présidentielle, ce sera notre Coupe du monde de football à nous, assure Alex Vizorek. On va se mettre à plat ventre ! »
La saison sera plus politique que jamais. Charline Vanhoenacker juge déjà son équipe très politisée, au sens où « toutes nos lectures, nos interprétations de l’actualité, des faits de société, passent par le prisme politique ». Mais elle sait que « le théâtre politique va redevenir un véritable théâtre, et nous aurons encore plus envie de nous en moquer ». Pour autant, elle n’invitera toujours aucun politique. « Il ne peut y avoir de sincérité de leur part, juge-t-elle. La langue de bois n’est pas possible chez nous. »
Charline Vanhoenacker et Alex Vizorek (de face, au fond), le rédacteur en chef de l’émission, Ramzi Assadi, et Juliette Arnaud (de dos), dans leur bureau de France Inter. LÉON PROST POUR « M LE MAGAZINE DU MONDE »
Et après cette année présidentielle ? Les membres de l’équipe emploient tous peu ou prou la même métaphore sportive, celle qui dit qu’il ne faut pas faire la saison de trop. « Il faut savoir préparer la fin », prévient Juliette Arnaud. « Ça ne peut pas durer toute la vie, ajoute Yann Chouquet. Ce fut la même chose pour les Nuls, les Deschiens, les Robins des Bois… » Autant de troupes qui, toutes, finirent par se séparer.
« Peut-être qu’il faudra tout casser pour réinventer autre chose », suggère Alex Vizorek. Mais avant cela, il formule un vœu : dépasser en audience, au moins une fois, « Les Grosses Têtes », sur RTL. Avant d’ajouter que si d’aventure Marine Le Pen devait l’emporter à la présidentielle de mai 2022, la question de la survie de l’émission ne se poserait plus. Ou alors il faudrait rebaptiser l’émission, plaisante l’incorrigible Frédéric Fromet. Il a déjà trouvé le nouveau nom : « Par Juphitler ! »
L’humoriste Guillaume Meurice est l’invité du « Goût de M », le podcast de « M Le magazine du Monde ».
La suite est réservée aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
S’abonner pour lire la suite
Dans la même rubrique
Guillaume Meurice : « Je ne me sens ni rebelle insurrectionnel, ni toutou du pouvoir »
Radio France se rebaptise et se revendique « Maison de la radio et de la musique »
A Europe 1, la direction « dédiabolise » Vincent Bolloré face à l’inquiétude des salariés
Guides d’achat
Les meilleurs stylos 3D
Les meilleurs sécateurs de jardin
Les meilleurs kits robots pour les débutants
Les abonnés lisent aussi...
REPORTAGE
Bénédicte Jeandeaud
Dieu en cellule : comment la foi se vit derrière les barreaux
12 min de lecture
REPORTAGE
Juliette Bénézit et Luc Bronner
A Paris, la colère des manifestants contre le passe sanitaire
4 min de lecture
REPORTAGE
Mustapha Kessous
« Kaïs Saïed a le peuple avec lui » : à Sfax, la jeunesse tunisienne soutient le coup de force du président
5 min de lecture
NEWSLETTERS DU MONDE
Recevoir les newsletters du Monde
APPLICATIONS MOBILES
Sur iPhone
Sur Android
ABONNEMENT
S’abonner
Se connecter
Consulter le Journal du jour
Évenements abonnés
Le Monde Festival
La boutique du Monde
Mentions légales
Charte du Groupe
Politique de confidentialité
Gestion des cookies
Conditions générales
Aide (FAQ)
SUIVEZ LE MONDE
Facebook
Youtube
Twitter
Instagram
Snapchat
Fils RSS
À la une Retour à la page d’accueil du Monde En continuPasse sanitaireJeux olympiques de Tokyo 2021Coronavirus et pandémie de Covid-19Projet PegasusClimatTunisieVaccins contre le Covid-19Election présidentielle 2022Festival d'AvignonToute l’actualité en continuInternationalPolitiqueSociétéLes DécodeursSportPlanèteSciencesM CampusLe Monde AfriquePixelsSantéBig BrowserDisparitionsPodcastsLe Monde & VousÉconomieÉconomie mondialeÉconomie françaiseMédiasEmploiArgent & placementsTribunes écoCitiesLe Club de l’économie <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/07/30/0/0/5472/3648/360/0/95/0/111d295_364078701-ap21070581395796.jpeg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/07/30/0/0/5472/3648/180/0/95/0/111d295_364078701-ap21070581395796.jpeg" alt="La journaliste Pepa Bueno (à gauche) avec le roi et la reine d’Espagne, au palais de la Moncloa, à Madrid, le 11 mars 2021."> Économie Article réservé à nos abonnés En Espagne, une nouvelle directrice à la tête du journal « El Pais » <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/07/27/210/0/2500/1665/360/0/95/0/8857dd4_778463197-founders-outside.