S’abonner
Pour la championne iranienne Mitra Hejazipour, la liberté au bout de l’échiquier
Par Ghazal Golshiri
Publié le 30 juillet 2021 à 00h47 - Mis à jour le 30 juillet 2021 à 10h22
Réservé à nos abonnés
Partage
PORTRAITGrand maître d’échecs, Mitra Hejazipour a osé, en 2019, concourir sans foulard alors qu’elle jouait sous les couleurs de l’Iran. Une audace qui lui a valu d’être exclue de son équipe nationale. Elle vient d’obtenir l’autorisation de représenter la France, où elle s’est exilée, dans les compétitions internationales.
La joueuse d’échecs Mitra Hejazipour, au jardin du Luxembourg, à Paris, le 21 juillet 2021. SEBASTIEN LEBAN POUR M LE MAGAZINE DU MONDE
Mitra Hejazipour est l’incarnation d’une force tranquille. Grande et élancée, cette championne iranienne d’échecs qui, depuis fin juin, peut jouer sous les couleurs de la France, se tient droite et parle avec grâce. Difficile d’imaginer que, à seulement 26 ans, cette même jeune femme a pris une décision qui lui vaut aujourd’hui l’impossibilité de retourner dans son pays natal, l’Iran, où vivent encore ses parents et sa petite sœur.
Le 25 décembre 2019, au championnat du monde de blitz (des parties très rapides), à Moscou, Mitra Hejazipour, membre de l’équipe nationale iranienne, décide de ne pas porter de foulard – obligatoire en République islamique d’Iran. Sa photo, les cheveux noirs attachés en queue-de-cheval, largement partagée sur la Toile, crée un tollé. Prise de court, la Fédération iranienne d’échecs annonce d’abord que Mitra Hejazipour ne fait pas partie de l’équipe iranienne. Finalement, la jeune femme est exclue de son équipe, pour « non-respect des lois ».
« L’hypocrisie au sein de la fédération et l’obligation pour nous, joueurs, de participer à des cérémonies étatiques me pesaient. J’avais toujours une voix intérieure qui me répétait : “Il y a quelque chose qui ne va pas.” » Mitra Hejazipour
« A l’époque, à l’invitation du club d’échecs de Brest, je vivais temporairement dans cette ville et je jouais pour eux, sans foulard [elle n’avait pas encore quitté définitivement l’Iran], explique d’une voix douce Mitra Hejazipour, âgée aujourd’hui de 28 ans, dans un café parisien. Je suis contre l’obligation de porter le voile. La fédération iranienne n’arrêtait pas de m’envoyer des messages pour me mettre en garde, me répétant qu’il fallait le porter, faute de quoi je serais renvoyée. Au championnat du monde, en Russie, je ne voyais pas la nécessité de continuer cette hypocrisie. Pourquoi devais-je toujours m’adapter à leurs exigences alors que nous, les joueurs d’échecs, payions toujours nous-mêmes nos voyages et que la fédération ne nous accordait guère d’attention ? »
En se dévoilant, Mitra Hejazipour est ainsi devenue la deuxième championne iranienne à être interdite de jouer pour l’équipe nationale, après Dorsa Derakhshani. Cette dernière, exclue en 2017, concourt désormais pour les Etats-Unis.