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/07/27/210/0/2500/1665/180/0/95/0/8857dd4_778463197-founders-outside.jpg" alt="Les cofondateurs de Bubble, Josh Haas (à gauche) et Emmanuel Straschnov, au Flat Iron Square Park, à New York, le 16 juillet 2021."> Économie Article réservé à nos abonnés Algolia, Bubble : ces jeunes pousses créées par des Français et qui réussissent aux Etats-Unis <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/07/30/0/0/600/400/360/0/95/0/e7b6721_343179114-pns-720084751.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/07/30/0/0/600/400/180/0/95/0/e7b6721_343179114-pns-720084751.jpg" alt="Le testament peut donc rédigé sur n’importe quel support, à l’encre ou au crayon, en français ou en langue étrangère."> Chronique Article réservé à nos abonnés Mieux vaut ne pas rédiger son testament dans une langue que l’on ne comprend pas Rafaële Rivais <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2020/05/25/0/210/7725/5150/360/0/95/0/94c8979_5713457-01-06.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2020/05/25/0/210/7725/5150/180/0/95/0/94c8979_5713457-01-06.jpg" alt=""> Tribune Article réservé à nos abonnés « L’amende européenne aux constructeurs automobiles constitue une “décision courageuse et juste” » Mathias Reynaert Economiste à l’Ecole d’économie de Toulouse VidéosLes explicationsLes sériesEnquêtes vidéo <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/07/12/242/828/1391/927/360/0/95/0/f0a44a5_755048560-capture-d-e-cran-2021-07-12-a-10-28-38.png 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/07/12/242/828/1391/927/180/0/95/0/f0a44a5_755048560-capture-d-e-cran-2021-07-12-a-10-28-38.png" alt=""> 15:27 Planète Comment le changement climatique va bouleverser l’humanité <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2020/11/06/1/116/1619/1079/360/0/95/0/3bbb1f1_559368929-thumbnail-corona-transmission-sirius.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2020/11/06/1/116/1619/1079/180/0/95/0/3bbb1f1_559368929-thumbnail-corona-transmission-sirius.jpg" alt=""> 08:30 Planète Quels sont les lieux les plus à risque pour attraper le Covid-19 ? <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/01/28/0/268/1618/1079/360/0/95/0/5923430_109936841-thumbnail-vaccin-arn-v02.png 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/01/28/0/268/1618/1079/180/0/95/0/5923430_109936841-thumbnail-vaccin-arn-v02.png" alt=""> 07:56 Santé Les vaccins à ARN messager contre le Covid-19 risquent-ils de modifier votre ADN ? <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/03/04/0/0/6000/4000/360/0/95/0/c698609_694099037-pns-725359555.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/03/04/0/0/6000/4000/180/0/95/0/c698609_694099037-pns-725359555.jpg" alt=""> 08:16 Société « Sidérées » : pourquoi certaines victimes ne réagissent pas aux violences sexuelles OpinionsEditoriauxChroniquesAnalysesTribunesVie des idées <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2020/01/02/0/0/2045/1363/360/0/95/0/d9c6017_8svc_4d8Yz3pBAVvdC6KnF8J.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2020/01/02/0/0/2045/1363/180/0/95/0/d9c6017_8svc_4d8Yz3pBAVvdC6KnF8J.jpg" alt=""> Tribune Article réservé à nos abonnés « La psychiatrie, au cœur des débats d’assises, vient-elle servir ou desservir la justice ? » Jean Plissonneau Psychanalyste <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2020/05/25/0/210/7725/5150/360/0/95/0/94c8979_5713457-01-06.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2020/05/25/0/210/7725/5150/180/0/95/0/94c8979_5713457-01-06.jpg" alt=""> Tribune Article réservé à nos abonnés « L’amende européenne aux constructeurs automobiles constitue une “décision courageuse et juste” » Mathias Reynaert Economiste à l’Ecole d’économie de Toulouse <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2020/11/30/0/2/5460/3640/360/0/95/0/3438bfd_5799874-01-06.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2020/11/30/0/2/5460/3640/180/0/95/0/3438bfd_5799874-01-06.jpg" alt="Vue aérienne des effets de la déforestation sur la forêt amazonienne, près de Sinop, dans l’Etat du Mato Grosso, au Brésil, le 7 août 2020."> Tribune Article réservé à nos abonnés « L’Amazonie brésilienne n’assure plus son rôle de poumon de la planète » Collectif <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/06/16/0/0/5568/3712/360/0/95/0/f042b20_253048632-eolien.