Les forces de la rébellion
Chez Mitra Hejazipour, les forces de la rébellion sont profondes. Son père, ingénieur en génie civil, lui a appris non seulement les échecs, mais aussi la nécessité de ne jamais accepter une parole illogique ou injuste. « Il a semé la graine, glisse la titulaire du titre de grand maître international féminin, obtenu en 2015, distinction la plus prestigieuse qu’une joueuse d’échecs puisse obtenir, en dehors du titre de champion du monde. Plus tard, les échecs m’ont donné l’occasion de voyager à l’étranger, de rencontrer des gens d’ailleurs. Et cela m’a permis de m’ouvrir l’esprit. De plus en plus, l’hypocrisie au sein de la fédération et l’obligation pour nous, joueurs, de participer à des cérémonies étatiques me pesaient. J’avais l’impression que mon caractère était en train de se déformer. J’avais toujours une voix intérieure qui me répétait : “Il y a quelque chose qui ne va pas.” J’ai donc compris qu’il fallait arrêter. »
« Les meilleurs moments sont ceux que tu passes avec le vent qui fait voler tes cheveux. »
Un autre événement a été décisif pour Mitra Hejazipour : durant l’hiver 2018, des femmes iraniennes montaient sur des armoires électriques installées sur les trottoirs et levaient leur foulard en guise de contestation. « J’ai été bluffée par leur audace, soutient la championne. Je me demandais pourquoi je n’avais pas la même force, alors que je savais que l’obligation pour les femmes de se couvrir la tête était un outil utilisé par le système politique iranien pour exercer une pression sur elles et les empêcher de grandir. Ce mouvement a été pour moi comme une claque. »
Lire aussi
En Iran, des femmes retirent leur voile en public pour protester contre le pouvoir
A l’époque, Mitra Hejazipour a même publié sur sa page Instagram une photo d’elle sans voile, avec ce message : « Les meilleurs moments sont ceux que tu passes avec le vent qui fait voler tes cheveux. Que c’est douloureux lorsque tu emprisonnes tes cheveux dansants dans un tissu. L’âme meurt lorsqu’elle est mise en prison après avoir goûté à la liberté. » Son acte ne reste pas sans conséquence. Sous la pression des autorités, elle se voit contrainte de retirer son post. Mais, têtue, elle le remplace par cette citation de Martin Luther King : « Nos vies commencent à se terminer le jour où nous devenons silencieux à propos des choses qui comptent. »
Repartir à zéro
Depuis son apparition sans voile, la jeune femme a reçu de nombreux messages qui saluent son acte. « Certains me disaient que mon geste a été une source d’inspiration », se souvient-elle. Sachant qu’elle ne pourrait plus retourner en Iran, Mitra Hejazipour s’est construit une vie en France, toute seule, partant de presque zéro. Elle a appris la langue, qu’elle ne connaissait pas, en très peu de temps.
« Un Iranien vivant à l’étranger doit rester une source de fierté pour ses compatriotes. Et peu importe la couleur du drapeau sous lequel on concourt. »
Déjà titulaire d’une licence en sciences du sport à l’université de Téhéran, elle a décidé de changer de domaine et a commencé une licence d’informatique à l’université de Brest. Elle l’a terminée en deux ans, au lieu de trois. « L’informatique, a priori, est un domaine où il sera plus facile pour moi de trouver du travail », glisse la jeune femme, pragmatique.
Fin juin, la Fédération française des échecs a accueilli la championne iranienne dans ses rangs. Désormais, Mitra Hejazipour pourra jouer sous les couleurs de la France, tout comme un autre joueur d’échecs iranien, Alireza Firouzja. Agé de 18 ans, ce titulaire du titre de grand maître international en 2018 vient d’obtenir la nationalité française. Mitra Hejazipour, elle, n’a pas encore entamé cette procédure. Pour l’instant, elle préfère se concentrer sur sa prochaine installation à Paris, en septembre, pour étudier à l’école d’ingénieurs Efrei.
Mitra Hejazipour est la deuxième championne d’échecs iranienne à avoir subi les foudres de la fédération de son pays. Sébastien Leban pour M Le magazine du Monde
Elle travaillera également en alternance dans une entreprise spécialisée en intelligence artificielle. « J’espère ensuite pouvoir jouer pour l’équipe de France et participer aux compétitions internationales, souffle-t-elle. De 6 à 26 ans, j’ai joué de manière professionnelle aux échecs, ce que je n’ai pas pu faire ces deux dernières années. C’est très difficile d’être loin de ce qu’on aime. »
La fuite des athlètes
Les échecs ne sont pas le seul domaine ayant connu une défection de compétiteurs en Iran. La liste est longue. En 2020, la seule médaillée olympique du pays, la taekwondoïste Kimia Alizadeh, avait annoncé quitter le pays, fuyant ainsi « l’hypocrisie », « le mensonge » et « la corruption » de la République islamique. Depuis, elle vit en Allemagne. Cet été, aux Jeux olympiques de Tokyo, l’Iranienne de 23 ans fait partie de l’équipe des réfugiés et a fini à la quatrième place de sa discipline.
Lire aussi
Iran : une entraîneuse de l’équipe nationale de ski interdite de sortie du territoire par son mari
Le 25 juillet, elle l’a d’ailleurs emporté face à son ancienne coéquipière en équipe d’Iran, Nahid Kiyani. « C’était triste de voir deux Iraniennes combattre l’une contre l’autre, explique Mitra Hejazipour. Kimia m’a fait penser à moi : toutes ces pressions qu’elle a dû subir depuis son exil, pour apprendre la langue, pour recommencer sa vie à zéro. Beaucoup de monde en Iran attendait qu’elle perde pour pouvoir dire : “Regardez comment elle a fini, parce qu’elle a quitté l’Iran.” Mais elle a prouvé de quoi elle est capable. Un Iranien vivant à l’étranger doit rester une source de fierté pour ses compatriotes. Et peu importe la couleur du drapeau sous lequel on concourt. »
La suite est réservée aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
S’abonner pour lire la suite
Dans la même rubrique
L’Iran veut-il encore sauver l’accord sur le nucléaire, ou mise-t-il sa résilience économique ?
L’AIEA et Téhéran trouvent un accord sur la surveillance du programme nucléaire iranien
Les 20 ans du 11-Septembre : dans le nord de l’Irak, l’ombre oppressante de l’Iran
Guides d’achat
Les meilleurs moulins à poivre électriques et traditionnels
Les meilleures gourdes réutilisables pour enfant
Nintendo Switch ou Nintendo Switch Lite : laquelle choisir ?
Les meilleures boîtes de rangement alimentaire
Les abonnés lisent aussi...
REPORTAGE
Laurie Moniez
Ascoval, à Saint-Saulve : « Vous entendez le bruit ? Ça tourne dans l’usine »
3 min de lecture
PORTRAIT
Raphaëlle Leyris
Agnès Desarthe à tout âge
7 min de lecture
PORTRAIT
Florian Lefèvre
Ligue 1 : Peter Bosz veut convertir Lyon à un football offensif, et gagner
5 min de lecture
NEWSLETTERS DU MONDE
Recevoir les newsletters du Monde
APPLICATIONS MOBILES
Sur iPhone
Sur Android
ABONNEMENT
S’abonner
Se connecter
Consulter le Journal du jour
Évenements abonnés
Le Monde Festival
La boutique du Monde
Mentions légales
Charte du Groupe
Politique de confidentialité
Gestion des cookies
Conditions générales
Aide (FAQ)
SUIVEZ LE MONDE
Facebook
Youtube
Twitter
Instagram
Snapchat
Fils RSS
À la une Retour à la page d’accueil du Monde En continuProcès des attentats du 13-NovembreAsie-PacifiqueAffaire BenallaPasse sanitaireAfghanistanVaccins contre le Covid-19AllemagneÉducationClimatElection présidentielle 2022Toute l’actualité en continuInternationalPolitiqueSociétéLes DécodeursSportPlanèteSciencesM CampusLe Monde AfriquePixelsSantéBig BrowserDisparitionsPodcastsLe Monde & VousÉconomieÉconomie mondialeÉconomie françaiseMédiasEmploiArgent & placementsTribunes écoCitiesLe Club de l’économie <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/09/18/0/0/3294/2196/360/0/95/0/86d35fb_751754543-000-97w6cb.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/09/18/0/0/3294/2196/180/0/95/0/86d35fb_751754543-000-97w6cb.jpg" alt="Sur le site de Naval Group à Cherbourg (Manche), le 13 avril 2021."> Économie Article réservé à nos abonnés Sous-marins australiens : à Cherbourg, l’amertume face à « des années de boulot rayées d’un trait de plume » <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/09/08/3/0/3500/2330/360/0/95/0/f2edafe_gggtbr11-mexico-amazon-0907-11.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/09/08/3/0/3500/2330/180/0/95/0/f2edafe_gggtbr11-mexico-amazon-0907-11.jpg" alt="Le nouvel entrepôt d’Amazon à Tijuana (nord-ouest du Mexique), le 7 septembre 2021."> Économie Au Mexique, Amazon ouvre un mégacentre de distribution à côté d’un bidonville <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/09/18/0/0/5107/3404/360/0/95/0/5ff8a32_594485175-000-1qg9wu.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/09/18/0/0/5107/3404/180/0/95/0/5ff8a32_594485175-000-1qg9wu.jpg" alt="Dans un supermarché, à Paris, le 8 avril 2020."