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/06/16/0/0/5568/3712/180/0/95/0/f042b20_253048632-eolien.jpg" alt="A Saint-Brieuc, le 3 mai 2021."> Éditorial Energies : entre vent et atome, une clarification s’impose CultureCinémaTélévisionLivresMusiquesArtsScènes <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/07/31/0/44/600/400/360/0/95/0/a22b50a_356144843-mandat.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/07/31/0/44/600/400/180/0/95/0/a22b50a_356144843-mandat.jpg" alt="« Le Mandat » (1968), d’Ousmane Sembène."> Culture Article réservé à nos abonnés Cinéma : retrouver enfin Ousmane Sembène en salle <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/07/27/0/52/5314/3543/360/0/95/0/bfd10c6_192364863-pns-4091744.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/07/27/0/52/5314/3543/180/0/95/0/bfd10c6_192364863-pns-4091744.jpg" alt="Dans le golfe du Morbihan, en Bretagne."> Livres Article réservé à nos abonnés « L’Ile sombre », de Susanna Crossman : plongée dans les eaux changeantes de la mémoire <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/07/29/700/0/2300/1528/360/0/95/0/54545e1_909529983-gottmik-with-logo.jpeg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/07/29/700/0/2300/1528/180/0/95/0/54545e1_909529983-gottmik-with-logo.jpeg" alt="Gottmik, candidat transgenre de la saison 13."> Culture Article réservé à nos abonnés « RuPaul Drag Race », sur Netflix : une saison 13 de transition <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/07/27/833/0/5000/3333/360/0/95/0/cae8be4_673029327-kzihnioglu-carlotti-12.JPG 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/07/27/833/0/5000/3333/180/0/95/0/cae8be4_673029327-kzihnioglu-carlotti-12.JPG" alt="Barbara Carlotti, sur la plage de la citadelle d’Ajaccio (Corse du Sud), le 27 mai 2021."> Culture Article réservé à nos abonnés Barbara Carlotti : « J’étais une adolescente tourmentée, qui fait le mur » M le MagL’actuL’époqueLe styleLe Monde passe à tableVoyageModeLes Recettes du Monde <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/07/28/1/0/8192/5461/360/0/95/0/0a78891_702142493-515-beauge-001.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/07/28/1/0/8192/5461/180/0/95/0/0a78891_702142493-515-beauge-001.jpg" alt=""> Chronique Emmanuel Macron enseveli sous des fleurs de tiaré : c’est peut-être un détail pour vous… Marc Beaugé Magazine <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/07/27/0/0/3926/2613/360/0/95/0/dc36460_194071239-515-boweryune.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/07/27/0/0/3926/2613/180/0/95/0/dc36460_194071239-515-boweryune.jpg" alt="Mick Jagger, William Burroughs et Andy Warhol au « Bunker », en février 1980."> Chronique Article réservé à nos abonnés Sexe, drogue et poésie, le 222 Bowery, à New York, cinquante ans d’avant-garde et d’excès Clément Ghys <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2020/10/08/0/1789/3153/2102/360/0/95/0/b42e116_716088638-couplehetero01fond.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2020/10/08/0/1789/3153/2102/180/0/95/0/b42e116_716088638-couplehetero01fond.jpg" alt=""> L'époque Article réservé à nos abonnés S’aimer comme on se quitte : « Elle ne veut plus que je voie notre enfant, elle lui lave le cerveau » <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/07/23/141/113/1264/843/360/0/95/0/088abfa_126517-3232569.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/07/23/141/113/1264/843/180/0/95/0/088abfa_126517-3232569.jpg" alt="La galette de pois chiches de Romain Meder."> Le Monde passe à table La galette de pois chiches : la recette de Romain Meder Accéder à votre compte abonnéConsulter le Journal du jourÉvènements abonnésLe Monde EvénementsBoutique Le MondeNewslettersMémorable : cultiver votre mémoireGuides d’achatMots Croisés / SudokusJeux-concours abonnésNous contacterMentions légalesConditions généralesCharte du groupePolitique de confidentialitéFAQDécodex : vérifier l’infoÉlections régionales et départementales 2021Codes promoFormation professionnelleCours d’anglaisCours d’orthographe et grammaireConjugaisonDictionnaire de citationsAnnonces immobilièresPrix de l’immobilierJardinageJeux d’arcadeParoles de chansons#OnaTousBesoinDuSudVoyage au CanadaUn projet écoresponsableRecherche