> Analyse Article réservé à nos abonnés L’inflation inquiète le gouvernement… moins les économistes <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/09/08/17/0/600/400/360/0/95/0/c536e37_351298635-courtier.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/09/08/17/0/600/400/180/0/95/0/c536e37_351298635-courtier.jpg" alt=""> Tribune Article réservé à nos abonnés « Gamification » de la Bourse : « Ces fonctionnalités altèrent-elles le jugement des clients ? » Charles Cuvelliez Ecole polytechnique de Bruxelles, Université libre de Bruxelles VidéosLes explicationsLes sériesEnquêtes vidéo <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/09/17/0/257/1618/1078/360/0/95/0/2a8667d_785817530-vignette-02.png 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/09/17/0/257/1618/1078/180/0/95/0/2a8667d_785817530-vignette-02.png" alt=""> 10:52 International En minijupe dans Kaboul ? La réalité derrière les photos d’Afghanes « libérées » des années 1970 <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2018/04/18/0/0/5760/3840/360/0/95/0/c3fff27_25243-1cd7bhr.6ioc.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2018/04/18/0/0/5760/3840/180/0/95/0/c3fff27_25243-1cd7bhr.6ioc.jpg" alt=""> 06:51 Économie française Comment la France est devenue le pays du train <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/09/10/0/282/1619/1078/360/0/95/0/7cd3986_742958931-gua.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/09/10/0/282/1619/1078/180/0/95/0/7cd3986_742958931-gua.jpg" alt=""> 11:19 International L’usage répété de la torture par la CIA a-t-il permis d’éviter des attentats ? <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/09/09/0/144/1619/1078/360/0/95/0/919f714_969834154-thumbnail-wtc-base-1.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/09/09/0/144/1619/1078/180/0/95/0/919f714_969834154-thumbnail-wtc-base-1.jpg" alt=""> 08:00 International 11 septembre 2001 : le récit en vidéo des attentats les plus meurtriers de l’histoire OpinionsEditoriauxChroniquesAnalysesTribunesVie des idées <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/09/14/0/0/6000/4000/360/0/95/0/c83ffd4_ff7b0cebf6f24e6280eed1bada67d26f-ff7b0cebf6f24e6280eed1bada67d26f-0.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/09/14/0/0/6000/4000/180/0/95/0/c83ffd4_ff7b0cebf6f24e6280eed1bada67d26f-ff7b0cebf6f24e6280eed1bada67d26f-0.jpg" alt="Joe Biden au Renewable Energy Laboratory, à Arvanda (Colorado), le 14 septembre 2021."> Tribune Article réservé à nos abonnés « Joe Biden veut prendre le taureau du capitalisme par les cornes de la concurrence » Anne-Laure Kiechel Economiste <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/09/16/20/0/7610/5073/360/0/95/0/1305bd0_902491606-000-12m812.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/09/16/20/0/7610/5073/180/0/95/0/1305bd0_902491606-000-12m812.jpg" alt="Une camionnette de la chaîne RT, à Moscou, en 2018."> Tribune Article réservé à nos abonnés « Le régime russe tente d’appliquer dans les démocraties ses pratiques intimidantes » Nicolas Tenzer Directeur du site d’information Desk Russie <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/09/14/815/0/4252/2831/360/0/95/0/68297d0_631682055-pns-6279476.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/09/14/815/0/4252/2831/180/0/95/0/68297d0_631682055-pns-6279476.jpg" alt=""> Chronique Article réservé à nos abonnés Dominique Méda : « Pour réussir la transition écologique, il faut engager une véritable révolution de nos politiques publiques » Dominique Méda Professeure de sociologie à l’université Paris-Dauphine <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/09/18/0/0/6573/4382/360/0/95/0/382aec2_944484568-maxnewsworldfive533604.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/09/18/0/0/6573/4382/180/0/95/0/382aec2_944484568-maxnewsworldfive533604.jpg" alt="Dans le silo d'Epanvilliers rempli de ble, dans la Vienne, le 1er septembre 2021."> Éditorial Le pouvoir d’achat mérite une stratégie globale CultureCinémaTélévisionLivresMusiquesArtsScènes <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/09/14/0/0/1119/745/360/0/95/0/7846747_136097-3238486.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/09/14/0/0/1119/745/180/0/95/0/7846747_136097-3238486.jpg" alt="Le scénariste Dave Callaham, lors de la première du film « Shang-Chi et la Légende des Dix Anneaux », à Los Angeles, le 16 août."> M le mag Qui est David Callaham, le super scénariste qu’Hollywood s’arrache <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/09/13/329/0/827/550/360/0/95/0/979266d_596339354-knausgaard.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/09/13/329/0/827/550/180/0/95/0/979266d_596339354-knausgaard.jpg" alt=""> Livres Article réservé à nos abonnés « En automne » : Karl Ove Knausgaard toujours plus près des choses <img width="180" height="120" src="https://asset.lemde.fr/medias/img/social-network/placeholder-phalcon-lemonde.png" alt=""> Culture « Soudain Romy Schneider », sur France Culture : l’œuvre-vie d’une comédienne seule en scène et dans la vie <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/09/18/0/0/3499/2333/360/0/95/0/e47f449_ggg-bte14-france-art-arc-de-triomphe-0918-11.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/09/18/0/0/3499/2333/180/0/95/0/e47f449_ggg-bte14-france-art-arc-de-triomphe-0918-11.jpg" alt=""> Culture A Paris, les visiteurs découvrent l’Arc de triomphe empaqueté par Jeanne-Claude et Christo M le MagL’actuL’époqueLe styleLe Monde passe à tableVoyageModeLes Recettes du Monde <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/09/14/0/0/1500/999/360/0/95/0/58481d2_136239-3238618.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/09/14/0/0/1500/999/180/0/95/0/58481d2_136239-3238618.jpg" alt=""> Chronique Angela Merkel, un style austère et immuable : c’est peut-être un détail pour vous… Marc Beaugé Magazine <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/09/15/1/0/1500/1000/360/0/95/0/567dfed_135959-3237639.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/09/15/1/0/1500/1000/180/0/95/0/567dfed_135959-3237639.jpg" alt="A Tanger, en 1961, assis, Peter Orlovsky et Paul Bowles ; debout, de gauche à droite, Burroughs, Ginsberg, Ansen, Corso et Sommerville."> M le mag Article réservé à nos abonnés A Tanger, les fantômes de la Beat generation <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2020/10/08/0/3254/3150/2098/360/0/95/0/b42e116_716088638-couplehetero01fond.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2020/10/08/0/3254/3150/2098/180/0/95/0/b42e116_716088638-couplehetero01fond.jpg" alt=""> Chronique Article réservé à nos abonnés S’aimer comme on se quitte : « Je suis mis à la porte comme un ado, alors que j’ai 77 ans » Lorraine de Foucher <img width="180" height="120" srcset="https://img.lemde.fr/2021/09/15/230/51/1294/863/360/0/95/0/24ff689_134659-3238025.jpg 2x" src="https://img.lemde.fr/2021/09/15/230/51/1294/863/180/0/95/0/24ff689_134659-3238025.jpg" alt="Les brochettes de moules proposées par Caroline Rostang."> Le Monde passe à table Les brochettes de moules : la recette de Caroline Rostang Accéder à votre compte abonnéConsulter le Journal du jourÉvènements abonnésLe Monde EvénementsBoutique Le MondeNewslettersMémorable : cultiver votre mémoireAteliers d’écritureGuides d’achatMots Croisés / SudokusJeux-concours abonnésNous contacterMentions légalesConditions généralesCharte du groupePolitique de confidentialitéFAQDécodex : vérifier l’infoÉlections régionales et départementales 2021Codes promoFormation professionnelleCours d’anglaisCours d’orthographe et grammaireConjugaisonDictionnaire de citationsAnnonces immobilièresPrix de l’immobilierJardinageJeux d’arcadeParoles de chansons#OnaTousBesoinDuSudVoyage au CanadaUn projet écoresponsableLes villes suisses se découvrentRecherche